Aubagne : y a-t-il un pilote dans l'avion ?


La période entre novembre et février est la plus recommandée pour l'élagage des arbres. Le mois de novembre a été choisi par la ville d'Aubagne pour élaguer les platanes du centre ville. Mais visiblement sans aucune concertation avec le service événementiel.

Avant la mi-novembre, alors que l'abri qui accueille chaque année la crèche panoramique sur le cours Foch était en cours de montage (il ne restait plus que les finitions du toit), l'entreprise d'élagage est venue tailler le platane qui déploie ses branches juste au-dessus.

Résultat : il a fallu interrompre le montage et des branches conséquentes ont échoué sur le toit. Personne n'avait prévu de faire les travaux de taille avant la réalisation de l'écrin de la crèche.

Mais ce n'est pas tout. Les illuminations de Noël commençaient à être posées sur Foch et Barthélémy (le cours !) et les ébrancheurs sont arrivés. 

Résultat : on a retiré les illuminations qui étaient en place pour attendre la fin des travaux.

N'y a-t-il donc plus personne pour coordonner tout ça et donc être tout à la fois plus efficace et moins cher (en période de dette cela s'impose pourtant) ?

Il est vrai que le Directeur Général des Services Techniques qui vient de Marseille n'a peut-être pas trouvé le cours Foch. A moins qu'à Marseille on n'élague pas les arbres, on attend qu'ils tombent avec les immeubles ?

Le Directeur du Service Evénementiel (et du protocole !), lui, dans la mesure où il a vu son salaire doubler en 4 ans, il attend tranquillement que Bruno Gilles, "son vrai élu", devienne maire de Marseille pour retourner dans la capitale phocéenne.

Quant au Directeur Général des Services (à 11 000€ mensuel), il approche les 70 ans et il a sans doute des trous de mémoire ce qui reste bien naturel à son âge.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Iggy Pop à la médiathèque +

    Dans le cadre de ses « mercredis du doc », la médiathèque d’Aubagne, en partenariat avec Méridiens, nous propose de découvrir l’histoire des Stooges et de leur charismatique leader Iggy Pop dans « Gimme danger », un documentaire de Jim Jarmusch. Lire la suite
  • Mâcon / Aubagne : les citoyen·ne·s au cœur des municipales +

      A l'heure où le mouvement "Aubagne la commune" se positionne comme une vraie force alternative face à Gazay et son équipe pour les prochaines municipales, l'exemple de Mâcon n'est pas sans intérêt. Lire la suite
  • Restaurant brésilien à Aubagne +

    Le nom du restaurant ne peut pas vous tromper sur la cuisine que vous allez découvrir dans ce restaurant : "Les Brésiliens". Ouvert depuis moins de trois mois, vous le trouverez au 15 boulevard Jean Jaurès. Lire la suite
  • Le RCA dominateur, l'AFC défait ... et une 3ème victoire pour l'OM. +

    En cyclisme, après la victoire au sprint de John Degenkolb dans la dernière étape, l'Espagnol Gorka Izaguirre a remporté le Tour de La Provence. L'Australien Simon Clarke et le Français Tony Gallopin complètent le podium, dans la même seconde. Lire la suite
  • Conseil municipal de Cuges : un huis clos pour rire +

      Jeudi 7 février, le conseil municipal s’est réuni avec un huis clos demandé pour 2 délibérations concernant la demande de retrait du titre d’adjoint de Jean Claude Sabetta, 2ème adjoint au maire. La semaine précédente, le maire lui avait retiré toutes ses délégations. Lire la suite
  • Hôpital d'Aubagne : le syndicat Sud Santé Solidaires dénonce +

    Le syndicat Sud Santé Solidaires dans un communiqué de presse dénonce la gouvernance de l'hôpital d'Aubagne. Nous portons à la connaissance de l'ensemble de nos lectrices et de nos lecteurs l'intégralité de cette publication, en précisant qu'elle appartient en totalité à ce seul syndicat, majoritaire à l'hôpital d'Aubagne. Voici le Lire la suite
  • Se rassembler contre la dérive autoritaire ? +

    Après la présentation de la loi "anticasseurs" qu'il serait plus juste d'appeler loi "antimanifestants", après la légitimation des violences policières contre les gilets jaunes suivies ou précédées par des arrestations "préventives", de multiples condamnations en comparution immédiate (alors que Alexandre Benalla continue de se promener à sa guise), des perquisitions Lire la suite
  • 1