Aubagne vendue à la découpe

aubagne a la decoupe

Depuis le 1er janvier 2016 et la création de la métropole marseillaise, Aubagne et le Pays d'Aubagne ont déjà perdu l'essentiel des compétences du territoire : déchets ; développement économique ; filière céramique ; transports ; forêt ; politique de l'habitat ; agriculture ; aménagement du territoire ; Plan Local d'Urbanisme ; environnement et cadre de vie... mais ce n'est pas fini.

Lire la suite : Aubagne vendue à la découpe

Vidéo-verbalisation : le droit est-il respecté ?

video verbalisation

Depuis son arrivée le maire se vante d'avoir installé 110 caméras dans la ville. Depuis le reportage télévisé sur C8, on sait qu'elles servent principalement à animer les mariages dans le centre ville, à jouer les agents placiers pour les gens du voyage, à organiser des courses avec les scooters (où les voitures de police sont toujours perdantes) ou à démanteler des trafics de Doliprane.

Lire la suite : Vidéo-verbalisation : le droit est-il respecté ?

Constructions en face de la médiathèque : les habitants n'en veulent pas

 

Le maire serait sur le point d'accorder un permis à "Kaufman & Broad" pour construire deux immeubles à l'angle du chemin de Riquet et de la rue du Lieutenant Flandi. Ce n'est pas du goût des habitants du quartier.

Les riverains de ce secteur viennent de l'apprendre en découvrant il y a quelques jours les panneaux publicitaires du promoteur (rapidement tagués, voir notre photo). Aucune concertation préalable n'a eu lieu. Mais les citoyennes et les citoyens de ce "havre de paix" comme ils le disent eux-mêmes ne sont pas décidés à laisser faire et, pour commencer, ils font circuler une pétition.

On y apprend que les deux immeubles seront des R+2 et R+3 de 12 mètres de haut avec 56 logements et qu'ils se situent dans un des poumons de la ville à 200 mètres de la rue de la République, dans le périmètre historique et protégé des Pénitents Noirs.

La pétition dénonce "un quartier défiguré", un "problème de bruit, de sécurité liés à la circulation de 150 véhicules supplémentaires, de stationnement, d'accueil dans les écoles".

Elle fait observer aussi que "les maisons voisines dont une neuve se retrouveront avec des immeubles qui plongent dans leur séjour et sur leur terrasse".

Les signataires demandent au maire de ne pas signer le permis sauf s'il considère que ce sont les promoteurs immobiliers qui doivent faire la politique d'aménagement de la ville.

Vont-ils être écoutés et entendus ?

Bob Acad

 

Le Parc Jean Moulin à l'abandon

 parc jean moulin 01

Mercredi 30 mai vers 17h, au Parc Jean Moulin un arbre s'est littéralement effondré (voir photo ci-dessous) à la lisière d'un pré où, traditionnellement, les gens, enfants compris, viennent se détendre, assis ou allongés dans l'herbe. Un bruit sourd et effrayant a accompagné cet événement, mais, heureusement, il n'y avait personne dessous à ce moment là. 

Lire la suite : Le Parc Jean Moulin à l'abandon

Ils subissent la métropole

serrus metrople

Une métropole très technocratique, qui loin des pratiques démocratiques de ce territoire, avance des projets qui sont très loin de résoudre les problèmes de qualité de vie des gens de la vallée de l'Huveaune. Depuis 2016, la compétence transports est passée sous la coupe de la métropole dont la mise en place a été accélérée par la Présidente du territoire. Elle passe aujourd'hui sous les fourches caudines de son vice président, Mr Serrus. Celui-ci a dernièrement dévoilé ses conclusions.

Lire la suite : Ils subissent la métropole

Dossier Transport : baromètre des villes cyclables, Aubagne en queue de peloton !

piste cyclable

« Très défavorable », c’est résumé en deux mots le résultat du dernier baromètre des villes cyclables de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) pour qualifier “le climat vélo” à Aubagne. À ce commentaire pas franchement élogieux est associée la note G. Inutile de chercher plus bas, cela n’existe pas : Aubagne fait bel et bien partie des cancres et se trouve ainsi reléguée en toute fin de peloton dans la catégorie des villes de 20 000 à 50 000 habitants.

Lire la suite : Dossier Transport : baromètre des villes cyclables, Aubagne en queue de peloton !

Pour l'égalité, la justice sociale et la solidarité : marée populaire le samedi 26 mai



Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le  Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié·e·s, introduction de la sélection à l’entrée de l’Université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi répressive contre les migrant·e·s, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, utilisation de l'égalité femmes-hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international.
 
La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a un objectif, celui de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute riposte. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail.
 
En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot·e·s, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.

Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays, chacune avec sa spécificité : journée nationale d’action, grèves, occupation d’universités, manifestations…
 
Il appartient évidemment aux organisations syndicales de décider, avec les personnels concernés, de leurs formes d’action.
 
