Finances et fiscalité : que nous propose-t-on ?

finances et fiscalite que nous propose t on

Magali Giovannangeli le 10 février, puis Sylvia Barthélémy le 13 février et enfin Gérard Gazay le 20, ont présenté leurs programmes électoraux. Nous pouvons maintenant comparer. C'est ce que nous allons faire dans le domaine des finances et de la fiscalité.

Gérard Gazay et son adjointe aux finances ont affirmé "qu'ils vont continuer". Examinons, donc, ce qu'ils ont fait. Si on évite de s'appuyer sur les fanfaronnades et les faux chiffres publiés par sa propagande électorale (ce maire prend vraiment les Aubagnais pour des imbéciles), tous les documents financiers officiels prouvent que la dette n'a pas baissé. Pire, le classement du quotidien national "Le Figaro" fait passer Aubagne de la place de 5ème en 2014 à celle de 2ème en 2019 des villes les plus endettées de France.

Dans le même temps, pourtant, Gazay a bradé 20 millions d'euros du patrimoine communal, il n'a pas pu utiliser les 20 millions d'euros du Conseil Départemental parce qu'il n'a pas su trouver les compléments légaux nécessaires (faisant perdre ainsi des millions d'euros de travaux à la commune), il a saigné tous les budgets des services (en particulier ceux de la propreté, de la restauration pour les enfants et de la culture).

Toutes les taxes communales ont fait un bond en avant. La Taxe d'Habitation a progressé de 10% parce qu'il a supprimé l'abattement à la base (même s'il n'a pas augmenté les taux - d'ailleurs l'adjointe ne dit pas "on n'a pas augmenté les impôts", elle dit "on n'a pas augmenté les taux" - une escroquerie intellectuelle).

Gazay veut continuer à augmenter la dette et les impôts

Les bases de la Taxe Foncière ont augmenté, la Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères a augmenté, la Taxe sur les Enseignes Lumineuses a augmenté, le Versement Transport a augmenté. Ils ont même inventé de nouvelles taxes pour nos impôts locaux : la taxe sur l'intercommunalité, la Taxe Spéciale d'Equipement et la Taxe Gemapi.

Barthélémy, elle, ne dit rien sur la dette, sauf pour faire observer qu'entre 2015 et 2019, elle a augmenté ... elle vient, à peine, de s'en apercevoir, alors qu'elle a voté TOUS les budgets de 2014 à 2018 !

Ses propositions sont succulentes. Elle compte sur ... l'Europe ... et ses fameux fonds que personne, dans aucune commune de France n'a jamais trouvé. Elle nous indique aussi que l'Etat doit faire un effort, alors que depuis Sarkozy jusqu'à Macron (sa nouvelle référence puisqu'elle a l'investiture de LREM), tous les gouvernements ont réduit les dotations aux communes. Mieux, elle a voté la délibération pour accepter la baisse des dotations en validant le "Pacte de stabilité" signé avec le Préfet.

Le clou de la manipulation, elle prend l'exemple de Toulon pour faire croire que les travaux du centre-ville peuvent être financés par l'Etat. Elle "oublie" de préciser que "son" gouvernement a exclu des aides les communes qui appartiennent à une métropole, ce qui est le cas d'Aubagne.

Barthélémy dit le contraire de ce qu'elle a fait

Giovannangeli et son équipe commencent par rappeler qu'en matière de finances publiques, ce ne sont pas les finances qui président aux orientations municipales mais le contraire. Il s'agit de faire des choix. Doit-on engraisser les actionnaires de la Sodexo ou offrir des repas bio de qualité à nos enfants ? Doit-on offrir de l'argent à une association "culturelle" privée ou augmenter le budget de la médiathèque ? Doit-on payer les repas du maire et des élus dans les restaurants d'Aubagne ou mettre à disposition du papier toilette dans les écoles ? Doit-on payer des salaires de plus de 10 000€ mensuels à quelques hauts dignitaires de l'administration (au total plus de 500 000€ par an) ou augmenter le budget des services à la population ? ...etc ... etc ...

"Aubagne est une ville riche, encore faut-il que cela profite à ses habitant.e.s".

L'engagement est pris de n'augmenter aucune taxe au cours du mandat et de faire progresser le prix des services en dessous de l'inflation. Au cours du mandat, les repas de la cantine seront gratuits. Si on prend en compte l'étalement dans le temps de la mesure, l'aide de l'état pour les repas à 1€ dans les quartiers "politique de la ville" (comme le Charrel par exemple), les économies potentielles à réaliser sur le personnel chargé du comptage et du contrôle, celui chargé de l'encaissement et des relances, la gratuité de la cantine est supportable pour la commune.

Enfin, concernant la dette, l'inflation va la réduire d'environ 15 millions d'euros en 6 ans. Ensuite, la liste "Rassemblé·e·s pour Aubagne" s'engage à la diminuer de façon raisonnable de 1 million d'euros par an, en empruntant chaque année 1 million d'euros de moins que le montant total du capital annuel remboursé (8 millions d'euros en 2019). L'objectif est sans ambiguïté : faire sortir Aubagne du Top 10 des villes les plus endettées de France en l'espace de deux mandats.

Dans cette équipe l'ambition, la raison et la compétence sont au rendez-vous.

Antoine Monticellu

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : pour un "groupe de vigilance et d'actions" à Aubagne +

    Au moment où on nous annonce un deuxième décès dû au covid-19 à Aubagne, il est temps de rassembler toutes les forces, sans exclusive, pour faire face à la crise sanitaire qui est encore devant nous. Lire la suite
  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • 1