Marseille, capitale française… des embouteillages

Marseille décroche la médaille d’or des villes françaises les plus embouteillées et se hisse même à une incroyable 18e place mondiale ! En moyenne, ce sont 92 heures de perdues chaque année à patienter dans les bouchons pour un Aubagnais travaillant à Marseille. A quand une véritable politique des transports chez notre grande voisine ?

A quelques jour d’OM-PSG, le classico du championnat de France de football, voilà un match que les Marseillais ne seront pas forcément heureux de remporter. La société Tom-Tom (la marque de GPS) nous révèle que Marseille est définitivement plus embouteillée que Paris.

Tous les deux ans, la société Tom-Tom compile les données transmises par les GPS connectés dans 218 villes des 6 continents. Elle dévoile sur son site internet le classement obtenu, en 2015, comme en 2013, Marseille remporte haut la main le classement hexagonal, se classant même en 11e position européenne et encore plus surprenant à une 18e place mondiale ! Marseille est significativement plus congestionnée que Paris (22e mondiale), Shanghai (24e) ou San Francisco (26e).

En clair, les automobilistes circulant à Marseille passent en moyenne 36% de temps supplémentaire pour un trajet quand le trafic est congestionné que lorsqu’il est fluide. Cela représente tout de même 24 minutes par jour ou 92 heures par an. Pire, le taux de congestion peut atteindre 71% aux heures de pointe, notamment en soirée.

Alors, bien sûr il y a des explications géographiques à cette situation. Marseille est une ville en bord de mer (impossible de construire un périphérique à la parisienne ou à la lyonnaise), avec une géographie accidentée (rien de plat à Marseille, on monte et on descend tous le temps). Mais ces particularités géographiques sont tout de même connues depuis 2600 ans.

Alors, la faute des particularismes locaux ? Stationnement en triple file devant la boulangerie ou le bar-tabac, voies réservées aux bus transformées en parking… Pourtant les Napolitains, réputés guère plus « disciplinés » que les Marseillais se classent à la 50e place mondiale.

Un chaos volontaire ?

Et si la raison de ce triste classement était plutôt à chercher du côté des politiques locales de transports ? Ou plutôt leurs incohérences.

Un tramway marseillais qui a plus servi de moteur à une poussive rénovation urbaine qu’à un réel développement des transports en commun. La preuve : sur la majeure partie de son tracé il roule au dessus du métro ! Des quartiers entiers (comme par hasard les populaires et densément peuplés quartiers Nord) peu ou très mal desservis, des horaires inadaptés, fermeture du métro à 22h30 en semaine, un tarif prohibitif (1,50 € le ticket) pour les voyageurs occasionnels…

S’ajoute à cette absence de volonté de développer les transports collectifs, une incapacité à terminer les projets structurants destinés à la voiture. L’éternel chantier de la L2 (lancée en 1979 !) en reste la meilleure illustration. Avec son emblématique échangeur Florian (certains l’auraient rebaptisé Désiré) en chantier depuis 14 ans ! Sans compter cette capacité à multiplier les tunnels payants : Prado – Carénage ou Prado – Michelet ou l'absence de développement des modes doux (vélos, piéton...)

Au final tout est fait pour que celui qui cherche à se déplacer soit contraint d’utiliser sa voiture et donc coincé dans les sempiternels embouteillages marseillais à moins de s’acquitter du péage de 2,80 € minimum par voyage.

Bref, une incurie toute marseillaise qui risque de contaminer l’ensemble de la future métropole quand on voit comment les élus UMP (tous adjoints de Jean-Claude Gaudin) s’emparent de tous les centres de pouvoir à la CUM (Guy Tessier) au Conseil Général (Martine Vassal). A croire que l’UMP n’existe dans les Bouches-du-Rhône que pour satisfaire l’appétit de Marseille.

A moins que les élus de cette future métropole ne regardent vers les expériences qui ont donné de bons résultats plutôt que vers leur traditionnelle politique qui reproduit en boucle les échecs. Au titre des bons résultats citons la politique transport du pays d’Aubagne et de l’Etoile, avec sa gratuité emblématique, mais aussi son tramway qui dessert les quartiers les plus peuplés (Charrel, Tourtelle, centre-ville) et reliant les principaux équipements publics (lycées, collèges, hôpital et gare). Espérons que la volonté de relier le tram de Marseille à celui d’Aubagne, affirmée récemment par Guy Tessier, président de la Communauté Urbaine de Marseille et repris par Sylvia Barthélémy, présidente de l'Agglo du Pays d'Aubagne et de l'Etoile, mette moins de temps à se réaliser que l’échangeur Florian à sortir de terre.

Gabi Monnier

 

 

Petits outils pour survivre en milieu embouteillé :

Tom-Tom met gratuitement à disposition une prévisualisation des conditions de trafic. Pratique, on jette un coup d'œil avant de partir et on choisit l'itinéraire le plus rapide : ici 

Pour les partisans des transports en commun le site www.pacamobilite.fr vous permet de planifier vos déplacement en temps réel et met même gratuitement à disposition une application à télécharger sur smartphone (iPhone et Androïd) 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1