Maison du Partage : nouvelle réduction du personnel

maison du partage : nouvelle reduction du personnel

On le savait déjà, la solidarité, l'entraide, l'humanisme, ce n'est pas son truc à Gazay. Lui, c'est plutôt les banques et les promoteurs immobiliers. Une nouvelle réduction du personnel à la Maison du Partage en fait une fois de plus la démonstration.

Le prétexte trouvé, c'est le partage effectif du personnel du CCAS et de la ville. Chacun chez soi, le CCAS récupère son personnel, décide de son affectation et le rémunère, la ville fait de même. Cela permet de réduire, dans les faits, le nombre d'agents communaux affectés au CCAS.

Pour l'entretien de ses locaux, la Maison du Partage avait un poste à temps plein financé par la ville et un emploi à 80% dépendant du CCAS.

La ville vient de décider de "récupérer" son agent. Il ne reste donc plus qu'un poste à 80% pour l'ensemble du service d'entretien pour ce lieu d'accueil des plus démunis.

La Maison du Partage leur permet de prendre une douche, d'accéder à des toilettes, d'obtenir des vêtements propres (en lien avec le Secours Populaire et la Croix Rouge), de consommer un petit déjeuner, d'avoir une aide administrative, d'assister à des temps de formation, de bénéficier de soins.

Depuis l'arrivée de Gazay ce lieu est dans le viseur de la ville sur le thème : "ça nous coûte un pognon de dingue". On a d'abord réduit les temps d'ouverture, au dernier Noël on a supprimé le repas pour les bénéficiaires, et maintenant on rogne sur les dépenses de personnel.

La prochaine étape, après les élections municipales sans doute (si par malheur Gazay et son équipe sont encore là), c'est la liquidation pure est simple. La solidarité sacrifiée sur l'autel de la gestion comptable et de l'intérêt des banques.

Antoine Monticellu

 

 

Articles récents

  • Gazay refait les mêmes promesses qu'en 2014 +

    Pas loin de 500 personnes ce jeudi 20 février à l'Espace des Libertés pour écouter le maire et son équipe nous présenter ce qu'ils appellent un "projet de ville" et qui n'est rien d'autres que la reprise des promesses du candidat Gazay que le maire Gazay n'a pas tenues. Lire la suite
  • Gazay privatise tout… jusqu’à sa campagne électorale ! +

    Depuis 2014, on sait  la mission que s’est assignée le maire LR d’Aubagne : livrer aux intérêts privés les terrains arborés, le patrimoine et les services publics de la ville. Nul besoin d'être "Medium" pour savoir ce qu'il fera si, par malheur, il est réélu. Lire la suite
  • Sondage : Joëlle Mélin arrive ! +

    Un sondage qui vient de nous parvenir confirme, après l'élection présidentielle de 2017 et les européennes de 2019, la place prépondérante du Rassemblement National à Aubagne. Lire la suite
  • Enfin un point d'accord avec la Macronie ! +

    Interview politique sur LCI du 12/02/20, invitée  : Amélie de Montchalin, secrétaire d'Etat aux Affaires Européennes. Sujet : En France, les Municipales des 15 et 22 Mars 2020. Lire la suite
  • Sylvia Barthélémy n'est pas une visionnaire +

    La vie politique de Sylvia Barthélémy à Aubagne est caractérisée par deux traits essentiels : elle perd tout le temps et elle se trompe avec la même régularité. Nous avons extrait quelques-unes de ses prises de position qui marquent son absence totale de vision stratégique sur des questions essentielles du territoire. Lire la suite
  • Gazay va-il oser ? +

    Entre les claquements de portes, les mises à l'écart, les menaces de "révélations" et les tentatives de débauchages ratées, on sait que l'élaboration de la liste de Gazay pour les prochaines municipales s'est construite dans la douleur. Lire la suite
  • Aubagne 2020 : la délinquance explose +

    Nous avons déjà fait état de la vingtaine de cambriolages subis par des foyers aubagnais depuis le début janvier 2020. Cela correspond à un record national au regard de la taille de la commune, mais, depuis, d'autres chiffres viennent encore aggraver ce premier constat. Lire la suite
  • 1