Ultimes remarques sur le Plan Local d'Urbanisme

aubagne avendre

L'enquête publique sur le PLU s'achève ce vendredi 3 juin. Sans doute, les commissaires enquêteurs rendront ils le résultat de leurs travaux vers le mois de septembre. Tous les documents techniques pourront être alors consultés, pour tout connaître dans le détail avant l'approbation du conseil municipal annoncée pour décembre. Tous les recours pourront, enfin, avoir lieu.

Pendant cette phase d'enquête publique nous avons écrit deux articles (lire ici et ici). On peut y rajouter ceux sur la vente prévue de la Morochita et sur le projet de l'Alta Rocca. Nous terminerons cette étape par quelques ultimes remarques sur divers points.

La première concerne le PADD (Projet d'Aménagement et de Développement Durable) qui, en préambule du PLU, affirme : "Renforcer le tissu commercial du centre ville en confortant l'activité commerciale sur les cours Foch et Voltaire". Au-delà des mots dont nous abreuvent les élus de la majorité depuis deux ans, alors que tout le monde peut constater la fermeture ou la cession de baux, cela veut dire quoi ? Il n'y a aucun acte, aucune action précisée. On peut lire, aussi : "... en préservant les linéaires commerciaux principaux du centre ancien (Rastègue, Jaurès...)." Ils ont disparu ? Ce ne sont pas les linéaires commerciaux qu'il faut conserver, ce sont les commerces. Par quelles initiatives urbaines ? Rien n'est indiqué.

Aucune proposition réelle pour développer l'attractivité du centre ville

Plus loin encore, il est mentionné : "en faisant de l'artère composée de l'avenue Loulou Delfieu, du cours Barthélémy et du début de l'avenue des Goums, jusqu'au carrefour avec l'avenue Simon Lagunas, une galerie commerciale à ciel ouvert". En vendant la piscine ? La salle du Bras d'Or ? En rajoutant quelques dizaines de commerces supplémentaires on va aider les commerces existants ? Des enseignes vont s'installer dans un centre ville qui se vide de son activité ? Qui va y croire ? C'est une affirmation qui ne coûte rien, qui sera toujours un projet pour plusieurs décennies pendant qu'on organise l'activité commerciale en périphérie.

Observons, dans le même temps, qu'après avoir liquidé le tramway qui serpentait en ville, un BHNS (Bus à Haut Niveau de Service, en fait un bus qui a sa propre voie) va traverser des zones peu urbanisées pour atterrir à Auchan, ce qui va aspirer le centre vers l'extérieur. Et la boucle est bouclée.

Un BHNS qui pousse vers l'extérieur

La deuxième remarque porte sur quelques OAP (Orientation d'Aménagement et de Programmation), en français, il s'agit de la manière dont la ville veut aménager tel ou tel quartier. Aucunes orientations claires sur l'aire des Gargues, la plus grande à l'échelle métropolitaine. Comme si on voulait laisser à d'autres (Aix-Marseille-Provence ?) le soin de décider. Sur celle de La Louve et Bérangers Durande, les voies devront être revues. Mais qui en assurera le financement ? Et la palme d'or revient à l'OAP du Pin Vert : on veut urbaniser une zone desservie par un pont étroit sur l'autoroute ou par un chemin très étroit de plusieurs kilomètres. C'est là qu'on se souvient que les techniciens de la ville, responsables du PLU, arrivent de Marseille. Ils ne connaissent pas Aubagne.

Troisième remarque, elle porte sur les zones NB (en français, des secteurs desservis partiellement par des équipements qu'il n'est pas prévu de renforcer et dans lesquels des constructions ont déjà été édifiées) que le PLU propose de transformer en zone U (secteurs qui permettent d'admettre immédiatement des constructions). Il s'agit des chemins de Cassis, des Vaux, d'Eoures, Fenestrelles (ce n'est pas là qu'il y a l'habitation du patron de la Casamance ?). Il reste un problème, non réglé et sans précision de règlement, ces quartiers ne sont pas équipés.

C'est à Marseille que le PLU d'Aubagne a été conçu

Dernière observation : il est écrit "... réduire l'aléa des feux de forêt et améliorer la défendabilité en structurant des poches d'urbanisation et en sécurisant les accès à la Thuilière". Cela veut dire qu'on va supprimer les poches vertes ? Que pour éviter les risques d'incendie, on va créer des voies et urbaniser le piémont du Garlaban ?

On nous propose de prolonger le chemin des Sources, sans doute personne n'a essayé d'en analyser la possibilité. Les Aubagnais savent, ceux de Marseille qui font le PLU n'en savent rien.

Dans les faits, nulle part le PPRI (Plan de Prévention du Risque Inondation) n'a été pris en compte. Les dernières inondations du Var, des Alpes Maritimes ou des départements du nord de la France devraient pourtant faire réfléchir. On peut affirmer la même chose pour les risques incendie. Tout cela remet en cause les élucubrations sur les continuités urbaines et pourrait, si cela reste en l'état, être un très bon motif de recours sur la base d'une remise en cause des principes fondamentaux du PLU présenté.

Et n'oublions pas l'essentiel : ce Plan Local d'Urbanisme a été conçu dans une réunion au New Hôtel à Marseille avec les agences d'aménagement, les constructeurs, les techniciens et les élus de Marseille.

Antoine Monticellu

Articles récents

  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • Covid-19 : et si on en profitait pour échanger et confronter ? +

    Un grand nombre de voix (trop peu à mon sens) s’élèvent depuis de nombreuses années pour déclarer, à juste titre, que le capitalisme est en crise. Ce qui essentiel, c'est de bien comprendre la signification profonde de ce diagnostic. Lire la suite
  • Covid-19 : lettre ouverte au maire d'Aubagne +

    Magali Giovannangeli, au nom de la liste, "Rassemblé·e·s pour Aubagne", a fait parvenir aux médias locaux une lettre ouverte au maire d'Aubagne et à son équipe. Vous pouvez en trouver le texte intégral ci-dessous. Lire la suite
  • Covid-19 : sans polémique, de nouvelles propositions pour Aubagne +

    Nous sommes tous aujourd’hui confrontés à nos obligations de confinement, mais aussi aux besoins d’informations permettant de sortir de cet isolement et de l’état d’anxiété dans lesquels nous sommes plongés. La transparence doit être désormais le maître-mot de toute gestion publique. La nécessité du rassemblement de la nation, ne doit Lire la suite
  • 1