Le nouveau visage de l'Agglo

 

Le dernier numéro du magazine l’Agglo sacre Sylvia Barthélémy comme la nouvelle Passiflore du territoire.

Dans le dernier numéro du magazine l’Agglo (le 1er de l’ère Barthélémy), le lecteur assidu, de cet outil de communication mais aussi d’information, ne peut être que déconcerté.
D’abord le format. Comme l’AJJ (album photo du maire d’Aubagne), le magazine l’Agglo a lui aussi rétrécit (ne manque plus que les couleurs bleues ). Mais ce qui est le plus frappant (et le plus scandaleux !) c’est le changement radical du contenu. Mme Barthélémy, occupe, à elle seule, le devant de l’actualité de la communauté d’agglomération.
Non seulement, elle fait la couverture du magazine, mais ses portraits s’étalent sur les trois premières pages où elle est interviewée (6 photos sur tout le magazine). Là où jadis c’était les fameux « Visages de l’Agglo ». C’est-à-dire une place qui était réservée à des d’habitants du territoire qui s’étaient distingués par une action, un travail ou un acte d’utilité générale. Des hommes et des femmes œuvrant à la reconnaissance de ce territoire attaché aux valeurs de citoyenneté.
Tout ça balayé d’un revers de main. Il n y a plus place pour « les petites gens ». Il faut laisser la place à Mme la Présidente qui nous rabâche encore « la nouvelle gouvernance » où elle évoque la concertation et la proximité.
Pour la concertation on a déjà vu ce que ça a donné les coups de fil aux habitants pour leur demander : Êtes-vous pour ou contre l’accession à la propriété. Répondez par Oui ou Non.
Quant à la proximité c’est que « notre » présidente est « heureuse de venir régulièrement dans nos communes, sur le terrain, au contact des maires ou à la rencontre des entreprises du territoire ». Curieuses conceptions de la proximité et de la concertation. Les habitants sont devenus de simples numéros (de téléphone). Pas besoin, lors de ses déplacements, d’aller à leur contact. Ils n’ont qu’à attendre la prochaine téléconsultation pour s’exprimer par Oui ou Non ! Une concertation et une proximité qu’elle privilégie très « modestement » à « une coûteuse communication ». Houp ! On frôle l’étouffement ! Les ¾ d’un magazine pour Madame la Présidente n’est pas effectivement très coûteux.
Dans la même interview on apprend aussi que Sylvia Barthélémy entend « revaloriser » le site de la Font de Mai « en organisant des soirées musicales » oubliant de mentionner : des soirées payantes. Quant à la Métropole, la Présidente de  l’Agglo ne laisse aucun doute sur ses intentions de livrer le territoire poings et pieds liés à la CUM. Dans l’interview, il n’est question que de quelques arrangements entre « amis »
Enfin question pluralisme, elle n’est guère meilleure que le maire d’Aubagne. Aucune place pour l’expression de l’opposition. Le seul qui mérite à ses yeux d’avoir la parole c'est Serge Perrotino, le maire de Cadolive (un farouche opposant, tout le monde le sait !). Et puis Gazay, qui ne se suffit pas de son album photos ( l’AGG ).
Dommage pour la qualité d’un magazine qui avait commencé à faire partie du paysage et, presque, de la culture, de ce territoire.

Ayman Nadal