On a nettoyé l'Huveaune... et après ?

on a nettoye l huveaune et apres

Cette semaine encore, Mèfi se fait l'écho des propositions de Jean Reynaud. Garder l'Huveaune propre doit devenir une priorité du Syndicat de l'Huveaune et des propriétaires des rives de notre fleuve. Les élus ont un rôle primordial à jouer.

La semaine dernière, à l'appel du Syndicat de l'Huveaune, écoles, particuliers, familles, associations sont allés débarrasser les rives et le lit de l'Huveaune de nombreux déchets qui en dégradent les bords.
C'est très bien.

Mais cette action, si elle est symbolique ne sera totalement efficace que si le principal instigateur et responsable de la qualité de notre fleuve, met les moyens pour rendre l'Huveaune agréable toute l'année.

Ainsi, depuis des années nous sommes plusieurs à demander que le Syndicat de l'Huveaune embauche 5 personnes pour assurer l'enlèvement des déchets, pendant toute l'année, de la rivière et non pas seulement demander une fois par an à chacun de s'y investir.

Ce n'est qu'ainsi, en entretenant les rives par débroussaillement sélectif et enlèvement d'arbres et de branches mortes que le Syndicat pourra rendre l’accessibilité du cours d'eau qui appartient aux riverains. A ce sujet, je tiens à rappeler qu'une loi de 2003 permet à la collectivité d'en rendre public les rives en cas de défaut d'entretien par les riverains-propriétaires.

Et que l'on n'objecte pas le coût de ces opérations utiles à la population : les études, diagnostics ou schémas prévus dans le cadre du contrat de rivière sont bien plus chères que l'embauche de 5 personnes qui nous permettraient, comme le chantait mon grand père sur l'air de "Se canto, que canto" et en y passant tous les jours de la semaine : "lou dilun quouro avèn la furo, S'anan proumena Au bord de l'Uvèuno, S'anan régala" (Le lundi, quand j'ai la flemme, je m'en vais promener au bord de l'Huveaune, je vais me régaler).

Jean Reynaud