Plan Local d’Urbanisme d’Aubagne : la ville des inégalités est de retour !

Afficher l'image d'origine

Lundi 12 octobre à la salle du Bras d’Or s’est tenue la séance de restitution publique faisant suite à la période de concertation, non participative mais légale et réglementaire. Une séance de décryptage s’impose face à ce qui fut un exercice d’enfumage auprès des habitants : fini les promesses de campagne, merci aux techniciens devenus des alibis, fini la participation. L’urbanisme des années 60 passéiste et rétrograde signe son grand retour. Adieu la mixité. Gérard Gazay et ses équipes préparent une Aubagne des riches.

Quand les élus s’abritent derrière les techniciens…

Sur près de 300 chaises installées pour faire face à l’affluence des grands jours, à peine plus de la moitié étaient occupées. Une grande partie des chaises supportaient les nombreux élus de la majorité, unis et silencieux comme un seul homme derrière LE chef. Une autre bonne partie des assises comptait une foule de techniciens (urbanisme, voirie, services techniques…) forcés de participer à la démonstration de l’unité des agents sous peine de remontrance jusqu’à la fin du mandat – que l’on attend avec impatience.

En plus de ceux là, quelques propriétaires soucieux de leurs biens et de la constructibilité à venir de leur terrain ont fait le déplacement.

Les visages étaient ennuyés, parfois même endormis à l’image de Madame Levasseur, 2ème adjointe au Maire en charge de l’urbanisme et du droit des sols – rien que ça ! La disposition de la salle en disait long sur le message que Monsieur le Maire souhaite faire passer : « les sachants » face à une assemblée attendant le prêche de la bonne parole urbanistique. Et la salle ne fut pas déçue devant le maître d’école venu faire la leçon à des écoliers incultes.

La fin des promesses électorales

La présentation faite par l’AGAM s’est largement appesantie sur le contexte de la révision du Plan local d’urbanisme. Rappelons qu’en matière d’urbanisme, le PLU ne doit pas « contredire » les plans et projets posés à l’échelle de l’agglomération (SCOT)[1], ni même de la région (SRDDAT)[2] encore moins de l’Etat (Loi SRU[3]…). Par anticipation, il semble évident que le PLU devra être conforme au projet métropolitain qui naitra sous la plume entre autres de l’AGAM, future agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine.

Derrière la règle, on devine la fin des promesses de campagne du candidat Gazay qui s’apprête à refiler la patate chaude de l’aménagement du territoire à la métropole marseillaise. Avec le territoire aubagnais, c’est une pépite économique qui est donnée au nouveau mammouth institutionnel qui se caractérise plutôt par ses difficultés d’emplois, d’attractivité ou de transports selon les dernières études de l’INSEE. Mais qu’importe ! Ce qui ne pourra être fait ou les engagements non tenus, tout sera de la faute à la Métropole.

Les promesses d’hier sont les contradictions d’aujourd’hui. Les orientations d’un certain nombre de documents d’urbanisme locaux ne vont pas dans le sens escompté. Le PLU témoigne d’une absence de vision d’ensemble des élus aubagnais sur leur territoire, à l’exception de quelques principes idéologiques : place à l’habitat pavillonnaire, à l’accession à la propriété, et « au tout automobile », diminution des surfaces agricoles. Bienvenue dans les Alpes Maritimes et sa fabrique de la cité inégalitaire, bétonnée et inondable...

Les Gargues, que le dernier conseil municipal de la ville d’Aubagne a fustigé, devra voir son zonage changer. L’Etat, par la voix du Préfet, a assigné la ville à faire des modifications… ce que fera le Pays d’Aubagne à travers la révision de son Schéma de Cohérence de l’Organisation Territoriale (SCOT). Exercice qui ne durera pas moins de 2 ans. Cadeau à la métropole là encore.

Une ville faite par et pour les riches ! 

S’il en était encore besoin, les orientations prises dans le PLU marqué par le retour à l’individualisme, favorisent les classes les plus favorisées. Quand la plupart des villes de France s’interrogent sur les atouts du logement collectif en terme de gestion de l’espace, Aubagne revient à la maison individuelle. Les problématiques d’attractivité se heurtent au refus d’aménager une nouvelle zone mixte. La participation des habitants se limite au strict minimum. Pour ceux qui auraient la prétention de s’intéresser au devenir de leur ville, aucun document ne sort des services tant qu’ils n’ont pas été votés. Fin du chapitre !

Absence de projet de ville. Pas de vision de l’intérêt général. Abandon de toute politique des déplacements digne de ce nom, fin du dialogue avec les habitants... En un peu plus d’un an, l’équipe municipale aura réussi son pari : détruire des années d’avancées sociales et urbaines.

 José Da Silva

 

[1] Schéma de Cohérence de l’Organisation Territoriale

[2] Schéma Régional de Développement Durable de l’Aménagement du Territoire

[3] Solidarité et Renouvellement Urbain

Articles récents

  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • Covid-19 : et si on en profitait pour échanger et confronter ? +

    Un grand nombre de voix (trop peu à mon sens) s’élèvent depuis de nombreuses années pour déclarer, à juste titre, que le capitalisme est en crise. Ce qui essentiel, c'est de bien comprendre la signification profonde de ce diagnostic. Lire la suite
  • Covid-19 : lettre ouverte au maire d'Aubagne +

    Magali Giovannangeli, au nom de la liste, "Rassemblé·e·s pour Aubagne", a fait parvenir aux médias locaux une lettre ouverte au maire d'Aubagne et à son équipe. Vous pouvez en trouver le texte intégral ci-dessous. Lire la suite
  • Covid-19 : sans polémique, de nouvelles propositions pour Aubagne +

    Nous sommes tous aujourd’hui confrontés à nos obligations de confinement, mais aussi aux besoins d’informations permettant de sortir de cet isolement et de l’état d’anxiété dans lesquels nous sommes plongés. La transparence doit être désormais le maître-mot de toute gestion publique. La nécessité du rassemblement de la nation, ne doit Lire la suite
  • 1