Inondations : aucun risque à Aubagne ?

inondations : aucun risque à Aubagne ?

On ne peut qu’être  triste et solidaire suite aux catastrophes climatiques qui viennent de s'abattre dans l'Aude et dans  l'Hérault. On imagine le désarroi dans lequel doivent être toutes ces familles devant les dégâts, les problèmes à venir ou plus triste encore quand un être cher a disparu. Tout ça à cause de changements climatiques profonds qui ont conduit des dizaines de milliers de personnes à manifester dans tout le pays samedi dernier.  Mais il ne faut pas sous-estimer les ravages causés par une urbanisation massive.

Tous les médias en parlent. Des spécialistes proposent des solutions mais elles sont rarement suivies. Les élus compatissent, semblent concernés lorsqu’il faut communiquer mais, ensuite, oublient jusqu’au coup d'après.

Si, sur le climat, c’est à l'échelle de la planète qu’il est important d’agir,  pour l'urbanisation c'est bien sur le plan local qu’il est possible d'intervenir.

Devant les images de cette dure réalité, il n'est pas absurde de craindre que cela pourrait un jour arriver chez nous, à Aubagne. N'oublions pas qu'en 1976, puis en 1978, l’Huveaune a inondé de nombreux quartiers. Il n'est pas indécent non plus de s'interroger aujourd’hui et de savoir ce(ux) qui nous en protège(nt).

Depuis 1976, de nombreuses mesures et actions avaient été mises en œuvre :

  • création d’organismes pour la gestion des eaux, d'un service municipal gestionnaire, d’un plan de prévention ;
  • une gestion des berges de l’Huveaune et du Merlançon et des bassins versants, créations et rénovations de réseaux pluviaux, de bassins de rétention et surtout leur entretien ;
  • une urbanisation maîtrisée en périphérie et en zone agricole qui participe au ruissellement ou à la rétention. 

Mais qu’en est il aujourd’hui ?

En 2014 une autre vision de la ville a été choisie par les Aubagnais.

Dès son arrivée aux responsabilités de la ville, la nouvelle municipalité a engagé une révision du Plan Local d'Urbanisme qui devait répondre à tous les engagements promis.

Notre Garlaban aurait pu déjà subir en 2004 une urbanisation massive, mais heureusement la mobilisation citoyenne, la connaissance d’Aubagne et le bon sens l'avaient emporté. La majorité d'alors avait totalement modifié ses projets et réduit considérablement ses projets urbains.

Un PLU permissif

Ce ne semble plus le cas aujourd’hui comme le prouvent les lotissements, les constructions de logements qui fleurissent à ses pieds ou dans les zones agricoles grâce à un PLU permissif.

Ces aménagements entraînent des imperméabilisations des sols et par là des ruissellements que les rétentions demandées, non maîtrisées et non entretenues, n'évitent pas. Ces ruissellements d'eaux pluviales dévalent le long des pentes, vont grossir au fur et à mesure pour aller se jeter dans les quartiers du centre ville (l'exemple récent du 9 août est encore dans nos esprits) et dans les quartiers situés aux abords de l'Huveaune, des Passons jusqu'à Saint Mitre en passant par La Tourtelle et Le Charrel.

Souvenons nous que le maire dès son arrivée souhaitait construire  (cf. Programme 2013 Gérard Gazay) à la place du stade, de tous les équipements sportifs et de leurs abords. Il n'y est pas arrivé pour l'instant.

Mais rappelons qu'il avait annoncé un grand centre commercial, une salle de concert, un centre international  avec hôtel, un musée Pagnol, une médiathèque, une maison des jeunes, et tant d'autres choses qui n'étaient là que pour masquer la volonté de construire des logements de luxe qui devaient accompagner ce grand projet d'envergure en rupture totale avec le patrimoine historique du centre ville d’Aubagne. Et ce en zone inondable !

Heureusement que le préfet de l'époque lui-même, malgré les efforts décuplés du Maire pour le faire adhérer à son projet, avait refusé. Mais on sait aussi qu'en échange il a accepté l'urbanisation du piémont du Garlaban en zone rouge incendie !

Le maire va aussi accorder le permis de construire sur le bassin du cimetière aux Passons. A la dernière réunion du Conseil municipal, la majorité a acté la vente du terrain (la ville est obligée de sacrifier le patrimoine communal à cause de la dèèèèèèèèète !).

En face de la médiathèque, devant la mobilisation contre le projet de Kaufman et Broad (voir notre article), il a reculé, mais on sait que ce n'est que partie remise pour après 2020.

Un gestion de l'urbanisme au détriment de la sécurité des Aubagnais

Voilà comment un (ir ?) responsable politique par son idéologie et sa volonté de satisfaire les grands promoteurs et les "géants du béton", à cause de ses actes au niveau local à travers un Plan Local d'Urbanisme, peut sacrifier notre sécurité, notre cadre de vie et l’avenir d’une ville. Des conséquences néfastes qu'on n'a pas fini de mesurer.

Le petit avertissement du 9 août, que les commerçants ont subi, va s'amplifier à cause du climat certes, mais aussi et surtout, comme c'est le cas à Aubagne, à cause de l'urbanisation en zones inondables, en piémont du Garlaban et dans les zones agricoles.

Il faut y ajouter l'absence d'entretien des caniveaux, des  vallons, des bassins, ou autres regards qui est bien de la responsabilité locale du maire.

Sur ces aspects, les élus locaux et le maire en particulier peuvent agir pour notre sécurité... ou pas.

Audey Collinn

 

Articles récents

  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • Covid-19 : et si on en profitait pour échanger et confronter ? +

    Un grand nombre de voix (trop peu à mon sens) s’élèvent depuis de nombreuses années pour déclarer, à juste titre, que le capitalisme est en crise. Ce qui essentiel, c'est de bien comprendre la signification profonde de ce diagnostic. Lire la suite
  • Covid-19 : lettre ouverte au maire d'Aubagne +

    Magali Giovannangeli, au nom de la liste, "Rassemblé·e·s pour Aubagne", a fait parvenir aux médias locaux une lettre ouverte au maire d'Aubagne et à son équipe. Vous pouvez en trouver le texte intégral ci-dessous. Lire la suite
  • Covid-19 : sans polémique, de nouvelles propositions pour Aubagne +

    Nous sommes tous aujourd’hui confrontés à nos obligations de confinement, mais aussi aux besoins d’informations permettant de sortir de cet isolement et de l’état d’anxiété dans lesquels nous sommes plongés. La transparence doit être désormais le maître-mot de toute gestion publique. La nécessité du rassemblement de la nation, ne doit Lire la suite
  • 1