Grève du 22 mars : les bonnes raisons d'être dans l'action

Sept organisations syndicales appellent à une journée de grève le 22 mars pour la défense du service public. Sur le plan local, le syndicat CGT, entre autres, est en ordre de marche pour mobiliser le personnel municipal (appel à la grève, rencontre et diffusion de tracts dans les services, assemblée générale des agents le 20 mars) et l'inviter à rejoindre un mouvement national qui met en avant les grandes revendications : augmentation des salaires, défense du statut et dénonciation des dérives sournoises de privatisations…

Mais il y a peut être ici à Aubagne plus qu'ailleurs de très bonnes raisons pour se mobiliser et envoyer des signes forts à un maire « chef de l'entreprise mairie » qui a fait sienne depuis son arrivée aux « affaires » la paupérisation du service public. N'a-t-il pas dit que si les services ne sont pas à la hauteur, il faudra externaliser et les confier à leur équivalent dans le privé ? (Propos de campagne en 2014)

Dès lors, son « ADN » libéral prend le dessus et lui fait accélérer le mouvement pour décrédibiliser et faciliter le moment venu le transfert de certaines activités vers le privé. On le sait, à la mairie, tous les services sont impactés par une baisse des crédits de fonctionnement, ce qui forcément a des conséquences pour la population. Pour la restauration scolaire, la privatisation est chose faite. La désorganisation de l'activité dans certains services, comme celui du nettoiement des bâtiments communaux, pourrit la vie des agents, ce qui entraîne de graves dysfonctionnements. On ne compte plus les arrêts de travail pour maladie et c'est souvent le harcèlement par les directions, otages hiérarchiques, qui en est la cause. Les seuls qui dénoncent ce système, les délégués syndicaux, subissent les tracasseries d'une administration (DRH en particulier) et un formatage des expressions dans les CTP ou CAP (Comité technique paritaire et commission administrative paritaire) qui cherche à rendre le plus inaudible possible la parole syndicale. Certains élus du personnel sont directement ciblés et font l'objet de pressions et de menaces. Les promotions et avancements se font à la tête du client...

Stratégie globale et vicieuse de déconstruction d'un système d'organisation qui a jusqu'ici privilégié des critères humains dans la gestion du service public municipal, la confiance la parole et l'écoute et non pas la mise à l'épreuve des agents à qui l'on demande l'impossible pour mieux les faire trébucher.

La liste des attaques de Gérard Gazay et son équipe pour transformer le paysage à la mairie d'Aubagne et faire apparaître plus tard comme une évidence la nécessité d'abandonner des secteurs et services est une longue liste.

En cela les stratégies du gouvernement tout comme celles mises en œuvre ici, à Aubagne, sont en cohérence. Combattre les unes c'est combattre les autres.

L'engagement des fonctionnaires qui jusqu'à présent a permis à l'édifice de tenir debout et malgré tout de faire face à ses missions n'est plus suffisant. C'est maintenant dans l'action collective pour résister et imposer d'autres choix, dans la durée, y compris dans le cadre de dynamiques ou d'échéances politiques locales qu'il faut construire des perspectives.

Le mouvement national du 22 mars offre l'occasion de commencer à reprendre en main nos devenirs pour imposer d'autres choix, aussi bien à l'échelle du pays en défendant le statut des fonctionnaires, qu'ici et maintenant en se faisant entendre auprès de celui qui profite du flou et tient dans le mépris des hommes et des femmes qui gardent le cap pour que le service public conserve encore tout son sens.

Robin des Aires

 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1