Champions du monde : les vendeurs de vent

champions du monde : les vendeurs de vent

Nous sommes champions du monde de football. Nous n'allons pas revenir sur cette chose là. J'en suis très heureux. Des tas de circonstances expliquent l'aboutissement d'une compétition qui n'est faite que de petites choses pouvant paraître insignifiantes mais qui font toute la beauté de ce sport.

Dans ce sport, la balle est ronde, les poteaux le sont, depuis quelques temps déjà, aussi. Je ne vais pas revenir sur la défaite de l'Allemagne contre la Corée du Sud et son élimination.

Je ne vais pas revenir sur la blessure de Cavani juste avant de nous rencontrer avec l'Uruguay. Je ne vais pas revenir sur le but pendant les arrêts de jeu de la Belgique contre le Japon (j'ai en tête les insultes envers Gignola dans un match qualificatif France Bulgarie). Je ne vais pas revenir sur le départ prématuré du Brésil ratant son match contre cette même Belgique. Une Belgique qui se plaindra de la manière dont l'équipe de France joua contre elle. Je ne vais pas revenir sur le coup franc sifflé pour une faute imaginaire sur Griezmann qui amena le premier but français de la finale. Je ne vais pas revenir sur l'utilisation à géométrie variable de la vidéo (le VAR). Je ne vais pas revenir sur la qualité du jeu de l'équipe de France et sur la valeur de chaque joueur. Chaque opinion est valable.

On recommencerait ce championnat du monde, qui pourrait en dire la finalité.

Le sport collectif en général et le football en particulier, ce n'est rien d'autre : avoir des qualités, la chance avec soi et savoir ne pas la laisser passer. Alors, me direz vous pourquoi un tel papier ?

Pour vous parler de tout ce qui tourne autour. Des heures de commentaires, les projections, les appréciations. En fait de tout ce que l'on a voulu nous faire croire. Oui, de tout ce qu'on nous a vendu. Des vendeurs de vent.

Tout d'abord une appréciation sur cette coupe du monde : sans vouloir mépriser certains participants, quand l'Iran rivalise avec les plus grands, quand la Corée du Sud déjà éliminée écarte l'Allemagne des poules finales, quand le Japon fait douter la Belgique, on peut se poser des questions sur le niveau du football mondial.

Ensuite, les commentaires des experts, journalistes ou anciens pro (même anciens champions du monde).

Tous les adversaires de la France sont d'abord présentés comme des ogres. Avec l'Argentine par exemple, qualifiée péniblement, on s'aperçoit alors que le pauvre Messi erre comme une âme en peine au milieu de dix fantômes.

Nos adversaires jusqu'à la demi finale n'étaient pas des foudres de guerre. Le spectacle que nous avons offert était insipide.

Contre la Belgique après une mi-temps ennuyeuse, et un but sur corner (dévié par un joueur belge) nous passons notre deuxième mi-temps à jouer à onze défenseurs.

En finale, la Croatie nous donne une leçon de football. Les circonstances feront que nous serons vainqueurs de cette finale.

Alors les experts de tous bords vont nous vendre du vent. Ils nous présenteront Deschamps comme un super stratège, Griezmann, Mbappé et Pogba, figures emblématiques et porte-drapeaux vendeurs de cette équipe de France, grands parmi les grands. Laissons de côté des joueurs comme Kanté et Lloris qui sont probablement les deux seuls à avoir été au niveau d'une telle compétition.

Alléluia pour le but de Pavard. Je vous conseille de retrouver la reprise de volée du belge Meunier et l'arrêt exceptionnel du gardien anglais.

Ils ont encensé les joueurs qui viendraient tous des banlieues, et ils font rêver des milliers de gamins qui n'imaginent pas que dans ce métier la pyramide de la réussite est encore plus pointue que partout ailleurs. Ils nous ont venté la formation du football français.

Quelle formation ? Celle des clubs amateurs qui tirent la langue pour trouver des bénévoles (subventions en diminution au niveau national) et qui forment très peu car les clubs pro viennent très rapidement prendre les meilleurs qui généralement se sont formés dans la cours des écoles ou des immeubles (croyez vous que ce qui nous a fait rêver chez Zidane, il l'a appris dans les clubs. Le dribble et la vision du jeu ça ne s'apprend pas) ?

Celle des clubs pro français, alors que sur les titulaires de l'équipe de France, un seul joueur joue en France ?

On pouvait s'attendre à un peu plus d'objectivité de la part de ces messieurs. Mais il faut vendre ma bonne dame. Je ne suis pas un pisse-vinaigre, mais je voulais essayer de remettre le football là où il doit être.

Le plus beau sport du monde fait de tout et de rien, de petits faits de jeu, de grands gestes techniques (merci Hazard, merci Modric) de fraîcheur (merci le Japon).

De celui qu'on joue dans la rue à celui qui se pratique devant des millions de téléspectateurs. Il n'est sûrement pas fait des mangeurs de soupe qui nous le sur-vendent.

Et je ne parlerai pas des aspects politique et économique qu'on nous sert en pousse-café.

Cette victoire, on la doit à la glorieuse incertitude du sport et c'est beau.

Maurice Marsiglia

 Quelques chiffres :

14 buts marqués,

5 coups de pieds arrêtés (dont 3 penaltys),

2 et demi par des défenseurs contre leur camp,

1 but casquette (Uruguay),

6 dans le jeu.

Tristounet vous ne trouvez pas !

 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1