Le maire de Cuges crève l'écran !


 

L’émission « Pièces à conviction » du mercredi 14 novembre sur France 3 était consacrée à certaines dérives de la gestion communale par des maires et des élus. Comme annoncé, une séquence importante était consacrée à la commune de Cuges-les-Pins. On attendait des réponses sérieuses sur les dossiers qui ont alimenté la chronique du village. On a eu droit au Muppet Show !  Et ça fait peur.

Incompétence et cynisme. Tous les téléspectateurs retiendront cette image surréaliste, dans le bureau du maire, où le maire, sa 1ère adjointe et le directeur  des services de la commune, « LE » spécialiste des finances, se sont ridiculisés aux yeux de tous :  

Extraits :

  • la journaliste à France Leroy, adjointe aux finances : « vous êtes sûre que l’emprunt de l’école ne coûtera pas plus de 1800€/mois?
  • France Leroy : « qui vous a donné ce chiffre ? »
  • La journaliste : « Monsieur le maire» qui confirme :
  • Le maire : « oui, on a vu ça avec Daniel (ndlr : Daniel Rousseau, le DGS) sur le chantier. »
  • La journaliste : « vous n’avez pas des documents …»

France Leroy reste muette. Le DGS fait son apparition. Sourire aux lèvres. Guignolesque. Mais sans aucune réponse. Et pour cause. La mensualité pour les travaux de l’école sera de 6125 €, soit 73500€ sur l’année. Loin des chiffres annoncés par le maire.

Incompétence donc, et CYNISME. Sur le chantier de l’école, le maire « chiffre » le remboursement de l’emprunt en suppression de poste d’agents du service public.
Le maire : « il suffit de supprimer un poste pour financer l’emprunt ». Et en plus d’être cynique, Bernard Destrost ne sait pas compter, peuchère !

C’est la nouvelle jauge financière du maire et de ses élus : l’extension de l’école =  4 postes à supprimer ! Les travaux du Bd Gambetta =  1 poste à supprimer ! Les travaux des Bd Stanislas-Fabre et Bonifay =  encore un poste à supprimer…

Quand on veut liquider le service public, on ne compte pas !

Autre sujet abordé, les « dysfonctionnements » constatés dans les services techniques et pointés par la Chambre Régionale des Comptes. Interviewé, l’ancien directeur des services techniques confirme les propos qu’il a tenus il y a deux ans. Propos que nul ne démentira : ni un agent communal interrogé par la journaliste, ni même le maire !

Abus  sur les cartes de carburant, véhicules et matériel qui « disparaissent », travaux effectués avec des engins du garage communal chez des élus… pendant le temps de travail (!), on allait enfin savoir, et surtout, connaître les dispositions prises pour y remédier ! Raté.

Mauvais timing répondra le maire. « Ce n’était pas le moment et les règles du jeu auraient du être précisées avant !». Depuis quand a-t-on besoin de préciser que la probité, l’honnêteté font partie des qualités que l’on attend de tout agent du service public, et de tout salarié en général, et a fortiori de la part d’élus de la République ?
Donc pas de mesures prises, si ce n’est… une tentative de révocation du directeur des services techniques devant le conseil de discipline du centre de gestion des Bouches du Rhône. Lequel a blanchi le directeur des services techniques et remonté les bretelles du maire sur son management et son organisation.

Ainsi donc, tout était vrai ? Tout ce que Méfi rapporte depuis plusieurs mois sur les errances de la gestion municipale à Cuges !

Les masquent sont tombés. Personne, en particulier les élus de la majorité de Bernard Destrost, ne pourra dire qu’il ne savait pas. A eux de cautionner ou pas cette politique.

Et aux citoyens de se faire entendre. Comme le disait le représentant de la Cour des Comptes dans le débat qui a suivi la diffusion du reportage : « les seuls à pouvoir sanctionner un maire, ce sont les citoyens avec leur bulletin de vote». Ce matin, dans les rues de Cuges, l’émission était dans tous les propos de Cugeois sidérés, partagés entre l’indignation et l’inquiétude. Avec la honte de l’image que le maire a donné de leur village.

Diego de la Vega

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Iggy Pop à la médiathèque +

    Dans le cadre de ses « mercredis du doc », la médiathèque d’Aubagne, en partenariat avec Méridiens, nous propose de découvrir l’histoire des Stooges et de leur charismatique leader Iggy Pop dans « Gimme danger », un documentaire de Jim Jarmusch. Lire la suite
  • Mâcon / Aubagne : les citoyen·ne·s au cœur des municipales +

      A l'heure où le mouvement "Aubagne la commune" se positionne comme une vraie force alternative face à Gazay et son équipe pour les prochaines municipales, l'exemple de Mâcon n'est pas sans intérêt. Lire la suite
  • Restaurant brésilien à Aubagne +

    Le nom du restaurant ne peut pas vous tromper sur la cuisine que vous allez découvrir dans ce restaurant : "Les Brésiliens". Ouvert depuis moins de trois mois, vous le trouverez au 15 boulevard Jean Jaurès. Lire la suite
  • Le RCA dominateur, l'AFC défait ... et une 3ème victoire pour l'OM. +

    En cyclisme, après la victoire au sprint de John Degenkolb dans la dernière étape, l'Espagnol Gorka Izaguirre a remporté le Tour de La Provence. L'Australien Simon Clarke et le Français Tony Gallopin complètent le podium, dans la même seconde. Lire la suite
  • Conseil municipal de Cuges : un huis clos pour rire +

      Jeudi 7 février, le conseil municipal s’est réuni avec un huis clos demandé pour 2 délibérations concernant la demande de retrait du titre d’adjoint de Jean Claude Sabetta, 2ème adjoint au maire. La semaine précédente, le maire lui avait retiré toutes ses délégations. Lire la suite
  • Hôpital d'Aubagne : le syndicat Sud Santé Solidaires dénonce +

    Le syndicat Sud Santé Solidaires dans un communiqué de presse dénonce la gouvernance de l'hôpital d'Aubagne. Nous portons à la connaissance de l'ensemble de nos lectrices et de nos lecteurs l'intégralité de cette publication, en précisant qu'elle appartient en totalité à ce seul syndicat, majoritaire à l'hôpital d'Aubagne. Voici le Lire la suite
  • Se rassembler contre la dérive autoritaire ? +

    Après la présentation de la loi "anticasseurs" qu'il serait plus juste d'appeler loi "antimanifestants", après la légitimation des violences policières contre les gilets jaunes suivies ou précédées par des arrestations "préventives", de multiples condamnations en comparution immédiate (alors que Alexandre Benalla continue de se promener à sa guise), des perquisitions Lire la suite
  • 1