Privatisation de la cuisine : ça coûte déjà 130 000 € à la ville !


Caroline, l'ex-DRH qui reste DRH, et la pré-retraitée de la direction de l'éducation ont rencontré le personnel de la cuisine centrale, mardi 8 mars (la quasi totalité des agents étant des femmes, cela s'imposait).

L'objectif était clair, avant toute décision définitive, il est nécessaire d'obtenir le départ "volontaire" du personnel. Sans attendre la décision du Tribunal Administratif suite au recours des élus d'opposition, sans attendre une éventuelle proposition alternative de la commission mise en place pour décider de "l'avenir de la cuisine", Caroline, en cadre zélée au service de Gazay, a fait des propositions de reclassement.

La carotte et le bâton

Avec le bâton : attention, si vous ne choisissez pas maintenant, ou vous serez obligé de prendre les postes qui restent ou vous serez mis à disposition du CDG 13 (Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale). Au mieux, vous resterez à la cuisine mais sous la responsabilité de l'entreprise délégataire, avec les conditions de travail qui vous seront imposées. Et si, après avoir décidé de rester à la cuisine, les conditions ne vous convenaient plus, il faudra, au moins, 6 mois pour réintégrer un service de la ville. A noter qu'il y a un peu plus d'un mois, Caroline leur expliquait que la réintégration serait facile et immédiate.

Et la carotte : on met à votre disposition, un éventail de postes possibles importants, les cimetières (creuser le sol pour les inhumations en terre), la voirie (tout domaine), le nettoiement ou les espaces verts. De vrais choix, enfin une DRH qui travaille, vraiment, l'égalité homme/femme ! Mais le cadeau essentiel arrive, il est prévu un plan de formation pour assurer la reconversion de tous les agents qui le souhaitent. Le chiffre tombe : 130 000 € sont prévus sur le budget de la ville pour cela !

130.000 € pour reclasser !

"On pourrait investir dans une légumerie, avec cet argent" fait, astucieusement, observer une participante. Mais non, la question ce n'est ni les économies, ni la qualité des repas de nos enfants, les raisons sont idéologiques : le privé c'est mieux. Les raisons sont des choix politiques : l'argent public doit servir les profits des grandes sociétés privées.

C'est vrai pour la cuisine, c'est vrai pour l'eau (lire article sur Gazay et le tarif de l'eau), demain ce sera vrai pour les aides à domicile, pour le nettoiement, pour le ramassage des déchets ménagers, pour l'essentiel des services techniques, etc ... au nom de la dette, du redressement financier et de la bonne gestion.

Gazay et son équipe sont là pour ça !

 

Pendant ce temps-là, le carnaval contre la mascarade de la DSP organisé par le collectif des Parents en colère redonnait des couleurs au Cours Foch et permettait de récolter plus de 250 Euros pour boucler la souscription pour le financement des frais de justice à la suite du recours déposé au Tribunal administratif par les élus d'opposition.

Antoine Monticellu

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant:
 EUR

Articles récents

  • Mâcon / Aubagne : les citoyen·ne·s au cœur des municipales +

      A l'heure où le mouvement "Aubagne la commune" se positionne comme une vraie force alternative face à Gazay et son équipe pour les prochaines municipales, l'exemple de Mâcon n'est pas sans intérêt. Lire la suite
  • Restaurant brésilien à Aubagne +

    Le nom du restaurant ne peut pas vous tromper sur la cuisine que vous allez découvrir dans ce restaurant : "Les Brésiliens". Ouvert depuis moins de trois mois, vous le trouverez au 15 boulevard Jean Jaurès. Lire la suite
  • Le RCA dominateur, l'AFC défait ... et une 3ème victoire pour l'OM. +

    En cyclisme, après la victoire au sprint de John Degenkolb dans la dernière étape, l'Espagnol Gorka Izaguirre a remporté le Tour de La Provence. L'Australien Simon Clarke et le Français Tony Gallopin complètent le podium, dans la même seconde. Lire la suite
  • Conseil municipal de Cuges : un huis clos pour rire +

      Jeudi 7 février, le conseil municipal s’est réuni avec un huis clos demandé pour 2 délibérations concernant la demande de retrait du titre d’adjoint de Jean Claude Sabetta, 2ème adjoint au maire. La semaine précédente, le maire lui avait retiré toutes ses délégations. Lire la suite
  • Hôpital d'Aubagne : le syndicat Sud Santé Solidaires dénonce +

    Le syndicat Sud Santé Solidaires dans un communiqué de presse dénonce la gouvernance de l'hôpital d'Aubagne. Nous portons à la connaissance de l'ensemble de nos lectrices et de nos lecteurs l'intégralité de cette publication, en précisant qu'elle appartient en totalité à ce seul syndicat, majoritaire à l'hôpital d'Aubagne. Voici le Lire la suite
  • Se rassembler contre la dérive autoritaire ? +

    Après la présentation de la loi "anticasseurs" qu'il serait plus juste d'appeler loi "antimanifestants", après la légitimation des violences policières contre les gilets jaunes suivies ou précédées par des arrestations "préventives", de multiples condamnations en comparution immédiate (alors que Alexandre Benalla continue de se promener à sa guise), des perquisitions Lire la suite
  • Une intime conviction +

    Loin des traditionnelles plaidoiries à l’américaine, "Une intime conviction", un vrai procès made in France, ou comment on veut condamner avec une enquête à charge, des témoignages sans valeurs ; comment on peut bafouer la présomption d’innocence et comment, aussi, on peut se battre pour innocenter sans pour cela être accusateur Lire la suite
  • 1