Radiographie du Pays d’Aubagne : le syndrome du cheval à bascule

Depuis ces dernières semaines, les articles dressant le bilan de cette première année d'exercice de la Droite à Aubagne n'ont pas manqué. Moins nombreux sont ceux qui se sont essayé à l'exercice du côté de l'agglomération, dont la disparition est programmée dans moins de 8 mois.

Si certains constats interpellent, ils semblent révéler un malaise bien plus profond qui présente des signes pathologiques. L'autopsie d'une déchéance nous conduit à délimiter les caractéristiques d'une maladie auto-immune, un mal qui dévore le Pays d'Aubagne de l'intérieur depuis sa strate politique.

Les symptômes : amnésie et apathie

Il aura donc fallu un an presque jour pour jour pour que la maladie se déclare officiellement. Elle s'est manifestée par une forme d'amnésie de la part de la Présidente à l'égard des citoyens. Ce fut la rencontre avec le Préfet le 11 Mai dernier qui révéla l'oubli. En effet, la tête de l'exécutif depuis un an avait oublié de nous annoncer la fin de la gratuité des transports avec la métropole. La voie de Valdonne occupait sans doute trop son esprit mais le représentant de l'Etat a là aussi annoncé qu'il ne s'agissait que d'un projet parmi tant d'autres qui à l'échelle de la métropole pèserait bien peu. La maladie a touché le système cognitif déformant parfois certains propos. Lorsque Madame la Présidente déclarait son opposition à la métropole mais sa volonté d'y participer, il fallait comprendre qu'elle n'a pas porté le sujet politiquement pour des raisons purement électoralistes mais que sur le fond elle irait dans le sens de la marche ! Dommage pour ceux qui pensaient qu'elle serait un rempart contre la grande ville voisine.

Le second effet indésirable a été constaté chez les vice-présidents de l'agglomération, maires des communes membres, qui connaissent depuis un an une forme d'apathie sévère. La sonnette d'alarme a été tirée avec véhémence par quelques élus d'opposition alertés par des incohérences politiques lors du vote du budget primitif au Conseil communautaire du 14 d'Avril. Alors que l'institution est désormais en roue libre au point de reconduire les actions antérieures, les dotations à l'égard des communes sont restées bien en-deçà de ce qu'elles auraient pu être, et cela sans une opposition à la hauteur de l'importance des enjeux. L'anémie généralisée des vice-présidents marque de dangereuses carences en « faire » pour la démocratie.

Les analyses à la lumière des dernières élections

(cf. tableau ci-après)

Comme tout diagnostic, seules des analyses approfondies peuvent permettre de mieux définir le problème et ses contours. Le tableau ci-dessous reprend les résultats des exercices électoraux depuis un an. Il révèle de nombreuses anomalies.

La première d'entre elles repose sur une forme inconnue de schizophrénie : 2 communes sur 3 sont sorties des élections municipales avec des équipes divers gauche en tête. On aurait pu croire les bases solides puisque toutes élues dès le premier tour avec des scores parfois proches des plus belles républiques bananières. Or le 11 avril 2014, la communauté d'agglomération a viré à droite avec la nomination d'une Présidente UDI. Le Maire de Roquevaire en lice pour la fonction criait alors à la trahison. Ironie du sort, seul son territoire confirmera son statut de ville de gauche lors des élections départementales un an plus tard. Constance électorale, confiance renouvelée ou effort de l'équipe municipale en place pour remobiliser son électorat ? Sans doute un peu de tout cela à la fois, ingrédients que l'on ne retrouve pas sur les autres territoires.

Au détriment des voix avec lesquelles ils ont été élus, les gauches locales ont sacrifié la coopération intercommunale sans la moindre vision ne serait-ce qu'à moyen terme. Les élections départementales de mars 2015, certes moins mobilisatrices, sont venues confirmer ce triste constat. A l'exception d'une commune, ces fameux maires de gauche ont tous vu leur territoire basculer à droite, voire pour 3 d'entre elles à l'extrême droite. Comment interpréter ces chiffres ? Le seul contexte national d'un PS en perdition chez ses électeurs ne peut y suffire. La voisine pennoise réussissant même le grand écart entre gauche de la gauche et Front national ! Désaveux de la politique municipale après le plébiscite 12 mois auparavant ? Incompréhension des électeurs face à des positionnements politiques ambigus ? Incapacité ou absence de volonté de mobiliser son électorat ? Sans doute un peu de tout cela à la fois... hélas !

Une maladie orpheline : le syndrome du cheval à bascule

Comme toute maladie orpheline, d'autres cas existent sans doute ailleurs. Mais c'est en Pays d'Aubagne que l'on a isolé le mal sous le nom de « syndrome du cheval à bascule ». Cet inoffensif jouet définit aujourd'hui l'un des plus grands maux de notre démocratie locale. Quelles sont ses caractéristiques ? Elles sont au nombre de 3 pour expliquer la dangerosité du phénomène. Tout d'abord, sa tête de bois ne lui permet pas une circulation aisée des neurones. Ensuite, ses mouvements d'avant en arrière sont parfois perturbés par des oscillations parasites de gauche à droite et inversement. Sur un plan physiologique, le cerveau humain tolère relativement mal ces mouvements latéraux. Enfin, malgré une énergie parfois considérable du jockey, l'animal se balance sans jamais avancer ou très peu ! C'est donc l'immobilisme qui caractérise le mieux cette maladie.

