La CGT des communaux dénonce Gazay

la cgt des communaux denonce gazay

Dans un tract que nous reproduisons ci-dessous intégralement, les syndicats CGT des municipaux accusent la ville d'avoir raboté le budget prévu pour les oeuvres sociales du personnel de 137 285 € :

"Dès le début de son mandat la municipalité en place a calqué sa dotation pour l’action sociale sur le budget du CLAM, association aubagnaise qui précédemment la gérait.

Ce budget initial s’élevait donc à 130.000 €. La municipalité a tenu à le scinder en deux comme suit : 110.000 € en direction du COS Méditerranée et 20.000 € pour la préparation de « l’arbre de Noël » des enfants des agents de la ville.

Si pour les années 2016, 2017 cela été le cas, pour l’année 2018, l’administration a intégré « l’arbre de Noël » dans la dotation du COS… à hauteur de 15.000 €, réduisant ainsi, au passage, de 5 000 € le budget consacré à celui-ci !

Mais le plus pernicieux, c’est que la dotation de 110.000 € n’est pas systématiquement utilisée dans sa totalité !

Ainsi par un jeu d’écritures dont on sait que cette municipalité en a fait une spécialité, le solde de chaque année est crédité pour l’exercice suivant. Il a été exactement de 45.097 € pour l’année 2016, de 46.335 € pour 2017 et de 30.823 € auquel il faut rajouter les 15.028 € d’arbre de Noël intégrés au budget pour 2018.

En 3 ans c’est donc 137.285 € d’économie faite sur l’action sociale, sans compter les 5.000 € rabotés pour l’exercice 2018 et 2019 pour l’arbre de Noël.

On se pose d’ailleurs aussi la question de la réalité de ces dépenses pour les exercices 2016 et 2017 qui certainement n’ont pas été de 20.000 € par an.

Au total, on peut aisément chiffrer à près de 150.000 € la somme qui a été ainsi spoliée aux agents de 2016 à 2018 !

On pourrait y rajouter aussi l’adhésion au COS Méditerranée de 13.140 € par an imputés sur le budget de l’action sociale ; soit pour les 3 années en question près de 40.000 € pour des prestations plus que discutables !

Cet argent devrait pourtant être utilisé en totalité au bénéfice des agents de la ville d’Aubagne. Leurs élus du personnel devraient pouvoir participer aux choix qui prévalent à l’utilisation de ce budget. Qui mieux qu’eux pour définir ce que pourraient être les aides sociales, solidaires et la participation aux dépenses concernant les pratiques sportives et culturelles ?

Il faut exiger qu’ils soient partie prenante des attributions qui en sont faites. Les propositions ne manquent pas entre l’augmentation de ces aides en nombre, en participations élargies au profit de chaque foyer et non pas seulement à chaque agent, ou encore l’augmentation de la participation de l’employeur aux mutuelles… jusqu’au choix de jouets plus éthiques et de l’organisation de l’arbre de Noël …

Le choix de cette municipalité est d’œuvrer en toute opacité pour mieux manipuler par le jeu d’écritures. Ses manœuvres ne visent qu’à combler les déficits de gestion globale et à masquer la logique libérale qui consiste à réduire toujours plus les dépenses consacrées à ses agents pour un transfert, en définitive, au profit du privé.

Exigeons le changement !"