Chacune d’entre elles a, a priori, des ressorts différents, mais au-delà de tel ou tel aspect, ce dont il est question concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons-nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les lanceuses et lanceurs d’alerte et journalistes seraient bâillonnés, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance, où le logement, les HLM et les locataires seraient marchandises, où la lutte contre les discriminations se réduit à des discours ?
 
Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses ? Tel est l’enjeu.

Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant. Affichant sa détermination, il espère ainsi nous décourager.
 
Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié·e·s, les retraité·e·s et les étudiant·e·s ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets.

Dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons aller au-delà de toutes les mobilisations positives qui existent déjà et rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen.
 

Partout en France organisons le samedi 26 mai une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité.  

Signataires :

Alternative et autogestion, Alternative Libertaire, APEIS, ATTAC, Climat social, Collectif des Associations Citoyennes, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif La Fête à Macron, Confédération Générale du Travail, Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité, Convergence nationale de défense des services publics, DIDF, DIEM25, Droit au Logement, Ecologie sociale, Europe Ecologie Les Verts, Les Effronté·e·s, Ensemble !, Femmes Egalité, Fédération Syndicale Unitaire, Fondation Copernic, France Insoumise, Gauche Démocratique et Sociale, Génération.s, MJCF, Mouvement Ecolo, Mouvement National des Chômeurs et Précaires, Nouvelle Donne, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Parti Ouvrier Indépendant Démocratique, PCOF, PCRF, République et Socialisme, Résistance Sociale, Snesup-FSU, Solidaires, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature, UEC, UNEF, Union Nationale Lycéenne


 

Les Dossiers de Mèfi. Transports : ils cèdent à la métropole

Les retards pris, à la fois pour entraver la réalisation du tramway, et par le temps passé à faire les nouvelles études du Val tram alors que celles du Tram train étaient bien avancées, ont amené la perte de la maîtrise par les élus locaux et les citoyens et la prise par la métropole de la gestion du projet.

Lire la suite : Les Dossiers de Mèfi. Transports : ils cèdent à la métropole

L'école du Pin Vert court contre la faim

La Course Contre la Faim est une mobilisation citoyenne, sportive et solidaire pour lutter contre la faim dans le monde qui se déroule chaque année dans plus de 1 000 villes en France et à l’étranger. A Aubagne, près de 200 élèves de l’école Pin Vert seront sur la ligne de départ le vendredi 18 mai entre 13h30 et 16h au Parc-en-ciel.

Lire la suite : L'école du Pin Vert court contre la faim

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Aubagne : encore de nouvelles constructions ! +

    Sur les terrains « des Lignières » de l'ex-Direction Départementale de l'Equipement du 13, promenade Pierre Blancard, de nouvelles constructions seraient envisagées. L'Etat et le Conseil Départemental, en accord avec la mairie d'Aubagne, souhaiteraient vendre leurs terrains pour laisser la place à un ensemble immobilier. Lire la suite
  • Le panache du RCA ! +

    En Ligue 1, le QSG continue de trottiner avec une nouvelle victoire (5 à 0) sur Amiens. Lille reste à la deuxième place après sa victoire à Dijon (1 à 2). Lyon se retrouve avec une nouvelle victoire contre Nîmes (2 à 0). Avec beaucoup de difficultés l'OM bat Nice Lire la suite
  • La culture de la défaite +

    Chaque jour je lis sur facebook les publications des uns et des autres concernant la politique nationale et locale. Je déplore hélas que les exemples de plusieurs pays européens ou de villes françaises ne fassent pas réfléchir certains qui donnent des leçons en permanence, se prenant pour de fins stratèges Lire la suite
  • Voie de Valdonne : une réunion bien décevante +

    L'association « Se déplacer en liberté » (ASDEL) a participé le 17 octobre à une réunion sur la voie de Valdonne à l'invitation de Sylvia Barthélémy. La présidente de l'ex-agglo y avait convié les CIQ, le Conseil de développement et les différentes associations concernées par le devenir de cette voie. L'ASDEL nous a fait Lire la suite
  • Mairie de Cuges : des certitudes qui se fissurent +

    Conseil municipal à Cuges les Pins ce mardi 16 octobre. Peu de délibérations à l’ordre du jour, mais un conseil où l’on a pu constater la fébrilité du maire et de sa première adjointe dès lors que des questions gênantes étaient abordées sur les finances communales. Lire la suite
  • Mèfi crée de l'emploi +

    Il y a quelques semaines nous avions retrouvé "LA" motocrotte d'Aubagne remisée au fond d'un garage après avoir coûté 15 000€ aux contribuables. On vous informe aujourd'hui qu'elle est de nouveau en circulation. Lire la suite
  • Impôts locaux : l'arnaque ! +

    Les uns après les autres, les foyers aubagnais qui croyaient voir leurs impôts locaux diminuer se retrouvent, le plus souvent, avec une augmentation. Double mensonge. Lire la suite
  • 1