Devoir de mémoire : la bêtise fait de la résistance

image

Étrange commémoration le 27 mai dernier au cours de laquelle des Aubagnais venus honorer « le parti des fusillés » ont été empêchés de déployer les drapeaux des fusillés.

Le 27 mai d’anciens résistants et leurs proches ainsi que des associations d’anciens combattants étaient réunis au pied du monument aux morts sur le cours Foch pour assister à la première commémoration officielle de la création du Conseil national de la Résistance (CNR) en 1943. Depuis 70 ans, les anciens résistants réclamaient que cette date soit officiellement reconnue par les pouvoirs publics et il a fallu attendre le 9 juillet 2013 pour cette date qui marque une page glorieuse de l’Histoire de France soit enfin reconnue et cette journée commémorative instituée par le Sénat. Cette première commémoration à Aubagne aurait du se dérouler dans la dignité qu’elle réclame s’il n’y avait pas eu un impondérable, un événement aussi difficile à prévoir que la bêtise lorsqu’elle s’immisce de manière brutale et incongrue dans les relations humaines.

Des Aubagnais, des personnes âgées pour la plupart, ont été empêchés de déployer les drapeaux des fusillés par l’intervention directe d’un conseiller municipal de la nouvelle majorité UMP-UDI. L’élu a fait appel à un policier municipal qui s’est exécuté avec zèle pour contraindre ces Aubagnais à baisser leurs drapeaux. Est-ce parce qu’ils étaient rouges du sang versé des communistes nombreux dans les rangs de la Résistance ? On sait combien cette couleur horripile les nouveaux édiles de la commune. Dans un communiqué de presse, André Danchesi a fait part de son indignation au nom de la section locale du Parti communiste : « Est-il besoin de rappeler le lourd tribut payé notamment par les Résistants communistes pour que la France retrouve la liberté et la paix », écrit le militant qui fait part aussi de son étonnement concernant l’absence remarquée du maire UMP Gérard Gazay et de son premier adjoint à cette première commémoration. Les mêmes n’avaient pourtant pas manqué de faire observer l’absence de l’ancien maire Daniel Fontaine lors des cérémonies du 14 juillet...

Le 27 mai, aux côtés des anciens Résistants venus rappeler le rôle du CNR dont le programme joliment baptisé « Les Jours Heureux » jetait les bases d’une république sociale et solidaire, on pouvait apercevoir Magali Giovannangeli (PCF), ex-présidente de l’Agglo et Patrick Arnoux (PS), l’ancien premier adjoint au maire, réduits tous les deux depuis mars dernier à faire de la « résistance » dans les rangs de l’opposition de gauche au Conseil municipal.

Articles récents

  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • Covid-19 : et si on en profitait pour échanger et confronter ? +

    Un grand nombre de voix (trop peu à mon sens) s’élèvent depuis de nombreuses années pour déclarer, à juste titre, que le capitalisme est en crise. Ce qui essentiel, c'est de bien comprendre la signification profonde de ce diagnostic. Lire la suite
  • Covid-19 : lettre ouverte au maire d'Aubagne +

    Magali Giovannangeli, au nom de la liste, "Rassemblé·e·s pour Aubagne", a fait parvenir aux médias locaux une lettre ouverte au maire d'Aubagne et à son équipe. Vous pouvez en trouver le texte intégral ci-dessous. Lire la suite
  • 1