Sylvia Barthélémy : quel sucre d'orge ?

 

« C'est médiocre et pathétique. Je ne sais pas quel sucre d'orge a été promis (par Gaudin) à Sylvia Barthélémy. » La formule est de Maryse Joissains, maire d'Aix (voir Agglo : qui pilote ?) au lendemain de l'initiative surprise de la présidente de l'Agglo qui précipite de deux mois la mise en place de la métropole. Avec la photo que Sylvia Barthélémy a affiché illico sur Facebook (ci-dessus, sans trucage), on commence à avoir une idée plus précise du sucre d'orge: un parachute doré à la Métropole !

C'était donc ça « les actes forts » que nous promettait Sylvia Barthélémy, pour préserver les intérêts des habitants et des personnels du Pays d'Aubagne et de l'Etoile ? Ce don de sa personne (et de nos communes) à la métropole ?

Cette divine surprise qui lui a valu le jour même les félicitations émues de Jean-Claude Gaudin, saluant sans ironie «  (son) sens des responsabilités et (son) esprit républicain » ? Quelle mascarade !

Comme le souligne François Tonneau dans La Provence, « Jean-Claude Gaudin a téléguidé la candidature "spontanée" de la récente – et fragile politiquement – présidente (UDI) de la communauté d'agglo d'Aubagne. »

Autrement dit, le maire de Marseille a intelligemment utilisé la haine froide qui oppose Sylvia Barthélémy à Gérard Gazay, et sa volonté de le supplanter dans la hiérarchie politique locale, comme dans les choix futurs pour Aubagne et les communes voisines. Sans oublier les avantages personnels non négligeables auxquels la présidente (dont l'une des toutes premières mesures fut, on s'en souvient d'augmenter son indemnité de fonction) n'aura sans doute pas été insensible...

« Elle sera récompensée par un poste important, elle peut être rassurée » s'indigne un élu des Bouches du Rhône. A l'inverse de l'intérêt général, « la démarche personnelle » de Sylvia Barthélémy a en effet rendue nulle et non avenue la décision prise avec les cinq autres présidents d'EPCI* qui avaient convenu le 1er octobre d'être reçus par le maire de Marseille, afin d'obtenir des garanties sur la démocratie et les finances de la métropole !

Ils n'auront pas eu à attendre pour mesurer le sort que Gaudin entend réserver à leurs inquiétudes et à leurs (modestes) velléités d'autonomie...

GAZAY COCU CONSENTANT ?

Quant à Gérard Gazay, grand perdant de l'opération, on attend avec intérêt sa réaction. Le maire d'Aubagne signera-t-il la pétition organisée par Maryse Joissains pour s'opposer à la tenue de cette réunion plébiscite du 9 novembre ? Ce serait une étape nouvelle dans la guerre de moins en moins feutrée que se livre le tandem Gazay-Barthélémy, depuis la victoire de la droite aux élections municipales du printemps 2014.

N'y croyons pas trop. On ne peut exclure que, dans sa distribution de friandises, Gaudin ait également pensé au maire d'Aubagne, pour lui faire accepter le rôle, cher à Pagnol, de cocu consentant. A suivre donc. Car à la Ville comme à l'Agglo, la droite aubagnaise combat la métropole dans la position du tireur couché.

 

Dominique Palmi

 

* Etablissement Public de Coopération Intercommunale.