COP25 : que faire après l'échec annoncé ?

cop25 : que faire après l'échec ? 

La COP25 se termine à Madrid. C'était un échec annoncé. Il est confirmé par l'ensemble des acteurs de la préservation de la planète et des observateurs présents.

L’échec du collectif ?

La COP, c'est pourtant le lieu théoriquement parfait pour régler les problèmes climatiques : des représentants légitimes de chaque pays, des ONG, des scientifiques, la société civile. Le climat est unique, il n'y a aucun espoir de résoudre le problème seul. Travailler au sein de la COP, se regrouper pour trouver une solution collective. La COP est là, tout va aller pour le mieux.

Et pourtant, nous voici à la fin de la COP… 25. Soit la 25ème année consécutive que l'ensemble du monde se retrouve pour régler ce problème. 25 ans, où tous les ans, les constats s'aggravent : de projections catastrophiques à réalité terrible. 25 ans pour se rendre compte que les scientifiques ont raison depuis plusieurs décennies, 25 ans pour se rendre compte qu’on n’y arrive pas. Une preuve simple : la quantité de CO² dans l'air atmosphérique depuis 1960 augmente, COP ou pas COP.

Les démocraties sont-elles capables ?

Vendredi, les dirigeants des pays développés rentrent dans leur pays et n'agissent pas. L'équation de l'amélioration de la situation climatique est complexe : les pays développés sont les responsables du dérèglement climatique. Pour lutter contre celui-ci, il faut diminuer l'impact carbone de nos activités et donc expliquer que les ambitions de croissance doivent être limitées, voire nulles.

Nous pouvons crier au scandale, à l'incapacité de nos responsables politiques d'être à la hauteur de la situation. Nous pouvons aussi nous rappeler André Comte Sponville, "On a les responsables politiques que l'on mérite".

Comment peut-on imaginer l'émergence d'une nouvelle donne politique prenant en compte la contrainte forte du climat sans un soutien massif de la population ?

La solution au changement climatique viendra donc de la population

La COP ne marche pas ? Accélérons notre engagement, crions notre volonté de changement, félicitons les élèves en grève avec Greta pour le climat, soutenons les ONG de l'affaire du siècle. Engageons-nous politiquement dans les partis, dans les collectifs, dans les syndicats, dans les entreprises pour exiger la prise en compte du péril climatique et du désastre social qu’il engendrera. Votons pour écarter du pouvoir les partis politiques qui ne voient dans le climat qu'une lubie environnementale de plus. 

Seule l'accumulation des mouvements citoyens fera comprendre à nos dirigeants, actuels ou à venir, que nous attendons ce changement, que la population est prête à attendre des solutions contraignantes pour sauver la planète, la vie des habitants et l'air que nos enfants respirent.

Oui, des solutions existent. Il y en a pleins les tiroirs des 25 dernières COP. Les politiques ont simplement peur de les appliquer, du fait de la concurrence des économies mondialisées et d'une peur viscérale d'être rejetés par leur propre population.

Montrons-leur la voie.

 

Alexandre Latz
écologiste, Place Publique, Rassemblé·e·s pour Aubagne

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1