Monsieur Gazay : de la dignité !

jean tardito 2019

Dans la nuit du 30 au 31 janvier, Jean Tardito, maire d'Aubagne pendant 14 ans, nous a quittés. Il fut le successeur d'Edmond Garcin en 1987, puis fut élu au premier tour des élections municipales en 1989, réélu ensuite à deux reprises par une large majorité d'Aubagnaises et d'Aubagnais. Et pourtant Gazay reste quasiment muet.

Un simple communiqué dont la froideur pourrait faire trembler un ours polaire, deux lignes sur le site de la ville, aucune cérémonie ou hommage "municipal" annoncé, même pas les drapeaux du fronton de la mairie en berne, c'est comme cela que le 1er magistrat de la ville a décidé de traiter un de ses anciens adversaires.
Quelle petitesse, alors que partout dans Aubagne l'émotion est perceptible, que les plus farouches opposants d'hier à Jean Tardito reconnaissent ses qualités. Même Sylvia Barthélémy fait part de son émotion et salue "sa forte personnalité et ses côtés attachants". Elle parle de la première communauté d'agglomération, d'Argilla, ...pour insister "autant de traces durables qu'il aura laissées derrière lui en faveur de notre territoire".

Gazay va-t-il pousser l'indignité jusqu'à ne pas venir à l'hommage organisé par la famille le 6 février ?

Antoine Monticellu