Les Guignols du covid

les guignols du covid

Ce dimanche 19 avril, Edouard Philippe et son nouveau ministre de la santé ont, pendant deux heures, tenu une conférence de presse. Pendant 1h40, nous avons eu droit à toutes les paroles et les graphiques que l'on nous rabâche à longueur de journées sur toutes les chaînes d'infos (infos ?) et 20 minutes d'approximation et de promesses pour "après le 11 mai".

Pendant les 5/6ème du temps donc, nous avons eu une révision sur tout ce que l'on sait. Du blabla pour meubler et pour donner le sentiment de la "transparence". Façon de nous dire "Comme vous êtes une bande d'idiots, on va vous prendre pour des imbéciles". 

On nous a appris qu'il y avait une pandémie inédite qui continuait à progresser, que tous les pays du monde étaient atteints, nous avons eu toutes les garanties "scientifiques" (puisque c'était une chercheuse qui le disait) de ce qu'on savait et de ce qu'on ne savait pas sur le virus (nous sommes tous devenus de grands virologues), on nous a répété que le vaccin ce n'était pas pour demain et qu'on n'avait toujours pas trouvé de thérapie efficace, qu'il fallait respecter le confinement pour "aplatir" la courbe, faire les "gestes barrières", que les tests allaient arriver, que les masques étaient déjà là (mais on ne nous parle plus en milliards importés de Chine comme il y a encore 15 jours), que les "respirateurs" (les grands et les petits) seraient disponibles fin juin ...

On a jonglé avec les nouveaux mots utilisés par tous les experts télévisés (les mêmes qui étaient experts en terrorisme, en accident d'avion, en élections, en cuisine, ...) : "confinement", "gestes barrières", "résilience", "sociétés savantes", ...

Puis en 20 minutes, on nous a raconté "la merveilleuse histoire du déconfinement". Rien de précis ni de définitif, "le plan c'est dans 15 jours" nous a précisé le premier ministre : des "peut-être", des "hypothèses", des "scénari envisageables ou possibles". Ce qui est sûr, c'est qu'il faudra des masques pour tout le monde et que nous en aurons plus qu'il n'en faut. Qu'il faudra tester massivement et les tests seront partout. Nous en faisons 150 000 par semaine après deux mois, mais dans quinze jours, nous en ferons 500 000. Comme les allemands qui eux font ça depuis un mois. Sans compter qu'à 500 000 par semaine, il faudra 3 ans pour tester toute la population et encore si on ne fait qu'un test par personne tous les 3 ans.

Et on mettra les cas positifs dans des hôtels, c'est à dire qu'on va trouver plusieurs centaines de milliers de chambres inoccupées mises à disposition par la profession hôtelière. On nous prend, vraiment, pour des imbéciles.

Pour les tests sérologiques, on nous répète le coup des masques, comme il n’y en a pas, on nous explique scientifiquement que cela ne sert à rien.

Mais, quand on se rappelle du début du film, "les masques ça ne sert à rien", avant de nous dire "il en faut pour tout le monde", puis "cela ne sert à rien de tester quand l'épidémie a démarré", pour infirmer par "il faut tester massivement", nous avons du soucis à nous faire. Surtout qu'on peut rajouter Macron qui affirme lundi "il faudra que les vieux restent confinés", pour nous asséner 48 heures après "Nous ne pouvons pas accepter de laisser confinées les personnes âgées". Mieux que ça le célèbre Barbier, l'homme à l'écharpe rouge dès fois qu'on ne le reconnaisse pas par le débit de ses inepties, a pu affirmer que le Président de la République n'avait pas parlé de déconfinement mais de "confinement moins strict à partir du 11 mai". Dans cet esprit, pour la reprise des écoles "ce sera progressif", avec une formule du premier ministre digne du plus grand Pierre Dac "Quand je dis progressif, c'est exactement cela, ce sera progressif". Des imbéciles on vous dit.

