Ville d'Aubagne : gaspillage financier

En permanence, le maire et les siens justifient toutes les coupes sombres dans le budget, le manque d'entretien de la ville, l'absence totale d'investissement et de travaux par le manque d'argent. Nous venons de trouver 15 000€ inutilisés dans un garage.

On se souvient qu'en février 2016, Gazay nous avait sorti "l'arme suprême contre les déjections canines" : la motocrotte. Un engin motorisé qui allait tourner en permanence dans le centre ville et qui allait nous débarrasser de tous les excréments possibles et imaginables.

A l'époque, Mèfi avait fait savoir que Chirac avait tenté l'expérience à Paris dès 1982 (on les appelait d'ailleurs des "chiraclettes"). L'échec fut total et les motocrottes abandonnées. Cela coûtait une fortune en fonctionnement pour un ramassage voisin de zéro.

En 2004, Marseille recommençait l'expérience ... avec le même résultat.

Plus de 30 ans après Chirac et plus de 10 ans après Gaudin, Gazay se faisait fort de réussir. Malgré l'avis négatif de toute la direction des services techniques de l'époque.

Gazay est resté ferme "On va voir ce qu'on va voir, ici, nous allons réussir" et il lançait cette phrase qui restera le plus grand canular de l'histoire d'Aubagne en même temps que la plus belle illustration des promesses non tenues "La propreté est l'un des piliers fondateurs de notre projet de ville". On comprend mieux pourquoi tout s'effondre.

Dès l'été suivant la motocrotte avait disparu. Echec sur toute la ligne : les excréments ne sont pas ramassés et, pourtant, le coût est exorbitant.

Résultat, on a caché l'engin au fond d'un garage, à l'abri des regards indiscrets. Nous l'avons retrouvé (voir photo ci-dessus). C'est 15 000€ jetés en l'air, plus du tiers du budget de la médiathèque.

Mauvais gestionnaire, incompétent et suffisant, un maire à faire honte à Aubagne.

Antoine Monticellu

 

Gazay et le mythe de la redynamisation

Gazay et le mythe de la redynamisation

Le 14 septembre 2018, Gérard Gazay, maire d'Aubagne, jouait les VRP pour une agence immobilière dont l'inauguration se déroulait au 30 rue de la République. Et au maire d'Aubagne de commenter : "La redynamisation du centre-ville d'Aubagne avance, pas à pas." Nous aurions pu le croire sur parole. Mais ce n'est pas notre genre, ni le sien d'ailleurs (d'être de parole).

Lire la suite : Gazay et le mythe de la redynamisation

Europe Ecologie - Les verts à l'initiative

europe écologie les verts à l'initiative

Plusieurs organisations (EELV; Coopérative Ecologique et Sociale; Décroissance IDF; DiEM 25; FEVE; Génération Ecologie; Génération.S, Jeunes Ecologistes, JOC; MEI; Nouvelle Donne; PCF; Parti Pirate; UDE; Utopia; CAP 21; Ensemble !) ont décidé d'organiser dans ces prochains mois des "Assises de l'écologie et des solidarités".

Lire la suite : Europe Ecologie - Les verts à l'initiative

Gazay court après les poules de Palissy

Pour toutes celles et ceux qui ont un a priori négatif sur le quartier Bernard Palissy à Aubagne, il faut qu'ils/elles aillent se promener autour de la maison de quartier. Vous y trouverez toutes les générations du quartier vivant en parfaite harmonie.

Un jeune, un peu plus d'une vingtaine d'années, nous raconte ce qui ressemble à un conte de fée : "Un jour, un de nos copains a amené des poussins. On pensait qu'il allait les reprendre, mais ils les a laissés pour qu'on s'en occupe collectivement. Ils sont restés, ils ont grandi, ils se sont reproduits. Maintenant, en liberté, nous avons 7 poules, 2 coqs (l'un s'appelle Fontaine, l'autre Gazay) et 8 poussins qui restent dans la végétation autour de la Maison de Quartier".

Et depuis, cette petite basse cour est devenue un lien, un lieu de rencontre "intergénérationnel" comme diraient les politiciens et les "experts".

Nous avons 7 poules, 2 coqs et 8 poussins en liberté

Tout le quartier s'en occupe, s'en préoccupe même. Les jeunes, comme les moins jeunes. Celles et ceux des HLM et les autres. Chrétien ou musulman, juif ou athée, personne n'a même l'idée de faire une différence.

"On dépense de l'argent pour acheter, chacun à notre tour, leur nourriture. Quand des poussins sont malades, certains les amènent chez eux pour les soigner" nous indique un autre jeune du quartier.

Annie, retraitée, que chacun considère comme la porte parole du secteur ("elle parle juste et fort, elle n'a pas peur de dire la vérité à tout le monde" nous précise un jeune salarié) s'exclame : "Dans ce quartier, il y a une ambiance magique. Nous organisons de petites soirées sympa. Les jeunes entretiennent la végétation, ils arrosent, élaguent, plantent des fleurs".

Annie, c'est notre porte parole, c'est la porte parole de tout le quartier

Un trentenaire rajoute : "Jamais on manque de respect à une personne âgée". Et toutes et tous le reconnaissent: "Ces anciens poussins nous ont permis ces rencontres, un autre regard sur l'autre, un but commun qui nous rassemble".

