Qu’allons-nous faire de cette semaine ?


Les heures et les jours que nous vivons après l’attentat commis contre Charlie Hebdo marqueront durablement la France. Face aux crimes du fanatisme (crimes contre la rédaction de Charlie Hebdo, crimes contre la Police, crimes antisémites à la Porte de Vincennes, multiplication des actes islamophobes), la mobilisation populaire a été quasi sans faille. Les rassemblements, les dessins, les bougies, les paroles ont su mêler à la douleur du deuil le réconfort, l’espoir et la combativité pour des valeurs dignes d’être défendues.

 

Nous avons tous ressenti le besoin de nous retrouver et de marcher ensemble, partout, comme une impérieuse nécessité de se serrer les coudes. Ensemble faire face à la barbarie.

Aubagne, jeudi soir, entre 1000 et 1500 aubagnais rassemblés pour dire #JeSuisCharlie

 

Mais peut-on confondre cette union du peuple avec l’« union nationale » telle qu’elle est proposée par la classe politique ?

D’abord cette pseudo union nationale prépare le terrain pour un raidissement liberticide du régime, ensuite parce qu’elle sera utilisée pour réduire au silence non seulement la critique des problèmes majeurs qui disloquent notre société — économiques, sociaux, démocratiques — mais également les oppositions politiques qui s’y expriment.

Les tentatives de récupérations sont déjà là. Comme une caricature de lui-même Jean-Marie Le Pen balance sur twitter un appel à voter F’Haine en pleine prise d’otage en déclarant : « je ne suis pas Charlie » 

François Hollande et Angela Merkel défilent bras dessus bras dessous cherchant à récupérer cette foule, rassemblée par millions, pour légitimer leur politique d’austérité.

Parqué au quatrième rang du carré VIP de la manif parisienne, Sarkozy sautille sur ses talonnettes pour être certain de passer sur iTélé et BFM.

Nicolas Sarkozy, poussant le garde du corps de Benyamin Netanyahou pous s'infiltrer au premier rang

 

Si les joyeux anars de Charlie pouvaient voir ça ils riraient mais peut être jaune…

Dans les jours, les semaines qui viennent, une fois l’émotion retombée, soyons tous vigilants pour ne pas avaler n’importe quoi au nom de ce qui s’est passé cette semaine.

 

Mobilisons nous pour comprendre ce qui nous arrive. Les pièges sont nombreux et devant nous. Le pire serait de répondre aux ennemis de la liberté en s’attaquant à nos libertés. Ou encore de faire des questions religieuses le coeur du débat national. Malek Merabet, le frère d'Ahmed Merabet, policier tué lors de l'attentat contre Charlie Hebdo rappelait fort à propos que « Les fous n’ont pas de couleur, pas de religion »

Modestement, mais très déterminé, Mèfi! l’impertinent continuera plus que jamais de se moquer, de dénoncer, de faire rire sur l’actualité locale d’Aubagne et des environs. Mèfi! continuera à parler de ce qui se construit dans le monde, en Bolivie comme en Grèce, comme alternatives à la loi du fric et aux dominations humiliantes qui rongent le monde.

 

La rédac

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant
 EUR

Articles récents

  • Mes 30 minutes à la réunion CIQ du Centre-Ville +

    Le 27 novembre, réunion du CIQ du Centre-ville à la salle de la Résidence des Potiers. Plantons le décor, il y avait du monde : M. Gazay et sa cour du conseil municipal, une délégation importante de la future liste de la gauche rassemblée, beaucoup de gens en colère en raison Lire la suite
  • L'AFC encore vainqueur, le RCA marque des points, 6ème victoire consécutive pour l'OM +

    En Ligue 1, Lyon se déchaîne à Nîmes (0 à 4), Lille bat Brest (1 à 0), le QSG règle le sort de Montpellier en quelques minutes (1 à 3), Nice écrase Metz (4 à 1), Monaco retrouve du souffle face à Amiens (3 à 0) et Rennes défait Angers Lire la suite
  • Gloria Mundi de Guédiguian +

    Guédiguian a besoin de mélodrame pour nous interpeler sur les dérives dramatiques de la société. Le cadre : Marseille. La ville se prête à merveille comme décor, quartier populaire (la rue d’Aix), quartiers d’affaires (les Terrasses du Port). Les acteurs : des femmes et des hommes que l’on rencontre tous les jours Lire la suite
  • Du social, c'est urgent ! +

    Entre un gouvernement qui fait la part belle aux plus riches et une municipalité qui détruit les remparts et les protections construites ici pendant des décennies, nos concitoyens, qui ont besoin de vraies politiques sociales, subissent une double peine. Lire la suite
  • Rassemblé·e·s pour Aubagne +

    Lundi 2 décembre dans l'ancienne salle de la Bourse du Travail, un petit peu plus d'une centaine de personnes ont tenu l'Assemblée Constituante de la liste qui devrait s'intituler, si on a bien compris, "Rassemblé·e·s pour Aubagne" et qui sera conduite par Magali Giovannangeli. Lire la suite
  • Retour aux valeurs humanistes et priorité au lien social +

    Cohabitation harmonieuse entre individus ou entre communautés, voici un principe qui doit être un préalable au sein d'une société, et qui plus est, au centre de la ville dans laquelle nous résidons. Lire la suite
  • Voix et guitare : Garance de passage au Cercle +

    On nous annonce un concert exceptionnel. Sans aucun doute. Avoir cette chance d’attraper une date de la tournée de Garance dans le cadre de Chant ‘appart - une organisation qui permet à de petits lieux, voire des particuliers d’accueillir chez eux des artistes - est une de ces opportunités devant lesquelles il Lire la suite
  • 1