Rythmes scolaires : le Maire dit que c'est pas lui

image

Je m'appelle Enzo, j'ai 8 ans, maintenant je sais lire et j'adore les journaux. Il y a plein de choses intéressantes dedans. Une fois j'ai même lu que ma semaine d'école allait changer à la rentrée de septembre 2014.

Avant j'allais à l'école le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8h30 à 16h30. Cela faisait de grosses journées (6h) à rester assis en classe pendant 144 jours dans l'année. J'ai lu que dans d'autres pays, les enfants ont des journées plus courtes et qu'elles sont plus étalées dans l'année...187 journées. J'ai lu qu'en France, on était les champions d'Europe du nombre d'heures passées en classe. C'est pour ça que je suis souvent fatigué.

J'ai lu aussi que l'ancien ministre de l'Education Nationale (c'est le chef des maîtresses et des maîtres), Monsieur Peillon, avait proposé une "réforme", qu'elle était loin d'être parfaite mais qu'elle prendrait en compte mon intérêt, celui de l'enfant. Donc j'ai lu que je pourrai aller à l'école le mercredi matin ou le samedi matin (comme avant non?). J'ai lu que les grands ont choisi le mercredi matin...bon. Ensuite j'ai lu que le classe s'arrêterait à 15h45 et qu'après on ferait des activités artistiques, sportives, culturelles... sans payer! Je commençai à me faire à cette idée. Mais j'ai lu que le président de la France n'était plus copain avec Monsieur Peillon et qu'il a préféré Monsieur Hamon pour continuer son travail.

Et là j'ai lu que les choses allaient encore changer. En effet j'ai lu que Monsieur Hamon avait "assoupli" la réforme. Il a dit que les villes pouvaient choisir de garder l'ancienne réforme ou choisir un après-midi pour faire les activités. C'est-à-dire qu'on sortira tous les jours à 16h30 (encore comme avant). Des fois je comprends pas les grands qui changent souvent d'avis. Alors j'ai lu que le nouveau maire d'Aubagne a sauté sur cette occasion pour dire à l'ancien maire:"Vous avez bien travaillé mais on va faire comme on l'a décidé, même si on est pas d'accord avec la réforme, vu que c'est une réforme de gauche et que nous on est de droite et en plus la demi-journée que nous nous avons choisi sera le vendredi après-midi et en plus ce sera payant".

Donc, on m'a dit qu'il fallait tout recommencer le travail (au mois de mai) pour être prêt au mois de septembre. Et j'ai appris que les gens qui avaient travaillé sur la réforme depuis deux ans ont du tout refaire en faisant semblant de donner leur choix. J'ai lu qu'il a organisé des conseils d'écoles dans toute la ville (mais lui il y est pas allé) et que les parents et les enseignants ont du choisir entre deux solutions : que les enfants finissent plus tôt le soir et qu'ils fassent les activités après, tous les jours, en rajoutant le mercredi matin, oui bien qu'ils finissent à la même heure qu'avant et qu'ils fassent les activités le vendredi après-midi. J'ai lu que les grands ont choisi le deuxième solution...

Mais surtout on m'a dit que le Maire raconte partout (il l'a même répété au conseil municipal) que c'est pas lui qui a décidé : "La population propose, nous on dispose". Voilà je vous ai tout raconté. En tous cas, j'ai appris un mot dans cette histoire, le mot "courage". Mais je crois que le maire il l'a jamais lu.

Articles récents

  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • Covid-19 : et si on en profitait pour échanger et confronter ? +

    Un grand nombre de voix (trop peu à mon sens) s’élèvent depuis de nombreuses années pour déclarer, à juste titre, que le capitalisme est en crise. Ce qui essentiel, c'est de bien comprendre la signification profonde de ce diagnostic. Lire la suite
  • 1