Europe : la seule chance de succès !


europennes 2018

Les principaux partis de la gauche radicale en Europe se sont regroupés sur une plateforme, Maintenant le peuple. Tous les partis du nord de l’Europe, et, au sud, le Bloc de Gauche portugais, Podemos et la France Insoumise.

L’évènement est d’importance. En effet Aucun retour en arrière ne sera possible tant est mythique l’idée de retourner aux seuls mécanismes nationaux d’antan. Et à la fois dangereuse, puisque sur cet horizon mythique peuvent se développer pourtant réellement les nouvelles idées et pratiques néo-fascistes.

C’est à un nouveau monde global qu’il faut songer, fait de solidarité concrète, de paix et d’avenir construit en commun. Où les causes des migrations obligées soient combattues, mais où les migrant-e-s soient accueilli-e-s avec humanité.

C’est seulement à ce niveau global qu’on peut sérieusement poser et résoudre l’essentiel des défis écologiques. Et c’est ce niveau d’exigence qui doit nous guider déjà pour notre environnement immédiat, l’Europe et la Méditerranée.

En s’appuyant pour ce faire sur le socle déterminant de la souveraineté populaire. La souveraineté, condition de la démocratie, doit être construite et garantie. La souveraineté devant s’entendre sous des formes spécifiques depuis les communautés de base jusqu’à celle soutenant les grands regroupements régionaux voire mondiaux, en passant bien entendu, crucialement, par le niveau où les peuples jugent nécessaire de s’exprimer politiquement en commun, souvent les nations elles-mêmes.

Et, à s’en tenir à la seule Europe, elle ne l’est manifestement pas, démocratique. Avec, par exemple, une Banque Centrale échappant statutairement à tout contrôle politique d’en bas. Le but donc, est internationaliste.

Pas seulement par impératif moral (ce qui n’est nullement négligeable) mais par nécessité politique, sociale, écologique, démocratique. Et ensuite vient la discussion sur les moyens qui peuvent y conduire. Et, inévitablement, c’est en rompant avec avec les structures antidémocratiques de la « gouvernance » européenne.

Comme avec ses traités qui, l’un après l’autre, ont renforcé la « cage de fer » des politiques pro capitalistes dans l’Union Européenne. Comment faire ? A moins d’accepter de se battre seulement avec des mots, donc avec un couteau sans lame, il faut bien mesurer le moment présent, et partir de l’analyse concrète d’une situation concrète.

La manière dont la Grèce a été traitée il y a trois ans nous indique exactement le schéma de l’épure. Même si on peut souhaiter des luttes communes à l’échelle du continent et tout faire pour les développer, les rapports de force sont par trop divergents dans les différents pays pour remettre en cause par ce seul biais le poids démesuré désormais acquis en particulier par les dirigeants allemands et leur « ordolibéralisme ».

Et par ceux qui soutiennent cette orientation dans tous les pays. Si on se refuse à renvoyer tous les combats indispensables à des temps meilleurs et improbables, il faudra bien que, comme les grecs pour le coup, les pays où le rapport de force le permettra se lancent en premier.

Et alors comment fait-on pour éviter l’issue désastreuse qu’a acceptée Tsipras ? C’est la bonne, la seule question qui vaille pour les forces progressistes. Si une majorité de rupture parvient au pouvoir dans un pays que devra t-elle faire ? Proclamer bien haut son but émancipateur, mais rester paralysée tant qu’on n’aura pas convaincu les autres gouvernements, et en particulier celui de l’Allemagne ?

C’est ce qu’on a cru comprendre des positions de Hamon, voire de Varoufakis désormais. Ou alors, nonobstant les traités, et fort du mandat donné par le peuple, engager la politique de rupture promise.

Sans sortie ni de l’Union, ni de l’Euro, en engageant donc les négociations qui pourraient permettre de sauver l’un et l’autre. Avec de nouveaux traités (en particulier la fin de l’indépendance de la BCE, l’’instauration de politiques de convergence sociales, le rejet de l’Europe forteresse et guerrière). Ceci tout en permettant parallèlement que la politique progressiste choisie dans un ou des pays entre en œuvre. C’est le moment du Plan A, le choix de base.

Impossible nous dit-on, Merkel (ou la personne qui prendrait sa suite) ne voudra jamais. Mais si on en est persuadés à ce point autant dire que, si le but est magnifique, le chemin suivi est une impasse.

La France Insoumise estime pour sa part au contraire qu’on ne pourrait pas traiter une telle exigence de renégociation comme on l’a fait pour la Grèce. A juste titre. On peut penser qu’à défaut, il n’y aurait plus d’Europe. Ceci sera appuyé par la démonstration que de telles politiques ne seraient pas seulement en faveur de la population française en l’occurrence, mais de tous les peuples subissant les effets de la « concurrence libre et non faussée », des chantages à la dette et des politiques d’austérité à vie.

Le plan A n’est pas un coup de chapeau démagogique masquant une volonté de repli national : c’est un choix absolument réaliste. Ou alors la responsabilité de la fin éventuelle du rêve européen (qui a malheureusement pris de trop les traits d’un cauchemar ces dernières années) changerait d’épaules. Non ce n’est pas une bataille xénophobe, ou tournée contre le peuple allemand. Ou un quelconque peuple d’ailleurs : c’est un combat pour le progrès commun.

