Gazay s'assoit sur l'Environnement


gazay s assoit sur l environnement

Immersion dans l'une des expériences les plus incroyables des cinq dernières années. A l'occasion des Assises de l'Environnement qui se tiennent actuellement à Aubagne, la ville d'Aubagne a mis en ligne sur son site un questionnaire supposé renseigner l'équipe au pouvoir sur nos habitudes et notre ressenti. 

Première question : comment jugez-vous l'implication de la ville en termes d'environnement et de développement durable ? Les choix vont de très impliquée à pas du tout impliquée. Bien sûr, inutile de dire que je vote "pas du tout impliquée". La raison ? Les déambulations automobiles de F1 voulues et relayées par le sieur Gazay, aujourd'hui chantre de la dépollution et de la qualité de vie paraît-il.

Seconde question : quels moyens de transport utilise-t-on pour se déplacer dans la ville et dans les communes voisines...

Après cinq années aux responsabilités, le maire a besoin (enfin !) de la parole des habitants pour connaître leurs habitudes. Pas besoin d'un questionnaire, Monsieur Gazay. La ville est saturée de voitures aux heures de pointe, les Aubagnais(e)s plébiscitent le Tramway que vous avez fustigé puis condamné et utilisent les bus avec d'autant plus de facilité qu'il n'y a plus besoin de monnaie ni d'abonnements à renouveler. Gratuité que vous menacez indirectement avec la Métropole puisque la RTM compte bien mettre la main sur tout le réseau et harmoniser les tarifications ce qui revient à détruire la gratuité des transports à Aubagne. Ceci jouera sans doute en faveur de l'environnement j'imagine.

Alerte enfumage : la municipalité "envisage" de développer des pistes cyclables. L'utilisation du verbe en question en dit long sur les délais de mise en place d'un tel système alors qu'en 2014, notre maire préféré, alors candidat, en parlait déjà... Cinq ans après, on ne promet plus, on envisage. Chouette !

A cette question, je préfère ignorer les propositions listées et répondre "autres" histoire de les faire un peu cogiter... C'est bien gentil de questionner la population mais lorsqu'il s'agit en fait de mâcher le travail, ce n'est plus de l'écoute mais du foutage de gueule.

Dans la dernière sous-question de ce deuxième point, la municipalité n'hésite même plus. Elle demande franchement : "quels sont les améliorations à apporter en matière de transport et de mobilité au sein de la ville ?" autrement dit "qu'est-ce qu'on doit faire messieurs dames ?"

Cela fait peut être cinq ans que l'ASDEL, l'association Se Déplacer En Liberté, et V2V, le collectif Voie de Valdonne, expliquent ce que certains habitants veulent pour le territoire et cinq ans qu'on leur explique que des projets sont dans les clous, que ça va se faire, pour finalement déroger à leur parole à l'instar de ce qui s'est fait pour le Valtram, encensé, présenté en grandes pompes puis écarté, ressuscité et enfin actuellement suspendu. Comment ces gens-là doivent-ils prendre le fait que le maire qu'ils ont rencontré à de multiples reprises pour parler transport, publie au bout de cinq ans un questionnaire aussi basique ?

Le troisième volet du questionnaire concerne les déchets... Des questions qui demandent des précisions à propos des habitudes de tri des habitants avec une question qui ne manque pas de sel : quelles sont selon vous les améliorations à apporter en matière de tri et de collecte des déchets ?

La mise en place de sacs à déjection canine est même évoquée pour "améliorer la propreté des rues". Pas l'ombre d'une remise en question ! Le manque de moyens n'est jamais abordé ou proposé. 

Quatrième volet : l'éducation à l'environnement qui est une formulation parfaitement galvaudée. On n'éduque pas à l'environnement, on évolue dans son environnement, on apprend à connaître son environnement, à le protéger etc... 

Cinquième volet : les espaces verts. On nous demande si on fréquente (encore) les parcs de la ville. La question mérite d'être posée quand on sait comment ces espaces verts sont entretenus. 

