L'école maternelle du Pin Vert abandonnée par la mairie

ecole pinvert

La rédaction de Mèfi a reçu un appel désespéré des délégués parents de l'école maternelle du Pin Vert. C'est un appel au secours que nous relayons bien volontiers. Un exemple de plus de la dégradation de l'école publique depuis l'arrivée de Gazay.

"Nous sommes parents élus à l’école maternelle de Pin vert. A la suite du premier conseil d’école de ce 17 octobre 2016, nous nous tournons vers vous pour faire remonter de graves manquements aux règles d’hygiène et de sécurité.

En matière d’hygiène, nos enfants n’ont pas de savon pour se laver les mains après leur passage aux toilettes. Il n’y a pas de sac poubelle ce qui oblige les enseignants à laver tous les jours les poubelles, en période où les enfants sont entre rhume et gastroentérite… Il n’y a pas de sopalin pour les ateliers cuisine ou en cas de vomissement. Il n’y a pas non plus de produit vaisselle pour laver les bols, verres… que les enfants utilisent lors des ateliers cuisine.

Alors que devons-nous faire ?

Il est, pour nous, hors de propos d’utiliser le maigre budget de la coopérative qui rappelons le, est abondé par les parents d’élèves pour assumer ces dépenses de fonctionnement. Devons-nous préparer une liste de fournitures scolaires/hygiènes pour nos enfants ?

« Pour ma rentrée en maternelle
- 6 rouleaux de papier toilette
- 2 rouleaux de sac poubelle 50L
- 1 produit liquide vaisselle
- 2 boites de mouchoirs
- 1 boite de gant jetable
- 2 rouleaux de sopalin »

Autre manquement, celui aux règles de sécurité. Il aura fallu attendre un accident d’un petit garçon pour que la mairie vienne changer le sol souple d’un jeu extérieur (la Direction de l’école avait bien sûr alerté la Mairie sur le délitement de ce sol et sa dangerosité à plusieurs reprises).

L’année scolaire passée, nous avons déjà fait remonter ces dysfonctionnements auprès de la Mairie, à nouveau, cette année alors que nous ne sommes qu’au début de l’année scolaire, nous sommes confrontées aux mêmes problèmes.

Nos conseils d’école se font en présence de l’élue Madame Julie Gabriel qui ne nous donne aucune réponse sur nos réclamations en terme d’hygiène et de sécurité. Nous ne sommes pas entendus et nos enfants sont exposés à des risques sanitaires en permanence. L’an dernier le problème avait été remonté dans le cadre du GERE (Gestion de l’évaluation des risques dans l’école) du 1er mars 2016, toujours en présence de Madame Julie Gabriel.

Devons-nous lui rappeler le code de l’éducation :

Article L212-4

« La commune a la charge des écoles publiques. Elle est propriétaire des locaux et en assure la construction, la reconstruction, l'extension, les grosses réparations, l'équipement et le fonctionnement… »

 Article L212-5

« Sont également des dépenses obligatoires … :
L'entretien ou la location des bâtiments et de leurs dépendances…
L'acquisition et l'entretien du mobilier scolaire…
Le chauffage et l'éclairage des classes… »

Pour une lecture du soir, nous pouvons proposer la brochure «Hygiène et santé dans les écoles primaires », brochure pilotée par la Direction générale de l’Enseignement scolaire !!!

Nous vous sollicitons afin d’alerter les parents, les habitants de la ville d’Aubagne sur les difficultés que rencontre notre école et sûrement d’autres écoles aubagnaises et, in fine contraindre la municipalité à entendre notre voix et à respecter les règles basiques d’hygiène et sécurité.

Merci de votre aide

Bien à vous

Les parents élus : Fanny MULLER, Stéphanie TRICHARD et Charlène LOHBRUNNER"

 

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1