Gazay n'avance plus masqué : il ose tout... et Christine Pretot se réjouit

gazay n avance plus masque il ose tout et christine pretots s en rejouit

Gérard Gazay a sans doute cru, après le désastreux « masque-chaussette », que la commande des 50.000 masques réutilisables allait se dérouler sans vagues et redorer son blason. C’était sans compter sur la méfiance qui entoure ses actes. Il a tellement menti depuis 6 ans que tout ce qu’il fait, ou touche, devient suspect. Le dernier épisode atteint un sommet : les fameux 50.000 masques ont été commandés à l’entreprise HATEIA dont les co-gérants sont le fils de Mme Pretot, conseillère municipale délégué aux activités commerciales et à l’événementiel, et sa compagne.

Pour un montant proche de 200.000 euros (c’est l’entreprise elle-même qui informe du prix à l’unité sans doute hors taxe soit 3.50 euros …). Ainsi une nouvelle fois c’est le copinage et le retour de services aux amis proches, qui tient lieu de ligne politique. L’intérêt des Aubagnais est bien loin.

Soyons clair, la société HATEIA n’est en rien responsable de la décision de Gérard Gazay. Si ses co-gérants se retrouvent en situation inconfortable c’est à cause de Gérard Gazay et de Christine Pretot qui les ont entraînés dans un acte commercial dont on peut se demander s'il n'y a pas conflit d’intérêts.

De l’imprudence sûrement due à la fougue de la jeunesse, à la volonté de développer leur entreprise. Nous les félicitons pour notre part pour avoir su modifier en temps record leur process de production et pour avoir créé des emplois.

Qu’une entreprise de la filière textile se mobilise dans la situation sanitaire actuelle est à mettre à leurs actifs. Dès lors pourquoi diable s’être abandonné dans cette erreur ? Pourquoi diable nous faire croire que les masques sont vendus à prix coûtant (nous avons toujours cru que le propre d’une entreprise est de faire un bénéfice ) alors que dans divers interviews le cogérant nous explique que c’est sur la masse qu’il va se rattraper … et c’est chose faite avec un carnet de commande rempli pour au moins 8 mois.

200 000€ pour l'entreprise du fils d'une conseillère municipale

Espérons qu’après cet épisode on ne découvre pas prochainement que les co-gérants de l’entreprise (rappelons qu’il s’agir du fils et de la belle-fille de Mme Pretot) n’ont pas à titre personnel participé au financement de la campagne municipale de Gérard Gazay. Cela ferait « tâche » dans le paysage.

Quant à ce dernier : comment peut-on être aussi incompétent, jusqu’à aller commander des masques à un parent d’une élue actuelle - et de nouveau candidate ?

Comment peut-on être aussi irresponsable et imposer une décision que tout autre maire dans le pays aurait repoussée ? Dans le climat actuel de suspicion envers les élus de tout bord, quelle idée lui a pris de commettre un acte de gestion aussi aventureux ?

La réaction ne se fait pas attendre, il suffit d’être à l’affût des réseaux sociaux, des conversations entre amis pour entendre la petite musique qui dit : ils sont là pour se servir. Il n’y en a que pour « eux » et leurs «amis». Gérard Gazay par cet acte volontaire assumé confirme une fois de plus qu’il n’est ni à la hauteur de la gestion de la crise ni à la hauteur de la fonction de Maire.

Par cet acte dont on peut douter de la légalité, Gérard Gazay se dévoile une fois de plus tel qu’il est réellement : autoritaire dans les décisions, incompétent au premier degré, acteur du copinage, imbu de sa personne.

Peut-on douter de la légalité de l'opération ?

