La police : thèse, antithèse, synthèse

police municipale

Matin de semaine, à Aubagne, aux alentours de 8h30. Je viens de laisser mon enfant et je regagne mon véhicule. Au niveau du passage piéton, un père déjà embarqué dans son véhicule, apostrophe l'un des trois policiers en charge de gérer ledit passage clouté. Je ne sais pas si l'agent de la voix publique lui a fait une remarque ou pas, toujours est-il que le père de famille lui lance "et la voiture de police là-bas, à cheval sur le trottoir ?..."

S'ensuit un silence, un échange d’onomatopées et une séparation raisonnable. Le policier conclut "si t'as que ça à faire", suivi d'un ricanement mi-gêné mi-vexé. C'était il y a un mois environ. De ce jour, j'ai commencé à m'interroger sur la perception de la police par les Aubagnais, d'autant plus que ce n'était pas le premier accrochage observé ou arrivé à mes oreilles.

THESE : LA POLICE, C'EST BIEN

Souvenons-nous. Notre maire, Gérard Gazay, martelait durant toute la campagne qu'Aubagne n'était pas sécurisée, qu'il manquait cruellement de moyens répressifs à la ville pour gérer la délinquance observée. Et tout en l'annonçant, il promettait d'y remédier. L'argument a fait mouche. Pourquoi ? Parce qu'annoncer plus de police est de prime abord quelque chose de rassurant et de réconfortant.

Oui la présence de la police est quelque chose de positif. Sans police, pas d'état, et sans état, sans organisation, pas de société. La police contribue donc à l'équilibre d'une communauté. 

Encore faut-il que sa présence soit, elle-même, équilibrée.

ANTITHESE : LA POLICE, C'EST PAS BIEN

Tout l'art de l'équipe de campagne du candidat Gazay a été de faire monter à ébullition le sentiment d'insécurité au point que certains Aubagnais ont cru qu'il y avait véritablement de l'insécurité. Nous ne vivons pas à Chicago. Même Marseille, malgré ses quelques règlements de compte sur fond de trafic de drogue, ne peut être comparée à Chicago. Aubagne a souffert, et souffre peut-être encore, d'un fort sentiment d'insécurité. Ce qui ne veut pas dire pour autant que la délinquance n'existe pas. En revanche, déployer des forces de police de manière voyante plus qu'efficiente, comme si l'on avait un véritable problème d'insécurité crée un déséquilibre dans la société. Les questions se posent : pourquoi tant de policiers ? pourquoi tout ce matériel ? pourquoi cette attitude parfois hautaine envers la population ? 

Les questions se posent parce que les gens se rendent bien compte qu'il y a un décalage entre leur quotidien dans une ville relativement sûre et le quadrillage policier qui se produit, à intervalle irrégulier et sans que la logique ne transparaisse, sur le territoire communal.

Entre les citoyens interloqués par cette réalité qui les pousse à se questionner et une police briefée selon une feuille de route inspirée de promesses de campagne, un fossé semble se creuser peu à peu.

Donc la police c'est bien, mais à condition qu'elle soit exemplaire et au service de la population.

SYNTHESE

Justement, venons-en à l'exemplarité. De cette discipline du quotidien découle le respect. Les témoignages d'Aubagnais abondent dans le sens d'une police qui assure la plupart du temps ses missions dans le calme mais aussi qui outrepasse certains de ses droits. Véhicules mal garés, mal stationnés, en sens interdit, posture à la "cowboy", tâches personnelles effectuées pendant le service, etc.

La municipalité pourra toujours dire que les critiques viennent toujours des mêmes mais il faudra bien qu'elle y réponde comme elle a cru y répondre en 2014 en accueillant à bras ouverts les Aubagnais égarés par cette désinformation sur l'insécurité.

La police est souvent à l'image du pouvoir politique. On peut le regretter mais songeons à cette image dévastatrice du petit caporal Sarkozy venu expliquer à des policiers de quartier qu'ils n'étaient pas là pour jouer au foot avec les jeunes du coin, mais plutôt pour leur taper dessus au moindre écart.

Nous pouvons donc nous interroger sur les consignes et les règles de conduite que la municipalité a pu donner pour que les Aubagnais se sentent à ce point en rupture avec leur police municipale.

Camille Alexandre

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant
 EUR

Articles récents

  • La liste "Rassemblé·e·s pour Aubagne" en campagne +

    Après une parenthèse de trois mois où il a fallu travailler, débattre, convaincre pour que toutes celles et tous ceux qui le souhaitaient puissent prendre part au combat commun, la liste "Rassemblé·e·s pour Aubagne" conduite par Magali Giovannangeli accélère le mouvement pour entrer en campagne. Trois rendez-vous majeurs avant Noël Lire la suite
  • Nouvelles victoires pour l'AFC et le RCA, l'OM tenu en échec à Metz +

    En Ligue 1, l'OM n'a pu faire que match nul contre Metz (1 à 1), Lille s'impose contre Montpellier (2 à 1), Nantes bat Nîmes (0 à 1), Reims fait de même à Toulouse (0 à 1), Monaco obtient le nul à Angers (0 à 0), Bordeaux est battu à Lire la suite
  • Décider ensemble, il est temps ! +

    Décider ensemble, il est temps ! Mais décider de quoi ? Comment ? Avec qui ?Décider de ce qui régit notre vie quotidienne, du pas de la porte au mouvement de la société, sur un périmètre à portée de mains : la commune. Avec toutes et tous. Lire la suite
  • Hôpital d'Aubagne : le syndicat Sud Santé dénonce la souffrance du personnel +

    Le Syndicat Sud Santé Sociaux Solidaires dénonce le mal-être grandissant au Centre Hospitalier d’Aubagne sans oublier notre Maison du Parc. Lire la suite
  • Conseil de territoire : le clap de fin ! +

    Jeudi 12 décembre s’est tenu le dernier conseil de territoire de cette mandature. Ordre du jour : le budget 2020 et le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas mobilisé les foules. Lire la suite
  • Théâtre au Cercle : Grand Manège de Stéphane Jaubertie +

    Rares sont les ateliers théâtre qui choisissent de mettre en scène des textes d’auteurs contemporains, qui s’engagent dans un travail collectif et exigeant où les choix de formes de mise en scène révèlent la volonté d’identifier un vrai projet de groupe. L’atelier Zone&Cie dirigé par Frédéric Recanzone qui pérennise d’année Lire la suite
  • Misère de l'oubli +

    Lorsqu'on nous oublie, on ferait tout pour que cela ne soit plus le cas, quitte à créer l'illusion que l'on a réussi à retrouver le devant de la scène. Quitte à taper sur son propre camp, quitte à revêtir la toge blanche de la pureté face aux guenilles du camp des Lire la suite
  • 1