Le Parc Jean Moulin à l'abandon


 parc jean moulin 01

Mercredi 30 mai vers 17h, au Parc Jean Moulin un arbre s'est littéralement effondré (voir photo ci-dessous) à la lisière d'un pré où, traditionnellement, les gens, enfants compris, viennent se détendre, assis ou allongés dans l'herbe. Un bruit sourd et effrayant a accompagné cet événement, mais, heureusement, il n'y avait personne dessous à ce moment là. 

parc jean moulin 00

Mais cela est significatif de l'état d'abandon où est laissé ce Parc depuis l'arrivée de Gazay à la tête de la municipalité.

Aucun entretien régulier, aucun renouvellement de la végétation, les arbres ne sont même plus élagués. Le bassin est abandonné, la saleté et les algues prolifères. Depuis un mois, il a été vidé avec un panneau "opération de nettoyage en cours". Mais c'est un pur mensonge, la pompe d'extraction est cassée et Gazay ne veut pas investir pour la réparer.

Le pont "des mariés" est déposé, les jeux d'enfants sont cassés depuis des mois, les bancs, les tables sont dans le même état (voir les photos).

parc jean moulin 03

parc jean moulin 02

Les chemins de promenade ou de jogging ne cessent de se réduire parce que l'herbe les envahit. Les espaces disparaissent au regard par manque d'entretien. Les débroussailleuses qui sont passées cette semaine -seulement sur le bas du Parc et une fois par an- ne changeront rien au problème. Dans quelques jours ou quelques semaines, la situation sera identique. Un parc public cela demande une présence de maintenance quasi quotidienne.

Les barrières de protection fleurissent pour empêcher les gens de s'approcher plutôt que réaliser les réparations nécessaires.

Il n'y a plus aucune indication sur les panneaux directionnels (voir photo).

parc jean moulin 05

On pourrait faire le même constat pour la plupart des espaces publics de la ville, et en particulier des espaces autour du stade où les bancs sont dans le même état d'entretien.

Gazay a fait d'Aubagne une ville à l'abandon, mais peu importe, pour lui tout ça n'a aucune importance. Il ne s'agit que de la vie des gens.

Antoine Monticellu