Surplace de l'optimisme, ruelle de la com : contre-édito du maire (mai 2018)


contre edito agg gelati

Pas à pas, de création en extension, commerçants et artisans redonnent vie aux places et aux rues d’Aubagne. Non j'déconne !

Souvenons-nous de la place de l’horloge il y a trois ans… Oui en 2015. Plus d'un an après mon élection ! Quand je m'étais pas encore vraiment réveillé et que je pensais qu'être élu suffirait à purger cette ville des Trostko-Marxo-Zadistes et de leurs murs grisâtres, leurs trottoirs sales, leurs sarouels pas lavés et leur MJC pleine de jeunes...

Une façade triste semblait boucher toute perspective de reprise jusqu’à ce qu’un entrepreneur - ce héros - ne décide d’y proposer des crèmes glacées « maison » reconnues parmi les meilleures du territoire. C'est pas moi qui le dis, ce sont les cadres qui ont gagné le concours de selfies lancé par la municipalité ! #indépendance

Le symbole est fort car depuis cette terrasse tant espérée, (première préoccupation majeure des Aubagnais), les clients attablés bénéficient d’une vue imprenable sur... la cime des arbres et sur les toits des voitures qui font vibrer les tympans des fins gourmets.

Peu à peu, c’est tout le cœur historique qui se remet doucement à battre. Non, j'déconne encore !

La reconquête de notre centre-ville par le commerce et l’artisanat de proximité s’opère tranquillement, paisiblement, inch allah, à la bien, couci couça... C'est pas moi qui le dis, ce sont mes fanzouzes !

En à peine plus de trois ans, près de trente boutiques ont été créées, rénovées ou agrandies. Méthode de comptage qui me permet de faire passer des vessies pour des lanternes, un  agrandissement n'ayant rien à voir avec une ouverture, et une rénovation encore moins !

Cette nouvelle vitalité illustre le principe selon lequel la volonté crée de l’optimisme, et l’optimisme encourage la volonté, et la volonté de l'optimisme accélère l'optimisme de la volonté, sauf si la volonté n'optimise pas l'optimisme voulu.

Nous pouvons toutes et tous – élus de la Ville, du Territoire et du Département, entrepreneurs, partenaires, chambre de commerce, chambre des métiers, clientes et clients de tous ces établissements synonymes d’emploi local et de lien social – être fiers du chemin déjà parcouru.

Fiers d'avoir essayé de chasser les déshérités du centre-ville en ciblant les Restos du Coeur et le Secours Populaire, fiers d'avoir tué à petit feu la MJC en la privant de subventions, fiers de marcher dans la merde de chien MAIS du pied gauche ce qui fait bien plaisir quand on est de droite, fiers de faire de notre ville une vitrine (de musée) où la part de culture mise en avant n'a rien à envier aux documentaires de RMC Découverte.

Beaucoup reste à faire, et à quelques mois des élections, faudrait pas que cette poudre de perlimpinpin balancée aux visages de certains Aubagnais déjà convaincus et peu exigeants n'ouvre les yeux à la majorité dormante qui ronge "petit à petit", "tranquillement mais sûrement" son frein. 

Camille Alexandre

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Rugby Club Aubagnais : c'est mal parti +

    En Ligue 1, le QSG règle le sort de Dijon par une écrasante victoire (4 à 0), Lille termine par un festival devant Angers (5 à 0), Lyon bat Caen (4 à 0), Saint Etienne fait de même devant Nice (3 à 0). Montpellier ne peut faire que match nul Lire la suite
  • La culture se porte bien… pourvu qu’on s’en occupe +

    Une trentaine de personnes se sont retrouvées mardi 30 avril dans un atelier thématique d’Aubagne la commune pour aborder la question de la culture dans l’activité municipale aujourd’hui. Faire un constat et tracer des perspectives pour retrouver du sens à ce qui s’est considérablement dégradé en cinq ans, faisaient l’objet Lire la suite
  • Les écoles Pin Vert et Hugo se mobilisent contre la faim +

    La 22e édition de la Course contre la faim aura lieu ce vendredi 17 mai. En 2018, ce sont plus de 260 000 élèves de 1 200 etablissements qui ont participé à ce projet dans plus d’une cinquantaine de villes françaises et à l’étranger. À Aubagne, les écoles du Pin Lire la suite
  • Magali Giovannangeli, candidate d'un projet collectif +

    A 23 ans, elle était la benjamine du conseil municipal d’Aubagne, lorsque Jean Tardito a succédé à Edmond Garcin. Quelques trente ans plus tard, Magali Giovannangeli sera sans doute la plus jeune candidate à conduire une liste de rassemblement contre le tandem Gazay-Barthélemy lors des élections municipales du printemps prochain. Lire la suite
  • Mais où est Denis Grandjean ? +

    Ce soir, 15 mai, le jour des 10 ans de la gratuité des transports à Aubagne, on inaugure le local de campagne de "Aubagne La Commune". 10 rue Laget entre l’épicerie gastronomique et le Baobab café. Pile en face du barber shop qui vient du désert. Le lieu est tout Lire la suite
  • Des questions après le saccage de l'école maternelle du Charrel +

    Après les dégradations dans plusieurs salles de classes de l'école maternelle du Charrel, pendant le week-end des 11 et 12 mai, de nombreuses questions (qui ? pourquoi ? comment ?...) restent posées et attendent des réponses de l'enquête en cours. Mais un article très documenté de La Provence du mardi 14 mai nous Lire la suite
  • Le Martinot, une nouvelle adresse pour les gourmets +

    Depuis quelques mois, le centre-ville d’Aubagne voit quelques épiceries fines et restaurant de qualité ouvrir leur porte dans le centre-ville d’Aubagne. C’est le cas en lieu et place de l’ancien restaurant La Farandole désormais remplacé par Le Martinot. Lire la suite
  • 1