Soirée Papa Noël de Gazay : morceaux choisis

soiree papa noel : morceaux choisis

Mèfi a rendu compte de la soirée du 20 février où le maire nous a (re)sorti de sa hotte de Père Noël toutes les promesses de 2014 dont aucune n'a été tenue. Revenons sur quelques moments, pour en rire ... ou en pleurer.

Après avoir hurlé sur le tramway, après l'avoir stoppé (ce qui, d'après les chiffres de la Chambre Régionale des Comptes nous a coûté plus de 50 millions d'euros), Gazay devant l'immense succès de fréquentation de ce moyen de transport (le nombre de passagers du tram représentent près de 40% de celui de tous les voyageurs de tous les bus de tout le territoire du Pays d'Aubagne) propose dans son catalogue de Noël en mars : de faire rouler le tram le dimanche (ce qui était prévu à l'origine) et de le prolonger jusqu'à Marseille (ce qui serait le cas depuis 2016 si Gazay ne s'y était pas opposé).

Pour redynamiser l'activité commerciale du centre-ville, le maire envisage de trouver des locaux de ... 400 m² pour accueillir de nouvelles enseignes. En fait, il s'agit de moyennes surfaces pour écraser les derniers commerces qui restent.

Le moment écolo du premier adjoint : il s'engage "Pour chaque m² construit, un m² de verdure supplémentaire". Et si on commençait par ne plus construire en détruisant les arbres et les espaces verts (boulevard Lakanal, la chênaie de La Louve, le terrain Berlioux, le square Henri Barbusse, le pied de Garlaban ...) ?

Le maire nous certifie que la métropole sous la présidence de Jean-Claude Gaudin a donné 15 millions d'euros à Aubagne pour faire des travaux. Et on en a fait quoi ? Il n'y a aucune trace nulle part. Ce ne sont pas les 30 mètres de chaussée de la rue Moussard qui ont coûté autant ?

Il promet qu'avec toutes les initiatives du centre-ville les touristes et les croisiéristes vont débarquer par milliers à Aubagne. Quelle déception ils vont avoir ! Sûr qu'on ne les verra qu'une fois.

Dans la même logique, il avoue que pour faire renaître le centre-ville, il faut "amener du monde" (pas possible, il n'a pas trouvé ça tout seul, quelqu'un lui a soufflé). C'est sans doute pour ça qu'il a supprimé ou réduit à presque rien toutes les initiatives culturelles et festives gratuites du coeur de ville.

Sa déléguée à la comptabilité nous ressert la fable du risque d'une ville sous tutelle quand elle est arrivée. Elle n'a trouvé aucun document qui le prouve, aucun écrit qui le confirme, mais elle nous fait le coup des "services de la préfecture qui l'ont dit". Interrogés par nos soins, on nous répond que les services ne jugent pas la gestion d'une commune et respectent la neutralité de l'administration.

La déléguée aux affaires sociales a failli s'étrangler en proclamant "La solidarité, c'est dans l'ADN de notre politique". C'est pour ça qu'ils ont commencé par vouloir expulser les Restos du Coeur et le Secours Populaire et à diviser par trois les services de l'épicerie sociale ... jusqu'à supprimer le repas de Noël des plus démunis. 

Et le maire de rajouter "Nous versons 2,5 millions d'euros au CCAS, la même chose, à l'euro près, qu'en 2013". Il oublie deux détails : le premier, c'est que l'inflation a rogné le pouvoir d'achat de cet organisme de 10% et qu'en plus la ville lui a transféré des charges sans transférer les budgets.

L'adjoint aux sports qui n'avait pas grand chose à se mettre sous la dent a tenté de vendre les deux aires de Fitness qui ont été installées en 6 ans ... sans nous préciser qu'elles se retrouvaient sans entretien et à l'abandon ... mais il nous a promis les Jeux Olympiques en 2024 !

On terminera avec l'adjoint à la culture, avec son accent marseillais qu'il essaie de camoufler en le "mondanisant" (faut entendre ça, cela vaut le déplacement). Il a fait mieux, il a promis de classer "l'argile d'Aubagne au patrimoine de l'Unesco". Comme on nous avait annoncé le Guinness des records pour le village des santons ! On risque d'attendre longtemps.

Antoine Monticellu

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : pour un "groupe de vigilance et d'actions" à Aubagne +

    Au moment où on nous annonce un deuxième décès dû au covid-19 à Aubagne, il est temps de rassembler toutes les forces, sans exclusive, pour faire face à la crise sanitaire qui est encore devant nous. Lire la suite
  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • 1