Optimisation avant liquidation ?

 liquidation-servicepublic

Le dernier numéro d’Aubalien (journal de la Ville d’Aubagne dédié aux agents municipaux) consacre une de ses quatre pauvres pages à justifier, sous couvert d’une « nouvelle organisation des services », l’austérité qui frappe le service public communal. 

Le lancement de l’article met l’eau à la bouche : « Depuis cet hiver, la Direction Organisation et qualité des services (notez au passage le choix de la majuscule pour le « O » d’Organisation et pas pour le « q » de qualité) accompagne l’ensemble des directions et services municipaux dans une démarche d’optimisation des temps de travail et de maîtrise des dépenses de fonctionnement ». Quel magnifique exercice de langue de bois pour présenter, avec une pudeur touchante, des mesures de régression sociale ! 

Vous voulez des exemples ? L’article les décline :

Vous en redemandez ? 

L’article annonce qu’une « réflexion » est également engagée pour revoir les horaires des équipes de la manutention, du service de la propreté et des éducateurs sportifs….

Les maigres économies que va produire cette « politique d’optimisation » (toujours la touchante pudeur…) concernent, comme par hasard, des agents de catégorie C, c’est-à-dire les plus faibles salaires de la collectivité. Elles seront très loin de compenser la hausse de la masse salariale occasionnée par quelques choix « très audacieux » de la nouvelle équipe municipale :

Une proposition pour le prochain numéro d’Aubalien : ne plus le sous-titrer « journal des agents du service public de la Ville d’Aubagne » comme c’est le cas depuis sa création, mais opter pour un plus opportun « journal des fossoyeurs du service public communal ».

 

David Jame