Si le corps médical est parvenu à poser une analyse scientifique (ou presque !) sur un mal contemporain d'ici, le citoyen avide de démocratie peut ne pas y trouver satisfaction. Il pourra penser vulgairement qu'on le prend pour un « con », et sans doute n'a-t-il pas tout-à-fait tort. Peut-être pourra-t-il voter ou laisser voter bleu marine pour ne plus voir « leur gueule ».

Rappelons juste aux intéressés qu'un mandat passe très vite et que la fonction d'élu ressemble aujourd'hui à de l'intérim. De plus, après les métropoles et la fusion des régions, la prochaine réforme territoriale devrait porter sur la diminution du nombre de communes en France (36 658 en 2015). La logique du volte-face et du laisser-faire relève donc d'un bien mauvais calcul politicien.

José Da Silva

 

 

 

Elections municipales 2014

Elections départementales 2015

 

Liste gagnante

Nombre de Voix

% de voix inscrites

Liste gagnante

Nombre de Voix

% de voix inscrites

Aubagne

Union Droite

10738

32,67%

Union Droite

7250

21,94%

Auriol

Divers Gauche (1er tour)

2965

33,68%

Union Droite

2130

24,22%

Belcodène

Divers Gauche (1er tour)

767

56,27%

Union Droite

405

29,80%

Cadolive

Divers (1er tour)

1085

57,71%

Union Droite

523

27,66%

Cuges-les-Pins

Divers Droite (1er tour)

1742

48,14%

FN

869

23,67%

La Bouilladisse

Divers Gauche (1er tour)

1786

40,99%

Union Droite

1146

26,45%

La Destrousse

Divers Gauche (1er tour)

1331

51,60%

Union Droite

672

26,51%

La Penne s/ H.

Forces Gauche (1er tour)

1659

32,60%

FN

858

17,04%

Peypin

Divers Gauche (1er tour)

1948

41,91%

FN

996

21,16%

Roquevaire

Divers Gauche (1er tour)

2846

41,59%

Union Gauche

1459

21,64%

St-Savournin

Divers

978

39,72%

Union Droite

575

24,04%

St-Zacharie

Divers Gauche (1er tour)

1899

43,73%

FN

1002

22,82%

Source : www.interieur.gouv.fr

Articles récents

  • Ecologie : plus personne ne peut l'éviter +

    Le dérèglement climatique et les nombreux appels de scientifiques du monde entier imposent la question de l'écologie dans le débat politique planétaire. Les élections municipales à Aubagne ne font pas exception à la règle. Lire la suite
  • Des initiatives à ne pas manquer +

    La campagne électorale des élections municipales arrive dans les deux dernières semaines avant le premier tour, le 15 mars. La dynamique autour de la liste "Rassemblé·e·s pour Aubagne" ne cesse de grandir, les soutiens se multiplient, les rencontres aussi, partout, dans tous les quartiers. Dans les prochains jours, quatre temps Lire la suite
  • Un condamné sur la liste à Gazay ? +

      Dans quelques heures maintenant, on saura si Gazay a décidé de présenter à l'élection municipale un candidat condamné par la justice prud'homale. Le 27 février à 18h le dépôt des listes sera définitivement clos. Lire la suite
  • Finances et fiscalité : que nous propose-t-on ? +

    Magali Giovannangeli le 10 février, puis Sylvia Barthélémy le 13 février et enfin Gérard Gazay le 20, ont présenté leurs programmes électoraux. Nous pouvons maintenant comparer. C'est ce que nous allons faire dans le domaine des finances et de la fiscalité. Lire la suite
  • Sécurité : ce que proposent Gazay / Barthélémy / Giovannangeli +

    Avec la propreté, la sécurité serait, d'après une enquête d'opinion d'une radio, un des éléments prioritaires du choix des électrices et des électeurs d'Aubagne pour les élections municipales des 15 et 22 mars. Pour mieux éclairer votre décision, nous avons essayé de mettre l'accent sur les propositions essentielles dans ce Lire la suite
  • Soirée Papa Noël de Gazay : morceaux choisis +

    Mèfi a rendu compte de la soirée du 20 février où le maire nous a (re)sorti de sa hotte de Père Noël toutes les promesses de 2014 dont aucune n'a été tenue. Revenons sur quelques moments, pour en rire ... ou en pleurer. Lire la suite
  • Les crèches Sodexo +

    Dans son catalogue 2020 des promesses électorales, Gazay nous informe qu'il va créer 3 nouvelles crèches, une halte garderie... Après 6 ans de diète, la ville va-t-elle se préoccuper de la petite enfance ? Non bien sûr, il ne s'agit pas de cela. Lire la suite
  • 1