Le silence des agneaux

La nouvelle municipalité UMP-UDi d'Aubagne a-t-elle fait ses devoirs de vacances ? Parents, enseignants, Atsem sont en droit de se le demander après plus de deux mois de conflit autour des rythmes scolaires.

Voilà près de deux mois que l'école et tous ses acteurs sont en ébullition. Les  Atsem et personnels des écoles demandent de meilleures conditions de travail et de véritables moyens pour mener à bien leur mission auprès des enfants surtout après la mise en place de la nouvelle organisation des rythmes scolaires. Ils ont été rejoints, depuis, par les  parents d'élèves qui ont comme le sentiment d'avoir été bernés voire  menés en bateau, par Gérard Gazay et son équipe. Ce dernier  leur avait promis un programme alléchant pour leurs enfants qui s'avère finalement une coquille vide. Il a même réussi à les mettre en colère en glissant un tract politique dans les cartables de leurs minots en dépit du bon sens et du respect de la neutralité  de l'école publique. Les enseignants ne sont pas en reste et un bon nombre manifeste déjà son soutien et sa solidarité aux personnels municipaux. Quant au maire d'Aubagne, il dit une chose et son contraire et joue la montre contre le personnel mécontent mais aussi,  ne l'oublions pas, contre les enfants qui sont les grands perdants de cette politique du pire. 

Pourtant dans ce grand tintamarre, bizarrement  des voix se font silencieuses. D'abord, celle de Monsieur Bruno Foti, adjoint au maire délégué à l'Education. Il brille par son silence. Un silence si assourdissant qu'on a du mal à l'interpréter. Monsieur Foti, qui n'est pourtant pas complètement étranger à l'Education Nationale puisqu'il est chercheur au CNRS, se tait  pour marquer son désaccord avec les orientations et les choix politiques de Gérard Gazay ? Ou bien se tait-il tout simplement parce qu'il n'a pas droit au chapitre et qu'il n'a pas son mot à dire face au maître absolu de la majorité municipale, le seul apte à prendre toutes les décisions, bonnes ou mauvaises, sans concerter personne ? Auquel cas cela confirme les témoignages qui affirment qu'il s'agit bien d'un maire autocrate et autoritaire qui n'admet pas qu'on puisse le contredire.

On se souvient aussi du silence, du même acabit, de Monsieur Mohammed Salem, adjoint au maire, délégué à la santé. Connu pour ses actions et son engagement "humanitaires", pourtant bizarrement silencieux face à l'intervention musclée d'Israël  à Gaza.  Il faut dire que Gérard Gazay est un adepte de la démocratie version UMP et est très inspiré par son maître à penser,  Nicolas Sarkozy. Il arrive à imposer silence et discipline à tous.  Mais, tout de même, drôle de conception de  la démocratie et de la gestion politique à l'échelle d'une collectivité.

Autre silence tout  aussi assourdissant,  celui du groupe d'opposition "PS, apparentés et démocrates". Il est vrai que ce groupe  comporte un élu qui avait  voté, en juillet dernier un projet municipal comprenant bien  la remise en cause de la gratuité de l'école laïque et républicaine. Mais depuis, les choses  ont bougé, et pas toujours dans le bon sens, et la donne et l'enjeu ne sont plus les mêmes. On peut légitimement se demander si le silence de ce groupe exprime son accord avec  la manière dont le maire UMP d'Aubagne mène cette affaire. N'ont-ils rien à dire contre la violation de la neutralité de l'école et du devoir de réserve des fonctionnaires de l'Etat mis à mal par le maire d'Aubagne ? N'ont-ils rien à dire à propos du mépris qu'affiche Gérard Gazay face au personnel communal et à la communauté scolaire ? N'ont-ils vraiment aucune position à exprimer, collectivement, en direction de ces  parents d'élèves et de ces  enseignants qui ne comprennent pas la manière dont on les traite ?

Drôle d'opposition aussi qui assiste en spectatrice à une bataille politique autour de la défense des valeurs de l'école et d'un service public de l'éducation de qualité. Triste constat  pour tous ces élus condamnés à faire de la figuration dans un combat qui, lui, est bien réel.

Aymen Nadal

 

Articles récents

  • Bilan Gazay le scandale de la dette +

    La messe était dite : Gérard Gazay avait promis de montrer sa capacité à gérer les finances de la Ville. Lire la suite
  • Bilan Gazay : Aubagne sur le podium des villes sales +

    Il suffit de se balader en centre-ville, dans les quartiers ou en zone industrielle, Aubagne est devenue une ville où la propreté fait défaut : pas de doute le modèle c’est Marseille - Le dispositif inventé par Gazay, la Frap, est inefficace... - Les mauvaises relations avec la métropole conduisent à un ramassage Lire la suite
  • Bilan Gazay : Aubagne a perdu sa place +

    Avec Gazay, Aubagne est devenue la 6ème ville du département, désormais dépassée par Salon-de-Provence. Lire la suite
  • Bilan Gazay : on liquide le service public +

    Avec Gazay, nous avons vécu la destruction du Service Public en direct. Privatisation de la Cuisine Centrale, fermeture de la piscine du Bras d’Or et de la MJC, diminution des effectifs, interventions grandissantes des entreprises privées en tant que prestataire de la ville dans tous les domaines, diminution drastique des moyens Lire la suite
  • Bilan Gazay : du béton partout +

    Il disait vouloir garder son âme à Aubagne mais il a montré son vrai visage rapidement. Du bêton partout, sous toutes ses formes. Entre 2014 et 2020 ce sont plus de 600 permis de construire individuels qui ont été instruits (facile à savoir quand on suit l’affichage réglementaire )… Plus de 50 Lire la suite
  • Entretien avec Magali Giovannangeli : quelles seront vos premières mesures en tant que Maire +

    Tous les mardis et vendredis, Magali Giovannangeli, tête de liste de "Rassemblé-e-s pour Aubagne" répond aux questions de Mèfi. Premier entretien : quelles seront les premières mesures lorsque elle sera maire d'Aubagne. Lire la suite
  • Bilan Gazay : priorité Marseille +

    Pas de doute le système Gaudin/Vassal s’est installé à Aubagne. Lire la suite
  • 1