L'idée est donc venue "d'institutionnaliser" la chose. Ils (jeunes et moins jeunes, retraités, chômeurs ou salariés) ont demandé à la mairie l'autorisation de faire une mini-ferme pédagogique. 

La réponse est venue. Vendredi dernier, 2 voitures de la Police Nationale et 2 véhicules de la Police Municipale, une vingtaine de policiers en tout, accompagnés du maire, sont venus pour chasser les poules.

Il paraît que le spectacle valait le coup d'oeil. Les un.e.s et les autres en pleurent encore de rire. Pas un seul animal n'a été pris. L'opération a été renouvelée ce mardi 11 septembre, avec le même spectacle et le même résultat.

Des policiers qui couraient après les poules, c'était comique

Les prétextes invoqués sont de deux sortes (suivant le public). Première version : "Le coq chante trop tôt et cela dérange le voisinage", mais que vaut cette excuse à côté d'un quartier apaisé et réconcilié ?

Deuxième version : "L'odeur des poules couvre l'odeur de la drogue et les dealers se multiplient". Tous les spécialistes interrogés affirment qu'il n'y a jamais eu aucune étude sur le sujet et que si on compare dans le temps sur le même quartier ou si on examine la réalité d'autres territoires, rien de sérieux ne peut être dit sur ces aspects.

Les seuls vrais constats aujourd'hui, c'est que les habitants de la Résidence des Personnes Agées sont ravis et que les automobilistes (pourtant nombreux) s'arrêtent avec le sourire pour laisser passer les gallinacées qui traversent régulièrement les rues du secteur.

Les automobilistes s'arrêtent pour laisser passer les poules et leurs poussins

Les habitantes et les habitants de Palissy sont très en colère, toutes et tous répètent : "Ce maire, il faut qu'il dégage. Celui d'avant, il n'a pas fait grand chose pour nous, mais celui-là, il fait tout contre nous" et ils/elles précisent :"Celui d'avant on pouvait le rencontrer et lui parler, même s'il nous entendait rarement. Mais celui-là, il nous méprise. Il faut être très riche pour lui parler".

En attendant, ils/elles ne veulent rien lâcher. La mini-ferme pédagogique est un objectif sérieux. C'est devenu "l'âme" du quartier. Personne ne peut comprendre que la ville ne s'associe pas a cette démarche qui contribue plus que largement à réconcilier toutes les actrices et tous les acteurs du quartier.

Annie nous le dit : "Ces poules sont devenues le symbole du bien vivre dans ce quartier. Ce n'est pas possible que le maire et la mairie nous les enlèvent".

Claude Bernardi

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Iggy Pop à la médiathèque +

    Dans le cadre de ses « mercredis du doc », la médiathèque d’Aubagne, en partenariat avec Méridiens, nous propose de découvrir l’histoire des Stooges et de leur charismatique leader Iggy Pop dans « Gimme danger », un documentaire de Jim Jarmusch. Lire la suite
  • Mâcon / Aubagne : les citoyen·ne·s au cœur des municipales +

      A l'heure où le mouvement "Aubagne la commune" se positionne comme une vraie force alternative face à Gazay et son équipe pour les prochaines municipales, l'exemple de Mâcon n'est pas sans intérêt. Lire la suite
  • Restaurant brésilien à Aubagne +

    Le nom du restaurant ne peut pas vous tromper sur la cuisine que vous allez découvrir dans ce restaurant : "Les Brésiliens". Ouvert depuis moins de trois mois, vous le trouverez au 15 boulevard Jean Jaurès. Lire la suite
  • Le RCA dominateur, l'AFC défait ... et une 3ème victoire pour l'OM. +

    En cyclisme, après la victoire au sprint de John Degenkolb dans la dernière étape, l'Espagnol Gorka Izaguirre a remporté le Tour de La Provence. L'Australien Simon Clarke et le Français Tony Gallopin complètent le podium, dans la même seconde. Lire la suite
  • Conseil municipal de Cuges : un huis clos pour rire +

      Jeudi 7 février, le conseil municipal s’est réuni avec un huis clos demandé pour 2 délibérations concernant la demande de retrait du titre d’adjoint de Jean Claude Sabetta, 2ème adjoint au maire. La semaine précédente, le maire lui avait retiré toutes ses délégations. Lire la suite
  • Hôpital d'Aubagne : le syndicat Sud Santé Solidaires dénonce +

    Le syndicat Sud Santé Solidaires dans un communiqué de presse dénonce la gouvernance de l'hôpital d'Aubagne. Nous portons à la connaissance de l'ensemble de nos lectrices et de nos lecteurs l'intégralité de cette publication, en précisant qu'elle appartient en totalité à ce seul syndicat, majoritaire à l'hôpital d'Aubagne. Voici le Lire la suite
  • Se rassembler contre la dérive autoritaire ? +

    Après la présentation de la loi "anticasseurs" qu'il serait plus juste d'appeler loi "antimanifestants", après la légitimation des violences policières contre les gilets jaunes suivies ou précédées par des arrestations "préventives", de multiples condamnations en comparution immédiate (alors que Alexandre Benalla continue de se promener à sa guise), des perquisitions Lire la suite
  • 1