Gazay court après les poules de Palissy

Pour toutes celles et ceux qui ont un a priori négatif sur le quartier Bernard Palissy à Aubagne, il faut qu'ils/elles aillent se promener autour de la maison de quartier. Vous y trouverez toutes les générations du quartier vivant en parfaite harmonie.

Un jeune, un peu plus d'une vingtaine d'années, nous raconte ce qui ressemble à un conte de fée : "Un jour, un de nos copains a amené des poussins. On pensait qu'il allait les reprendre, mais ils les a laissés pour qu'on s'en occupe collectivement. Ils sont restés, ils ont grandi, ils se sont reproduits. Maintenant, en liberté, nous avons 7 poules, 2 coqs (l'un s'appelle Fontaine, l'autre Gazay) et 8 poussins qui restent dans la végétation autour de la Maison de Quartier".

Et depuis, cette petite basse cour est devenue un lien, un lieu de rencontre "intergénérationnel" comme diraient les politiciens et les "experts".

Nous avons 7 poules, 2 coqs et 8 poussins en liberté

Tout le quartier s'en occupe, s'en préoccupe même. Les jeunes, comme les moins jeunes. Celles et ceux des HLM et les autres. Chrétien ou musulman, juif ou athée, personne n'a même l'idée de faire une différence.

"On dépense de l'argent pour acheter, chacun à notre tour, leur nourriture. Quand des poussins sont malades, certains les amènent chez eux pour les soigner" nous indique un autre jeune du quartier.

Annie, retraitée, que chacun considère comme la porte parole du secteur ("elle parle juste et fort, elle n'a pas peur de dire la vérité à tout le monde" nous précise un jeune salarié) s'exclame : "Dans ce quartier, il y a une ambiance magique. Nous organisons de petites soirées sympa. Les jeunes entretiennent la végétation, ils arrosent, élaguent, plantent des fleurs".

Annie, c'est notre porte parole, c'est la porte parole de tout le quartier

Un trentenaire rajoute : "Jamais on manque de respect à une personne âgée". Et toutes et tous le reconnaissent: "Ces anciens poussins nous ont permis ces rencontres, un autre regard sur l'autre, un but commun qui nous rassemble".

L'idée est donc venue "d'institutionnaliser" la chose. Ils (jeunes et moins jeunes, retraités, chômeurs ou salariés) ont demandé à la mairie l'autorisation de faire une mini-ferme pédagogique. 

La réponse est venue. Vendredi dernier, 2 voitures de la Police Nationale et 2 véhicules de la Police Municipale, une vingtaine de policiers en tout, accompagnés du maire, sont venus pour chasser les poules.

Il paraît que le spectacle valait le coup d'oeil. Les un.e.s et les autres en pleurent encore de rire. Pas un seul animal n'a été pris. L'opération a été renouvelée ce mardi 11 septembre, avec le même spectacle et le même résultat.

Des policiers qui couraient après les poules, c'était comique

Les prétextes invoqués sont de deux sortes (suivant le public). Première version : "Le coq chante trop tôt et cela dérange le voisinage", mais que vaut cette excuse à côté d'un quartier apaisé et réconcilié ?

Deuxième version : "L'odeur des poules couvre l'odeur de la drogue et les dealers se multiplient". Tous les spécialistes interrogés affirment qu'il n'y a jamais eu aucune étude sur le sujet et que si on compare dans le temps sur le même quartier ou si on examine la réalité d'autres territoires, rien de sérieux ne peut être dit sur ces aspects.

Les seuls vrais constats aujourd'hui, c'est que les habitants de la Résidence des Personnes Agées sont ravis et que les automobilistes (pourtant nombreux) s'arrêtent avec le sourire pour laisser passer les gallinacées qui traversent régulièrement les rues du secteur.

Les automobilistes s'arrêtent pour laisser passer les poules et leurs poussins

Les habitantes et les habitants de Palissy sont très en colère, toutes et tous répètent : "Ce maire, il faut qu'il dégage. Celui d'avant, il n'a pas fait grand chose pour nous, mais celui-là, il fait tout contre nous" et ils/elles précisent :"Celui d'avant on pouvait le rencontrer et lui parler, même s'il nous entendait rarement. Mais celui-là, il nous méprise. Il faut être très riche pour lui parler".

En attendant, ils/elles ne veulent rien lâcher. La mini-ferme pédagogique est un objectif sérieux. C'est devenu "l'âme" du quartier. Personne ne peut comprendre que la ville ne s'associe pas a cette démarche qui contribue plus que largement à réconcilier toutes les actrices et tous les acteurs du quartier.

Annie nous le dit : "Ces poules sont devenues le symbole du bien vivre dans ce quartier. Ce n'est pas possible que le maire et la mairie nous les enlèvent".