Car malheureusement ce n’est qu’une pierre de plus à l’édifice du copinage : nous avions eu les embauches complaisantes de cadres incompétents -coucou les services techniques- avec hauts salaires, nous avions eu les petits arrangements entre amis par le truchement du Plan Local d’Urbanisme ( coucou camp major- entre autres), nous connaissions la capacité à intervenir sur les propriétés privés au frais des contribuables, nous avions vécu en direct les protections octroyées à l’adjoint à la jeunesse (coucou Giovanni Schippani) avant que l’encore-maire ne lui promette encore plus, ou cet autre élue louant à centre-ville un logement insalubre. Nous avons connu les embauches à la ville, à l'agglo, à l'hôpital, à 13Habitat, des élus ou de leur famille. Et bien d’autres.

Mais cette fois cela dépasse l’entendement. Rappelons–le, 200.000 euros, attribués à une entreprise appartenant au fils d’une élue. C’est vraiment un événement.

Christine Pretot s’en glorifie. De ce point de vue elle justifie sa délégation à l’événementiel, et c’est bien la première fois en 6 ans. Ironiquement nous lui conseillons de demander le changement de dénomination de sa délégation et à la place de « développement des activités commerciales » que Gérard Gazay lui octroi « le développement des activités commerciales familiales ».

Mais plus sérieusement nous lui conseillons de démissionner : profiter de sa position d’élu pour permettre à un membre si proche de sa famille de bénéficier d’une commande publique, et de se féliciter de cela, relève du mépris pour les Aubagnaises et les Aubagnais.

Mais ce que nous vivons n’est que la première vague d’un tsunami qui va ravager l’hôtel de ville. Déjà les rumeurs (il n’y a jamais de fumée sans feu) annoncent un départ de la Directrice Générale Adjointe en charge des finances – sans doute très lucide sur la moralité de cette commande. Il y aura sans doute des répliques.

Patrick Bourgoin

 

Articles récents

  • Casier judiciaire : les candidats doivent s'engager ! +

    La confiance dans les élu-e-s est de plus en plus mise à mal. Depuis plus d'une décennie, les "affaires" qui ont défrayées la chronique des faits divers et qui impliquaient un élu-e n'ont pas cessé d'augmenter. Même si cela n'en concerne qu'une minorité, cela suffit à jeter le doute et Lire la suite
  • Mélin attaque Gazay +

    La député européenne RN Joëlle Mélin publie un communiqué où elle attaque la "gestion Gazay" sans ménagement. Lire la suite
  • Confirmation : Schipani est de retour +

    De temps en temps il arrive à Gérard Gazay de s'oublier et puis soudain de se dévoiler. Sa page Facebook, était ainsi particulièrement silencieuse depuis le début de la distribution des masques de la "famille Pretot". Soudain ce matin une vidéo publiée nous apporte son lot d'informations. Lire la suite
  • Gazay n'avance plus masqué : il ose tout... et Christine Pretot se réjouit +

    Gérard Gazay a sans doute cru, après le désastreux « masque-chaussette », que la commande des 50.000 masques réutilisables allait se dérouler sans vagues et redorer son blason. C’était sans compter sur la méfiance qui entoure ses actes. Il a tellement menti depuis 6 ans que tout ce qu’il fait, ou touche, Lire la suite
  • Insuffisances du maire d'Aubagne : les élus de gauche communiquent +

    Suite aux demandes avortées d'un véritable travail commun de tous les élus municipaux face à la crise sanitaire, les groupes de gauche au conseil municipal nous ont fait parvenir le communiqué ci-dessous. De leurs côtés, Sylvia Barthélémy pour le groupe UDI et Joëlle Mélin pour le RN ont fait parvenir Lire la suite
  • Aubagne : enfin, les "vrais" masquent arrivent +

    Huit jours après le déconfinement, la ville d'Aubagne va, enfin, du mardi 19 mai au samedi 23, distribuer un masque aux normes pour chaque Aubagnaise et chaque Aubagnais. Vous trouverez ci-dessous toutes les modalités de retrait. Lire la suite
  • Alinéa Aubagne en cessation de paiement +

    Rien à voir avec le coronavirus, même si la crise sanitaire n'a fait qu'aggraver la situation, Alinéa, siège social Aubagne a été déclaré en cessation de paiement au Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • 1