Les parents dégustent la soupe à la grimace de la cantine

Austérité oblige le mode de fonctionnement de nombreux services municipaux aubagnais est revu brutalement à la baisse. L’un des plus emblématiques, la restauration scolaire, est touché de plein fouet. Au menu : hausse de tarif et organisation délirante pour les parents.

Savez-vous si votre enfant mangera à la cantine le lundi 7 décembre 2015 ?

C’est cette question pour le moins saugrenue que vient de poser Gérard Gazay, Maire d’Aubagne, à l’ensemble des familles de parents d’élèves d’Aubagne, dans un courrier daté du 9 avril.

Un courrier qui donne le nouveau mode d’emploi de la restauration scolaire valable à compter de septembre. En effet, dorénavant, il faudra pour les parents prévoir, jusqu'à 5 mois à l’avance les jours où leurs enfants fréquenteront la cantine !

En cas d’absence de l’enfant sur un créneau programmé le repas sera facturé au tarif habituel, en cas de présence sur un créneau non prévu le repas sera facturé 7 Euros !

Objectif, même pas dissimulé, de la municipalité : réduire le nombre d’enfants fréquentant la cantine avec à la clef quelques économies budgétaires.

Dans une société de plus en plus flexible, où bon nombre de salariés ne connaissent leur emploi du temps que quelques jours à l’avance, voilà une mesure qui va encore considérablement complexifier la vie des familles et des enfants.

D'après une source interne à la Ville d'Aubagne : "A peine le courrier reçu, de nombreux parents ont téléphoné en Mairie pour se plaindre de cette organisation". Après les bugs à répétition sur la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, la nouvelle équipe municipale prendra-t-elle le risque de fâcher une fois encore les familles avec cette nouvelle organisation de la restauration scolaire ?

Et une facture plus salée

Le conseil municipal du 9 avril vient de décider la modification des tranches de revenus pour le calcul des tarifs des cantines scolaires.

Sous une simple présentation d'un réajustement technique, il s'agit, en fait, d'une vraie augmentation déguisée. On nous explique, en effet, que certains y gagnent et que d'autres y perdent et, qu'au total, tout cela s'équilibre.

Mais qu'en est-il, en fait ? Seulement 1345 familles vont payer légèrement moins, pendant que 2450 voient leur tarifs augmenter. Mais surtout, les 1202 familles qui ont les revenus les plus bas subissent une augmentation du prix d'un repas de + 10 % !

Une nouvelle illustration de la politique d'austérité décidée par Gérard Gazay et son adjointe à la comptabilité.

 

Antoine Monticellu et Gabi Monnier



[Edit du 15 avril à 10 h 45]

Denis Grandjean, Conseiller municipal d'opposition et co-président du groupe Aubagne alternative citoyenne et écologique, nous a fait parvenir le texte de son intervention, prononcée au nom des deux groupes d'opposition, concernant le sujet :

"Alors c'est ainsi. Il faut économiser, rationaliser et tant pis si cela dégrade, malgré l'implication du personnel, la qualité du service rendu : Pour les enfants intolérants à un aliment, panier repas tous les jours, même régime que pour ceux qui ont une allergie grave et récurrente.
Pour les familles dont les enfants mangent irrégulièrement à la cantine, fin de la souplesse, on a plus les moyens d'adapter l'offre, ce sont les parents et leurs enfants qui s'adaptent : l'inscription se fera par jour fixe pour un trimestre minimum.
En cas d'absence pour maladie, les repas des 2 premiers jours resteront dus...
En cas de clôture de l'inscription, tout le mois commencé restera dû dans sa totalité... il faudra bien choisir la date de son déménagement...
Ces changements qui, pour certaines familles, seront des bouleversements, ne vont pas bien avec l'idée que nous nous faisons de la qualité du service public communal, un service qui s'adapte aux besoins des usagers et non le contraire. Nous savons déjà que le personnel des écoles et du service enseignement devra subir l'incompréhension des familles. Nous leur disons notre entière solidarité.
Vous l'aurez compris, nous désapprouvons cette délibération."

 

 

Articles récents

  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • Covid-19 : et si on en profitait pour échanger et confronter ? +

    Un grand nombre de voix (trop peu à mon sens) s’élèvent depuis de nombreuses années pour déclarer, à juste titre, que le capitalisme est en crise. Ce qui essentiel, c'est de bien comprendre la signification profonde de ce diagnostic. Lire la suite
  • Covid-19 : lettre ouverte au maire d'Aubagne +

    Magali Giovannangeli, au nom de la liste, "Rassemblé·e·s pour Aubagne", a fait parvenir aux médias locaux une lettre ouverte au maire d'Aubagne et à son équipe. Vous pouvez en trouver le texte intégral ci-dessous. Lire la suite
  • 1