Claude Bernardi

L'ASDEL rencontre les maires

 

A la fin du mois d'août, l'ASDEL (Association Se Déplacer En Liberté) était à l'initiative d'une réunion sur le devenir du Val'Tram à laquelle elle avait convié la Présidente du Territoire (absente), les 12 maires et le collectif de défense de la voie de Valdonne. Cette réunion s'est tenue en mairie de Roquevaire et l'ASDEL nous en a fait parvenir le compte-rendu que nous publions intégralement ci-dessous.

Lire la suite : L'ASDEL rencontre les maires

Agglo : souffrance au travail

Jean-Luc Boyer, peut-être le connaissez-vous, beaucoup l'ont sans doute rencontré sans le connaître. Il a été embauché à la ville d'Aubagne, au service de ramassage des ordures ménagères, en 1994. Il a ensuite connu la communauté d'agglomération Garlaban-Huveaune-Sainte Beaume puis celle du Pays d'Aubagne et de l'Etoile. Aujourd'hui il est agent de la métrople Aix-Marseille-Provence.

Lire la suite : Agglo : souffrance au travail

Ville d'Aubagne : une élue du personnel mise au cachot

Au début de cet été, la haute administration de Gazay a décidé de déplacer une élue du personnel pour la mettre dans un espace sans fenêtre et sans éclairage naturel, réservé à l'origine pour les archives et les photocopieuses. Une mise au placard qui en dit long sur les méthodes de gestion du personnel de la ville d'Aubagne.

Lire la suite : Ville d'Aubagne : une élue du personnel mise au cachot

Un commerçant mécontent... et qui le dit !

un commerçant mécontent qui le dit 1

Monsieur Alain Harre est tapissier-matelassier, installé à Aubagne, rue Domergue. Le samedi, sur le marché, il fait des démonstrations professionnelles et, de temps en temps, il joue de la harpe pour animer son stand. Samedi 11 août, la police municipale est venu lui signaler l'interdiction de déballer son instrument de musique.

Lire la suite : Un commerçant mécontent... et qui le dit !

Comment le traitement des déchets met en danger les principes de la République

traitement des dechets 

Cette réflexion  s'impose à la ville d'Aubagne où sous le prétexte de l'esthétique et non de l'hygiène, on installe, hors zone centre-ville, des containers enterrés à un endroit centralisé. Le ramassage des poubelles ne s'effectuant plus dans certaines rues ou impasses.

Lire la suite : Comment le traitement des déchets met en danger les principes de la République

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Repas de nouvel an pour les plus démunis +

    Le Secours Populaire, Urgence et Solidarité et l'équipe de la Maison du Partage (en l'absence du CCAS), avec la complicité du chef du restaurant les Arômes Yannick Besset, organisent 2 événements culinaires pour les plus démunis : un atelier le 19 décembre et un repas gastronomique le 14 janvier. Lire la suite
  • Conseil municipal d'Aubagne : des manteaux mais pas de gilets +

    Une température de quelques petits degrés seulement dans la salle du Bras d’or mercredi 12 décembre pour un conseil municipal en grande partie consacré au budget prévisionnel 2019. Panne ? Economie de chauffage ? Lire la suite
  • Métropole : la fin des illusions +

    Le vote de « l’état spécial du territoire », c'est-à-dire le budget, du Pays d’Aubagne et de l’Etoile confirme, comme dénoncé par les élus de l’opposition depuis 3 ans, l’abandon de la quasi-totalité des projets proclamés « d’intérêts communautaire » par Mme Barthélémy et les maires au moment de la création de la Métropole. Lire la suite
  • Un appel de la CGT des Territoriaux d'Aubagne +

    Après l'intervention télévisée du "Méprisant" de la République lundi soir, le syndicat CGT des Territoriaux de la ville d'Aubagne lance un appel à continuer et amplifier la mobilisation des salarié.e.s dans un communiqué que nous publions intégralement ci-dessous : Lire la suite
  • Les Chroniques du règne de François II - épisode 16 +

    Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, les allusions à l'épisode révolutionnaire de 1789 surgissent dans les discussions tantôt sous les traits de Marie-Antoinette, tantôt sous ceux de Louis XVI ou encore dans les revendications et les actions qui forgent l'histoire de ce mouvement qui a pris, comme tant Lire la suite
  • La dèèèèèèèèèteueuh +

    A chaque réunion du conseil municipal qui vote le budget, Mèfi revient sur la réduction de la dèèèèèète puisque Gazay en avait fait son objectif quasi unique dès le début de son mandat. Le conseil municipal sur le budget a lieu ce mercredi 12 décembre, c'est donc le moment d'un Lire la suite
  • Résultats des élections professionnelles à la métropole +

    Comme partout en France, les élections professionnelles ont eu lieu le 6 décembre à la métropole dont dépendent aujourd'hui les agents de l'ex-agglo du Pays d'Aubagne et de l'Etoile. Nous vous donnons les principales caractéristiques des résultats de ces élections. Lire la suite
  • 1