Point six : notre ressenti par rapport à la pollution. Se sent-on exposé à la pollution ? Qui a pu pondre ce genre de questions ? Sincèrement. Amusez-vous à traverser l'avenue Marcel Pagnol en fin d'après midi ou le matin, et vous pourrez répondre à cette question. Marcher dans la rue de la République à côté des véhicules et vous aurez votre avis. Descendez l'avenue Roger Salengro matin et soir et vous aurez une idée de la réponse à donner etc.

Les propositions sont malgré tout intéressantes car ils ont osé mentionner la pollution "visuelle", c'est à dire les publicités et les enseignes. Il faut bien le dire, pour qui vit en centre ville, c'est devenu une habitude. Mais quiconque vit un peu en périphérie se rend compte de l'abondance de panneaux publicitaires, y compris de taille ridicule en bord de route, mais aussi la profusion d'enseignes lumineuses la nuit avec une utilité que l'on cherche encore à comprendre...

Le questionnaire se termine ainsi avec l'énorme sensation d'avoir renseigné des gens dont on attendait, cinq ans après leur accession aux responsabilités, une expertise plus qu'une écoute tellement inhabituelle qu'on en douterait presque de la sincérité.

Camille Alexandre

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Rugby Club Aubagnais : c'est mal parti +

    En Ligue 1, le QSG règle le sort de Dijon par une écrasante victoire (4 à 0), Lille termine par un festival devant Angers (5 à 0), Lyon bat Caen (4 à 0), Saint Etienne fait de même devant Nice (3 à 0). Montpellier ne peut faire que match nul Lire la suite
  • La culture se porte bien… pourvu qu’on s’en occupe +

    Une trentaine de personnes se sont retrouvées mardi 30 avril dans un atelier thématique d’Aubagne la commune pour aborder la question de la culture dans l’activité municipale aujourd’hui. Faire un constat et tracer des perspectives pour retrouver du sens à ce qui s’est considérablement dégradé en cinq ans, faisaient l’objet Lire la suite
  • Les écoles Pin Vert et Hugo se mobilisent contre la faim +

    La 22e édition de la Course contre la faim aura lieu ce vendredi 17 mai. En 2018, ce sont plus de 260 000 élèves de 1 200 etablissements qui ont participé à ce projet dans plus d’une cinquantaine de villes françaises et à l’étranger. À Aubagne, les écoles du Pin Lire la suite
  • Magali Giovannangeli, candidate d'un projet collectif +

    A 23 ans, elle était la benjamine du conseil municipal d’Aubagne, lorsque Jean Tardito a succédé à Edmond Garcin. Quelques trente ans plus tard, Magali Giovannangeli sera sans doute la plus jeune candidate à conduire une liste de rassemblement contre le tandem Gazay-Barthélemy lors des élections municipales du printemps prochain. Lire la suite
  • Mais où est Denis Grandjean ? +

    Ce soir, 15 mai, le jour des 10 ans de la gratuité des transports à Aubagne, on inaugure le local de campagne de "Aubagne La Commune". 10 rue Laget entre l’épicerie gastronomique et le Baobab café. Pile en face du barber shop qui vient du désert. Le lieu est tout Lire la suite
  • Des questions après le saccage de l'école maternelle du Charrel +

    Après les dégradations dans plusieurs salles de classes de l'école maternelle du Charrel, pendant le week-end des 11 et 12 mai, de nombreuses questions (qui ? pourquoi ? comment ?...) restent posées et attendent des réponses de l'enquête en cours. Mais un article très documenté de La Provence du mardi 14 mai nous Lire la suite
  • Le Martinot, une nouvelle adresse pour les gourmets +

    Depuis quelques mois, le centre-ville d’Aubagne voit quelques épiceries fines et restaurant de qualité ouvrir leur porte dans le centre-ville d’Aubagne. C’est le cas en lieu et place de l’ancien restaurant La Farandole désormais remplacé par Le Martinot. Lire la suite
  • 1