Des Aubagnais bloqués à l'étranger

des aubagnais bloques a l etranger 2 

Le pouvoir politique nous disait, à propos du COVID-19, "dormez tranquille, il n'y a rien à craindre". Pire peut-être, le couple Macron nous encourageait à sortir, au théâtre notamment. C"était une semaine avant que le même Macron ne prenne solennellement la parole un jeudi soir de mars 2020 pour nous dire qu'en réalité "c'est grave". Les Françaises et les Français y ont cru à moitié.

MONDE DU TRAVAIL VS MONDE POLITIQUE

Ils y ont cru d'autant moins qu'en janvier, l'ancienne ministre de la santé leur disait que l'épidémie n'atteindrait pas la France, que le gouvernement n'a pas réagi avant la fin février et de manière timide et surtout, oui surtout, parce que depuis 50 ans, on a érigé en politique publique l'individualisme, le chacun pour soi, la concurrence économique et sociale, entraînant par la même occasion une perte de conscience par le citoyen de l'intérêt général et du sens de la parole politique.

Des promesses ont été faites. Notamment que les Françaises et les Français ne perdraient pas un centime durant le confinement. Les vrais travailleurs savent que c'est faux. Les primes mensuelles qui servent à payer certains salariés ne seront pas dédommagées. Les "panier repas" non plus. Tout ce qui n'est pas pris en compte habituellement pour le calcul de la Retraite passera à la trappe alors même que ce sont des revenus réguliers sur lesquels comptent celles et ceux qui tiennent à jour un cahier de compte personnel.
 
On nous a fait une autre promesse, celle de permettre aux Françaises et aux Français qui sont actuellement à l'étranger de pouvoir revenir en France. Promesse de bon sens mais sur laquelle le Président Macron n'a, en réalité, aucune prise. Ce qui éclaire d'ailleurs son discours de lundi soir, si prompt à vouloir tout révolutionner. Nous savons déjà à quoi cela aboutira.
 
des aubagnais bloques a l etranger 3

DES AUBAGNAIS BLOQUES A L'ETRANGER

Des Françaises et des Français qui galèrent actuellement sur un lieu de vacances transformé en lieu de stress et d'inquiétude, il y en a. Tout simplement parce que l'espace aérien mondial n'est pas l'espace aérien français et parce que d'autres pays tentent eux aussi de se protéger du virus, en refusant, même en transit, des citoyens français.

Les vols réservés sont annulés, de nouveaux sont prévus pour être à leur tour supprimés.

C'est l'histoire que vivent actuellement Julie, née à Aubagne, et Sébastien, qui habitent Marseille depuis peu. Partis pour Tumbak, en Indonésie, au début du mois, ils se retrouvent coincés sur l'île de leur séjour. Le quotidien local "Tribun Manado" a même fait un article sur eux. Ils sont les derniers touristes du territoire. Le problème vient de l'une de leurs escales : Singapour. Dans un article du Monde du 18 mars, Manu Bhaskaran, économiste au sein d'un institut de conseil local déclare : " A Singapour, je me sens plus en sécurité que partout ailleurs."

Les mesures du régime dit "semi-autoritaire", qui est un concept qu'il faudra nous expliquer, se font malheureusement au détriment d'autres personnes comme Julie et Sébastien qui se retrouvent sans solution du jour au lendemain avec une compagnie aérienne forcément débordée et donc forcément inefficace.

L'Ambassade de France les exhorte à prendre très rapidement un vol. Mais les tarifs sont prohibitifs. Cela va de 800 à 6000 euros par personne. Tout est à leur charge.

L'hôtel dans lequel ils sont contraints de loger le temps que la situation trouve une issue, en raison des décisions des différents gouvernements, est entièrement à leur frais. Nous sommes donc bien loin du discours enchanteur d'un Président qui laisse penser que l'Etat s'occupe de ses ressortissants à l'étranger.

Le dernier post du couple en date est révélateur : "Il y a des changements et annulations toutes les secondes on pète les plombs"

Le comble dans tout ça ? Julie travaille en pharmacie. Elle ne demande qu'une chose : rentrer pour aider ses collègues, mobilisés.

Le cas de Julie et Sébastien n'est pas isolé. Un couple d'Aubagnais, en vacances à Zanzibar, est aussi bloqué sans savoir quand est-ce qu'ils pourront rentrer pour retrouver leurs enfants. Les photos de vacances idylliques ont laissé la place au silence ou à des posts d'inquiétude bien compréhensibles.

 Il y aurait aussi beaucoup à dire également sur les hôtels et compagnies aériennes qui refusent pour l'heure de rembourser les réservations du mois d'avril sous prétexte d'attendre officiellement le report du confinement alors même que la situation n'est pas propice au tourisme, que des pays comme l'Italie ou l'Espagne sont loin d'être sortis de la crise et qu'il est totalement interdit, pour cause de confinement, de voyager. Reprochera-t-on aux touristes que l'on n'a pas remboursé de se rendre - contre toute logique certes - sur le lieu de vacances qu'ils se sont payées après des mois ou années de travail ? Ou bien est-ce au pouvoir politique de prendre des décisions claires et dans la durée de sorte de reconstituer un semblant de stabilité pour tout le monde : entreprises, travailleurs, touristes, services publics, citoyens.

Nous ne doutons pas que les services censés garantir la sécurité des ressortissants français sur place tentent de faire leur travail. Ce qui doit être mis en lumière c'est le décalage qu'il y a entre les promesses lancées devant une caméra par un Président toujours plus déconnecté des réalités du terrain et ce que traversent les vrais gens dans le vrai monde.

Camille Alexandre
 
des aubagnais bloques a l etranger 1
 

Articles récents

  • Covid-19 : pour un "groupe de vigilance et d'actions" à Aubagne +

    Au moment où on nous annonce un deuxième décès dû au covid-19 à Aubagne, il est temps de rassembler toutes les forces, sans exclusive, pour faire face à la crise sanitaire qui est encore devant nous. Lire la suite
  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • 1