Violences conjugales : un témoignage


violences conjugales

Elle a voulu témoigner "parce qu'il est temps de briser le silence, parce que si je ne dis rien c'est que j'accepte ce qu'il m'arrive, parce qu'il est nécessaire que d'autres femmes puissent, aussi, dire leurs souffrances". 
"J'ai été victime de violences conjugales. Après des mois où j'ai subi, j'ai décidé de quitter ce que l'on appelle le domicile conjugal et qui était devenu, pour moi, un lieu de tortures".

Elle poursuit avec de l'émotion qui lui étrangle la voix et lui fait rougir les yeux : "Un jour j'ai reçu des coups devant mon enfant. C'est lui qui m'a incité à dire stop. Je crois qu'il m'a sauvé la vie".

Elle tient à préciser : "Mon ex-mari (NDLR : ils sont en instance de divorce) m'affirmait que j'étais folle. Quelques un.e.s de mes ami.e.s essayaient souvent de me convaincre que sans doute j'étais aussi responsable de ce qui m'arrivait".

Elle a même fini par s'en convaincre jusqu'à consulter dans un pôle psychiatrique. Le diagnostic est tombé : "Madame vous n'avez rien à faire chez nous".

"J'ai vécu une double injustice : victime et accusée. J'ai entendu les faux pardons, les je ne recommencerai plus. J'ai accepté les violences physiques et morales, la progressivité des coups et des insultes. La conviction qui finit par gagner que l'on n'est plus rien, que l'on ne vaut rien, que j'étais certainement folle".

Double injustice : victime et accusée

Jusqu'à ce jour où elle décide de partir sans penser un seul instant que "trouver un hébergement c'est un chemin de croix. Et pourtant c'est vital".

Elle a fait le tour des diverses structures d'accueil (MDS, CCAS...), des associations (SOS Femmes...). Partout une excellente écoute mais la même conclusion : "il faut être patiente. Pour l'instant nous n'avons rien à vous proposer". La galère qui suit pendant près de deux mois : chez des ami.e.s un soir, d'autres nuits dehors "sur le goudron, la peur au ventre, dans le froid, avec la faim en prime".

Enfin, au bout de plusieurs semaines d'enfer, un hébergement lui est proposé à Aubagne. "Le premier soir j'ai dormi comme si j'avais retrouvé le bonheur de vivre. Le lendemain je suis allée à l'église Saint Sauveur et j'ai pleuré de soulagement".

Aujourd'hui, elle est allocataire du RSA. Elle loge dans une résidence sociale à La Ciotat. Elle vient régulièrement à Aubagne. Elle a besoin de dénoncer : "Dans le domaine des violences conjugales, les politiciens et les politiciennes ne font que du blabla.

Chaque année et à chaque événement médiatisé sur cette question, on nous fait des annonces, on nous parle des droits des femmes. Mais, en fait, il n'y a rien de concret, aucune prise en charge réelle, quasiment pas d'hébergement d'urgence, aucun suivi, pas de budget, ni pour les institutions concernées, ni pour les associations.

On nous parle d'un nouveau départ mais il n'y a pas départ du tout. On est ballotté d'un endroit à l'autre. On n'est pas vraiment accompagné pour faire valoir nos droits".

Violences conjugales : "les politiques ne font que du blabla"

Elle rajoute : "j'ai porté plainte. J'ai eu le sentiment d'avoir eu à faire à un personnel sans formation. Il aurait fallu que je fasse constater les coups par des médecins, par des visites à l'hôpital. Je n'en ai pas eu le courage. J'étais lasse, avec l'impression d'être considérée comme un rat de laboratoire".

Puis elle évoque son père qui ne réside pas en France et son visage se détend : "Il ne m'a jamais laissé tomber et n'a cessé de me soutenir".

Elle tient à inviter tout le monde à venir à la projection du film "L'Emprise", le 14 novembre, au Cercle de l'Harmonie à Aubagne. Elle y sera, déterminée à "militer" pour que de vrais moyens soient mis en œuvre pour les femmes victimes de violences conjugales.

"C'est difficile de se reconstruire" dit-elle, "Il faut beaucoup de temps, franchir de nombreux obstacles et passer de nombreuses étapes". Pour l'instant, c'est encore la fragilité qui domine.

Claude Bernardi

 

 

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Music&Cinema : un 20e anniversaire flamboyant +

    Une édition magistrale qui s'est clôturée en ciné-concert ce samedi après une remise des prix pleine d'émotion et d'humour. Retour sur une semaine riche de rencontres et d'émotions... en attendant avec impatience 2020 ! Lire la suite
  • Ce n'est pas encore le printemps pour Aubagne Garlaban Basket, Julian Alaphilippe s'adjuge le 1er "monument" de la saison cycliste +

    En cyclisme, le français Julian Alaphilippe (Deceuninck) a remporté la 110ème édition de Milan-San Remo, le premier "monument" de la saison cycliste. Alaphilippe a reglé au sprint un petit groupe où figuraient tous les grands noms du cyclisme actuel. Il a signé sa 7ème victoire de la saison, mais la Lire la suite
  • Les finances au menu du 1er mardi thématique d'Aubagne La Commune +

    Mardi dernier, au Cercle de l’Harmonie, se tenait le premier atelier thématique d’Aubagne La Commune sur le thème des finances locales : un sujet introductif bien choisi puisqu’on peut imaginer qu’il tiendra une place importante (trop importante ?) dans la campagne municipale de 2020. Lire la suite
  • Terres rouges : mensonges par omission ? +

    Dans La Provence du 11 mars, Alain Rousset, 1er adjoint de Gazay, affirmait que concernant le parking des Terres rouges, il n'était au courant de rien (voir article précédent ici) après avoir rejeté la responsabilité sur l'équipe Fontaine. Pourtant des faits prouvent le contraire. Lire la suite
  • GastronomaniaK, épicerie fine et restaurant +

    GastronomaniaK, c'est LE restaurant d'Aubagne. Raffinement, saveurs exquises et exceptionnelles, préparation de grande qualité, accueil professionnel et convivial, tout est parfait pour vous recevoir. Lire la suite
  • Rebelles +

    La vie les a rassemblées à travailler dans une conserverie de poissons, dans le nord de la France. L’une d’elles, ex Miss Nord Pas de Calais, est agressée sexuellement par son chef dont la fin tragico-comique est le premier éclat de rire d’une longue série. Nos trois héroïnes vont être Lire la suite
  • Le RCA s'envole, l'OM battu par le QSG +

    En Formule 1, Valtteri Bottas a remporté le premier Grand Prix de la saison, dimanche à Melbourne. Mercedes signe un doublé avec la deuxième place de Lewis Hamilton. Max Verstappen (Red Bull) complète le podium. En rugby, tournoi des 6 nations, la France a péniblement battu l'Italie (14 à 25). Lire la suite
  • 1