Si on déclare cette bataille (Plan A) perdue d’avance, autant renoncer tout de suite, plutôt que de multiplier les belles déclarations sans aucune chance de réalisation. Et à coup sûr ouvrir encore plus grande la porte aux vrais ennemis des peuples, à la mode du RN (ex-FN) et de tous ces mouvements xénophobes qui fleurissent malheureusement sur le continent comme résultat des politiques antipopulaires et antidémocratiques suivies depuis trop longtemps.

Mais si le Plan A est sérieux, il faut aussi prévoir c’est vrai qu’on puisse ne pas gagner. Comme dit Gramsci, « On ne peut prévoir que la lutte » pas son résultat. Le « très gauchiste » prix Nobel Joseph Stiglitz s’étonnait en son temps que la Grèce n’ait prévu aucun « Plan B », ce qui pour lui rendait la capitulation certaine. Hamon, et nombre d’autres critiques de gauche, peu suspects pourtant de vouloir la poursuite de l’Europe telle qu’elle va, s’y refusent. Et défendent même que s’il y a un plan B, c’est qu’il n’y aura aucun plan A.

Il faut au contraire rendre clair pour tout le monde que si le Plan A est rejeté, l’affaire n’en restera pas là, et qu’il y aurait un plan B. C’est même la meilleure manière, en montrant sa détermination sans faille, de donner le maximum de chances au Plan A.

« Souverainisme », « Repli nationaliste » sont alors parmi les qualificatifs les plus polis pour rejeter une telle perspective.

Rien de tout cela. Le but reste le même : appuyé par le rétablissement des souverainetés populaires à tous les niveaux, bâtir une perspective solidaire d’abord pour les peuples cousins et limitrophes (y compris ceux du Maghreb), puis pour le monde entier.

Mais qui veut le but doit donner un chemin crédible d’y parvenir et les moyens qui vont avec. Sinon l’insulte polémique est là juste pour masquer le renoncement de fait.

Aux prochaines élections européennes ce choix sera proposé avec le plus grand esprit d’ouverture, combiné avec la plus grande exigence de clarté.

C’est la voie choisie par la France Insoumise. Et est partagée par une large part des forces de rupture humanistes en Europe.

Pas une voie facile, mais, étant donné l’adversaire, sa puissance et sa détermination, c’est la seule, appuyée sur la mobilisation populaire dans toute l’Europe, qui se donne une chance de succès.

Jean Philippe Izquierdo et Samy Johsua
(N.D.L.R. : animateurs d'Ensemble! et de La France Insoumise)

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Voie de Valdonne : rencontre en préfecture +

    Les représentants du collectif "Voie de Valdonne" (V2V) donnaient une conférence de presse lundi 13 août pour rendre compte de la réunion tenue en préfecture le 7 août dernier avec Madame Charbonneau, secrétaire générale depuis avril 2018. La Provence et Mèfi étaient là. Lire la suite
  • Après la pluie et la grêle à Aubagne +

    Le jeudi 9 août dernier, de violentes précipitations se sont abattues sur Aubagne en tout début d'après midi. Une impressionnante pluie de grêlons a occasionné de nombreux dégâts. En moins de deux heures, 64 mm d'eau par m² (autant que pour 15 jours du mois d'avril) tombaient sur Aubagne. Lire la suite
  • Gazay : le choix de déserter le centre ville +

    Les soirées d'animation de l'été sur Voltaire, Foch ou Rau ont été quasiment supprimées par la ville. L'activité autour des restaurants, bars, salon de thé et la dynamique de centre ville en général en souffrent profondément. Lire la suite
  • La vitrine de la céramique et du santon +

    Le 21 juillet, le maire d'Aubagne et la présidente du territoire ont inauguré la 50ème foire à la céramique et au santon, sur le cours Foch, à Aubagne. Il y a huit artisans de moins que l'an dernier. Pourtant, le site de la ville qui utilise beaucoup le "copier-coller" n'a Lire la suite
  • Rencontre avec le Préfet : le collectif Voie de Valdonne précise +

    Suite à notre article "Le Préfet reçoit le collectif Voie de Valdonne", les porte-parole du collectif ont souhaité apporter un certain nombre de précisions sur le but de cette rencontre, précisions que nous publions bien volontiers ci-dessous. Nous joignons aussi à leur demande le courrier qu'ils ont adressé au Préfet Lire la suite
  • Mépris du personnel communal : de pire en pire +

    Le 13 juillet, une réunion du Comité Technique de la ville a eu lieu. Il a marqué une nouvelle étape dans le mépris affiché par Gazay et sa "haute" administration pour les agents communaux. Les Comités Techniques des collectivités, composés d'élus et de représentants élus du personnel, sont des instances Lire la suite
  • Re-dynamisation du Centre-Ville +

    La redynamisation du centre ville aubagnais c'est un peu comme le monstre du Loch Ness. On en parle beaucoup mais nous arrivons tout juste à en voir le bout de la queue. Mais nos yeux sont-ils bien fiables ? Lire la suite
  • 1