Menteurs !

Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les plus profondes. Mais cela exige de la confiance et la confiance doit être réciproque. Elle passe par de la transparence et par la vérité, sur tout et tout le temps. Or, on découvre que le mensonge est à tous les étages, du sommet de l'Etat au petit pouvoir local.

On nous a menti ! On nous ment !

On nous a raconté qu'on ne pouvait pas prévoir l'immensité de la catastrophe. Mais Agnès Buzyn, anciennement ministre de la santé, avoue qu'elle savait, dès janvier, l'ampleur du drame qui pointait. Elle en avait averti le Président de la République et le Premier Ministre, mais tous les trois ont gardé ça pour eux ! Mensonges !

On nous a convaincu que les masques ne servaient à rien une fois la pandémie déclarée. C'était faux. En fait, nous n'avions plus de masques parce qu'on avait fait des économies sur le renouvellement des stocks. Mensonges !

On nous serine à longueur de chaînes d'infos en continu que les tests de dépistage n'ont pas de sens, qu'il faut savoir "cibler". La vérité, c'est tout simplement que le gouvernement ne veut pas se donner les moyens humains et financiers de généraliser une pratique pourtant réalisée dans d'autres pays et demandée à corps et à cris par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Mensonges !

Tous les jours, le nombre de morts a été égrené, sans mettre l'accent sur le fait que n'étaient pas comptabilisés les décès dans les EHPAD, ni ceux à domicile. Mensonges et manipulations !

Il y a encore 48 heures, du ministre de la santé au directeur des hôpitaux de l'Assistance Publique de Paris, on nous jurait "qu'on avait de la marge" et que notre capacité en lits de réanimation était extensible. Aujourd'hui, partout, de Toulouse à Mulhouse, de Paris à Brest, médecins hospitaliers, infirmiers et même le directeur de l'AP-HP lancent un cri d'alerte, ils sont au bord de l'étouffement. Ils ne vont plus suivre.

Personne ne veut pointer les milliers de lits supprimés ces dernières années, on fait l'impasse sur le nombre de services de réanimation fermés (en particulier dans le Grand Est, et cela aurait pu être le cas à Aubagne !) on veut nous faire oublier la réduction drastique des postes de médecins, d'infirmiers-ères, de brancardiers, d'aide-soignantes, de personnel de service et d'entretien qui ont été liquidés dans toutes les structures médicales. Mensonges ! Menteurs !

On n'a même plus le matériel médical nécessaire pour soigner, des médicaments (qui sont fabriqués à l'étranger) au nécessaire pour intuber (on ferme même, aujourd'hui, les usines qui produisent les bouteilles d'oxygène). Menteurs !

Et au niveau local, notre maire-miniature joue sur le même registre.

On lui propose d'organiser un portage massif de repas à domicile. Il nous répond que l'épicerie sociale porte 32 (TRENTE DEUX !) paniers repas. Pas plus aujourd'hui qu'hier.

On lui demande de prendre en charge les personnes âgées. Il nous répond que le CCAS (le CCAS !) s'occupe, comme d'habitude, de ses 550 bénéficiaires. Alors qu'il y a près de 6 000 personnes âgées à Aubagne !

On fait observer que l'ouverture d'un centre médical réservé au Covid-19 s'impose dans une structure municipale. Il n'y répond rien.

Une alerte aux plus démunis et au SDF est déclenchée. Il répond que la Maison du Partage continue de fonctionner ... et qu'il est en lien avec le Préfet. Mais par contre il "soutient les initiatives de la Croix Rouge". C'est quoi ce soutien ? Personne n'en sait rien. Il est, peut-être, au bord du terrain et il crie "Allez la Croix Rouge".

On pourrait allonger la liste. Nous sommes au sommet de l'absence de transparence, au sommet de la défense de son petit pouvoir local. On ne sait jamais "et si l'opposition en profitait". Quelle petitesse politicienne !

Combien de cas ont été diagnostiqués positif au Covid-19 à Aubagne ? Y a-t-il eu des décès ? Où peut-on être testé ? Dans quelle(s) condition(s) ? A-t-on testé les plus démunis ? Les résidents des EHPAD ? Des questions simples auxquelles il faut répondre.

Assez de mensonges ! Assez de menteurs ! De la transparence ! Faisons confiance "aux gens" ! Ils et nous sommes capables de comprendre les difficultés, capables d'éviter les polémiques inutiles sur les erreurs passées !

Oui, ensemble, faisons face, dans la transparence et la confiance !

Antoine Monticellu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : pour un "groupe de vigilance et d'actions" à Aubagne +

    Au moment où on nous annonce un deuxième décès dû au covid-19 à Aubagne, il est temps de rassembler toutes les forces, sans exclusive, pour faire face à la crise sanitaire qui est encore devant nous. Lire la suite
  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • 1