Après la découverte de la location sans bail par une élue municipale : solidarité avec la famille !


apres la decouverte de la location sans bail par une elue municipale solidarite avec la famille

Mardi 30 avril, La Provence et La Marseillaise nous apprenaient que l'élue au tourisme de Gérard Gazay louait un appartement de la vieille ville dans un état lamentable, sans bail et pour un montant de 400€ mensuel. L'élue, pour se défendre, concluait sa plaidoirie par un cri :"le mieux c'est qu'ils s'en aillent". Nous pouvons partager cet avis, mais pour aller où ? Peut-on espérer un élan de solidarité ?

Rappelons d'abord les raisons du départ d'Algérie. Le père, chauffeur de bus indépendant, a subi des pressions, a été menacé et a dû faire face à des tentatives de racket. Après des menaces sur la famille, en juillet 2018, il a décidé de partir et de demander asile à la France.

L'OFPRA (organisme chargé d'étudier les dossiers) a été saisi et un appel est en cours d'instruction. En attendant, il faut bien vivre et se loger. Le père trouve quelques travaux de maçonnerie et de peinture qui lui permettent de solliciter la générosité de quelques familles, la fille aînée, 18 ans, suit une formation de coiffure en alternance dans un organisme à Marseille, la plus petite, 8 ans, est scolarisée au Pin Vert.

Dans un premier temps, ils sont logés chez des amis au Charrel, puis au Pin Vert. Des connaissances leur permettent de trouver cet appartement, rue de l'Egalité. Ils n'ont pas d'autre choix que de s'en contenter.

L'appartement, c'est 18 m² en tout, au 3ème étage : une "pièce à vivre" (cuisine, salle à manger, salon, couchage), avec un tout petit fenestron de quelques centimètres carrés qui ne ferme pas + un alcôve sans fenêtre + un "coin toilette" minuscule sans interrupteur (le père s'est chargé de réaliser une installation précaire).

Mais, comme disent les gens qui ont tout : "c'est mieux ça que rien".

Aujourd'hui, l'urgence absolue, c'est de trouver un autre appartement décent pour 4 personnes. Nous faisons donc appel à toutes les bonnes volontés qui pourraient avoir les moyens de répondre à ce besoin, y compris des bailleurs "sociaux", y compris les gestionnaires des Centres d'Accueil des Demandeurs d'Asiles, y compris des particuliers qui auraient la possibilité, au moins provisoirement, de les héberger.

Cet appel à la solidarité se complète par deux dimensions : humaine et "politique" d'abord pour que leur demande d'asile aboutisse, économique ensuite pour permettre à ces 4 personnes de vivre et de se nourrir.

Si vous souhaitez répondre à ces appels, vous pouvez faire vos propositions en les envoyant en "Message Privé" sur la page facebook de Mèfi. Nous transmettrons.

Claude Bernardi

 

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Gazay : le temps de semer l'illusion est revenu +

    Tout Aubagne le sait maintenant, deux oracles sondagiers successifs ont annoncé la défaite de Gazay aux prochaines élections municipales. Depuis, branle-bas de combat en mairie. Le maire se précipite dès qu'il aperçoit plus de deux personnes pour serrer des mains. Le directeur des services techniques et son adjoint courent dans Lire la suite
  • On vient de découvrir à quoi servent les caméras +

    Mardi 17 juillet 2019. Retenez bien cette date, elle est en passe de devenir historique pour Aubagne. Un véritable tournant pour la politique municipale. Grâce au Centre de Supervision Urbaine (un nom ronflant pour dire "les caméras de vidéo-surveillance"), la "Brigade Propreté Incivilités" (la BPI pour les professionnels) vient d'arrêter Lire la suite
  • Et la plainte ? +

    Après la condamnation de la ville d'Aubagne par la Cour d'Appel de Paris en janvier 2018 face à la banque RBS, concernant les emprunts toxiques, Gazay, dans une lettre enflammée adressée aux Aubagnais·es en juin 2018, écrivait : "en intentant une action pénale auprès du Procureur de la République, je souhaite Lire la suite
  • Les dogmes libéraux pour Aubagne ? +

    La Cour des Comptes et les Chambres Régionales des Comptes sont des juridictions financières. La Cour des Comptes en est l'institution financière supérieure et chaque CRC est présidée par un conseiller maître ou un conseiller référendaire à la Cour des Comptes. Lire la suite
  • ALC : paroleS à la diversité avec Maurice Marsiglia, militant associatif +

    Maurice Marsiglia : militant associatif « Je participe à toutes les initiatives de défense des services publics. J'ai souvenir de la chaîne humaine initiée par l'ancienne municipalité pour obtenir un équipement essentiel pour le développement de l'hôpital. Aujourd'hui, l'hôpital est gravement menacé dans ses missions par M. Gazay et la majorité actuelle Lire la suite
  • Rencontre Aubagne La Commune - CGT Territoriaux +

    Avant les départs en vacances, des représentants d'Aubagne La Commune et des syndicats CGT (cadres et agents) du personnel communal se sont rencontrés pour faire un état des lieux, en particulier, sur les attentes des uns et des autres. A l'issue de cette réunion, un communiqué nous a été transmis. Lire la suite
  • ALC : paroleS à la diversité avec David Jame, cadre de la fonction publique territoriale +

    David Jame, cadre de la fonction publique territoriale Je soutiens « Aubagne la Commune » parce que cette initiative citoyenne constitue le socle et la dynamique qui doivent permettre à notre ville de redevenir ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : une ville solidaire, ouverte, créative et ambitieuse. Lire la suite
  • 1