Plus de guichet en gare d'Aubagne ?

Depuis quelques mois, la direction de la SNCF tente de réduire le personnel des guichets entre la gare de La Blancarde et celle de La Ciotat. Déjà, à Aubagne, il n'y a plus qu'un guichet sur deux qui est en service. Les usagers souhaitent la réouverture du deuxième.

Depuis la réforme ferroviaire de 2018, la SNCF cherche tous les moyens de supprimer des postes d'agents en contact direct avec le public.

Déjà, sur Marseille-Blancarde, le guichet est fermé le dimanche, un guichet a été supprimé en semaine et l'amplitude d'ouverture de la billetterie a été réduite.

Sur Aubagne, un guichet a été supprimé en journée et l'amplitude d'ouverture est réduite.

Sur La Ciotat, il n'y a plus de guichet le dimanche avec moins d'amplitude d'ouverture en semaine.

A Cassis, le guichet unique n'est ouvert que 3 jours par semaine.

On peut y rajouter que les agents absents ne sont jamais remplacés ce qui provoque, souvent, de longues périodes d'attente pour accéder aux services.

Mais ce n'est pas terminé, la direction de la SNCF et le conseil régional annoncent la mise en place d'équipes d'agents mobiles qui incluent les gares où les guichets sont fermés (La Penne, Saint Marcel...). Ce qui serait une excellente chose, si cela ne se faisait pas au détriment de postes supprimés ailleurs. 

En effet, ce qui est en perspective, sous prétexte d'amélioration du service par de la présence humaine partout, c'est de réduire encore puis de supprimer totalement les guichets fixes qui existent encore, alors qu'il faudrait remettre en service le deuxième en gare d'Aubagne.

Un "Collectif des agents des gares de Marseille-Blancarde, Aubagne, Cassis et La Ciotat" a décidé d'alerter la population et a lancé une pétition (en ligne : http://chng.it/DM6Mcb42).

Une journée d'action est prévue le 29 novembre en présence des médias, des élus et avec les usagers.

L'ASDEL (Association Se Délacer En Liberté), le collectif V2V (Voie de Valdonne), la Maire de La Penne sur Huveaune, le mouvement citoyen Aubagne La Commune ont décidé de s'associer à toutes ces actions et de faire signer la pétition pour la sauvegarde du service public ferroviaire.

Les populations du territoire et les agents de la SNCF ne sont pas prêts d'accepter de nouvelles réductions du personnel.

Joseph Lèsperd