La police : thèse, antithèse, synthèse

police municipale

Matin de semaine, à Aubagne, aux alentours de 8h30. Je viens de laisser mon enfant et je regagne mon véhicule. Au niveau du passage piéton, un père déjà embarqué dans son véhicule, apostrophe l'un des trois policiers en charge de gérer ledit passage clouté. Je ne sais pas si l'agent de la voix publique lui a fait une remarque ou pas, toujours est-il que le père de famille lui lance "et la voiture de police là-bas, à cheval sur le trottoir ?..."

S'ensuit un silence, un échange d’onomatopées et une séparation raisonnable. Le policier conclut "si t'as que ça à faire", suivi d'un ricanement mi-gêné mi-vexé. C'était il y a un mois environ. De ce jour, j'ai commencé à m'interroger sur la perception de la police par les Aubagnais, d'autant plus que ce n'était pas le premier accrochage observé ou arrivé à mes oreilles.

THESE : LA POLICE, C'EST BIEN

Souvenons-nous. Notre maire, Gérard Gazay, martelait durant toute la campagne qu'Aubagne n'était pas sécurisée, qu'il manquait cruellement de moyens répressifs à la ville pour gérer la délinquance observée. Et tout en l'annonçant, il promettait d'y remédier. L'argument a fait mouche. Pourquoi ? Parce qu'annoncer plus de police est de prime abord quelque chose de rassurant et de réconfortant.

Oui la présence de la police est quelque chose de positif. Sans police, pas d'état, et sans état, sans organisation, pas de société. La police contribue donc à l'équilibre d'une communauté. 

Encore faut-il que sa présence soit, elle-même, équilibrée.

ANTITHESE : LA POLICE, C'EST PAS BIEN

Tout l'art de l'équipe de campagne du candidat Gazay a été de faire monter à ébullition le sentiment d'insécurité au point que certains Aubagnais ont cru qu'il y avait véritablement de l'insécurité. Nous ne vivons pas à Chicago. Même Marseille, malgré ses quelques règlements de compte sur fond de trafic de drogue, ne peut être comparée à Chicago. Aubagne a souffert, et souffre peut-être encore, d'un fort sentiment d'insécurité. Ce qui ne veut pas dire pour autant que la délinquance n'existe pas. En revanche, déployer des forces de police de manière voyante plus qu'efficiente, comme si l'on avait un véritable problème d'insécurité crée un déséquilibre dans la société. Les questions se posent : pourquoi tant de policiers ? pourquoi tout ce matériel ? pourquoi cette attitude parfois hautaine envers la population ? 

Les questions se posent parce que les gens se rendent bien compte qu'il y a un décalage entre leur quotidien dans une ville relativement sûre et le quadrillage policier qui se produit, à intervalle irrégulier et sans que la logique ne transparaisse, sur le territoire communal.

Entre les citoyens interloqués par cette réalité qui les pousse à se questionner et une police briefée selon une feuille de route inspirée de promesses de campagne, un fossé semble se creuser peu à peu.

Donc la police c'est bien, mais à condition qu'elle soit exemplaire et au service de la population.

SYNTHESE

Justement, venons-en à l'exemplarité. De cette discipline du quotidien découle le respect. Les témoignages d'Aubagnais abondent dans le sens d'une police qui assure la plupart du temps ses missions dans le calme mais aussi qui outrepasse certains de ses droits. Véhicules mal garés, mal stationnés, en sens interdit, posture à la "cowboy", tâches personnelles effectuées pendant le service, etc.

La municipalité pourra toujours dire que les critiques viennent toujours des mêmes mais il faudra bien qu'elle y réponde comme elle a cru y répondre en 2014 en accueillant à bras ouverts les Aubagnais égarés par cette désinformation sur l'insécurité.

La police est souvent à l'image du pouvoir politique. On peut le regretter mais songeons à cette image dévastatrice du petit caporal Sarkozy venu expliquer à des policiers de quartier qu'ils n'étaient pas là pour jouer au foot avec les jeunes du coin, mais plutôt pour leur taper dessus au moindre écart.

Nous pouvons donc nous interroger sur les consignes et les règles de conduite que la municipalité a pu donner pour que les Aubagnais se sentent à ce point en rupture avec leur police municipale.

Camille Alexandre

Articles récents

  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • 1