Si on remonte un tout petit peu dans le temps (janvier ou février 2020 par exemple), on nous expliquait aussi qu'il y avait trop de lits dans les hôpitaux, trop d'hôpitaux, trop de maternités, trop d'agents du personnel médical, qu'on pouvait facilement économiser plusieurs milliards d'euros sur le budget de la santé et de la sécurité sociale. On mesure aujourd'hui combien cela nous coûte.

Et ne croyons pas que c'est terminé. Le Directeur de l'Agence Régionale de la Santé du Grand Est a vendu la mèche en confirmant "qu'après la crise sanitaire, il faudra continuer à supprimer des hôpitaux". Il avait oublié d'écouter le dernier discours de Macron. Cela lui a valu une mise au placard ... provisoire. On va se le retrouver, dans quelques mois, Directeur Général de la Santé.

Le "Nouveau monde" de Macron, c’est une vaste escroquerie intellectuelle. Ce sont des Guignols qui nous gouvernent : "Putain ! Encore deux ans".

Mais, pendant au moins dix jours, vous pourrez compter sur toutes les télés et radios publiques et privées, l'immense majorité de la presse écrite, les experts en Coronavirus, de Alain à Olivier Duhamel en passant par Christophe Barbier, pour nous convaincre que cette conférence de presse a été d'une grande clarté, qu'il a été répondu à toutes les questions et que 'l'exécutif", dans tous les sondages, regagne en crédibilité.

Antoine Monticellu

 

Articles récents

  • Casier judiciaire : les candidats doivent s'engager ! +

    La confiance dans les élu-e-s est de plus en plus mise à mal. Depuis plus d'une décennie, les "affaires" qui ont défrayées la chronique des faits divers et qui impliquaient un élu-e n'ont pas cessé d'augmenter. Même si cela n'en concerne qu'une minorité, cela suffit à jeter le doute et Lire la suite
  • Mélin attaque Gazay +

    La député européenne RN Joëlle Mélin publie un communiqué où elle attaque la "gestion Gazay" sans ménagement. Lire la suite
  • Confirmation : Schipani est de retour +

    De temps en temps il arrive à Gérard Gazay de s'oublier et puis soudain de se dévoiler. Sa page Facebook, était ainsi particulièrement silencieuse depuis le début de la distribution des masques de la "famille Pretot". Soudain ce matin une vidéo publiée nous apporte son lot d'informations. Lire la suite
  • Gazay n'avance plus masqué : il ose tout... et Christine Pretot se réjouit +

    Gérard Gazay a sans doute cru, après le désastreux « masque-chaussette », que la commande des 50.000 masques réutilisables allait se dérouler sans vagues et redorer son blason. C’était sans compter sur la méfiance qui entoure ses actes. Il a tellement menti depuis 6 ans que tout ce qu’il fait, ou touche, Lire la suite
  • Insuffisances du maire d'Aubagne : les élus de gauche communiquent +

    Suite aux demandes avortées d'un véritable travail commun de tous les élus municipaux face à la crise sanitaire, les groupes de gauche au conseil municipal nous ont fait parvenir le communiqué ci-dessous. De leurs côtés, Sylvia Barthélémy pour le groupe UDI et Joëlle Mélin pour le RN ont fait parvenir Lire la suite
  • Aubagne : enfin, les "vrais" masquent arrivent +

    Huit jours après le déconfinement, la ville d'Aubagne va, enfin, du mardi 19 mai au samedi 23, distribuer un masque aux normes pour chaque Aubagnaise et chaque Aubagnais. Vous trouverez ci-dessous toutes les modalités de retrait. Lire la suite
  • Alinéa Aubagne en cessation de paiement +

    Rien à voir avec le coronavirus, même si la crise sanitaire n'a fait qu'aggraver la situation, Alinéa, siège social Aubagne a été déclaré en cessation de paiement au Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • 1