Barthélémy, la candidate de Macron, a présenté ses "projets"

Ce jeudi 13 février à l'Espace des Libertés, Sylvia Barthélémy a présenté ses promesses pour le prochain mandat devant un peu moins de 350 personnes dont une bonne trentaine "d'extérieurs" à Aubagne. Une salle correctement garnie, sans plus, à l'image de la campagne de la candidate et, sans doute, de son résultat électoral.

On pouvait observer une bonne présence du personnel du conseil de territoire qui, de la directrice d'Agora au responsable de la politique de la ville, de l'animatrice du secteur transport à la chargée de communication et bien d'autres, n'habitent pas Aubagne, la confirmation définitive du soutien de l'ancien adjoint au logement avant 2014 et du président du Souvenir Français, ex-élu mégrétiste et ami de Giovanni Schipani.

Si on pouvait encore s'interroger sur le soutien de La République En Marche, les efforts de langage de Laurent Colombani pour se justifier enlevaient tous les doutes. Pendant près de 10 minutes, il s'est échiné par toutes les formules macroniennes de la présidentielle de 2017 à expliquer que Barthélémy était "Pour Aubagne" et c'est tout. L'investiture de LREM ? De l'UDI ? De Agir ? Du Parti Radical ? Tous des partis de droite : ce n'est qu'apparence. C'est pour cela que toute son intervention pour ouvrir la soirée était consacrée à dédouaner Barthélémy de tout esprit partisan. Tentative trop difficile pour être un tant soit peu convaincante.

Et si vous aviez encore une petite lueur de doute, l'intervention de Patrice Galvan, chef de file de LREM à Aubagne, pour présenter le 10ème projet pour les municipales vous enlevait tous les soupçons d'interrogations qui auraient pu vous rester. En effet, le patron aubagnais du parti de Macron a été le seul, autre que Barthélémy, à exposer un des dix "grands défis" du programme électoral de la candidate, en prenant environ un quart du temps de parole de sa tête de liste.

Sylvia Barthélémy a donc, avec un certain brio, déroulé les "défis" d'un projet plus global qui n'est pas encore complètement bouclé mais qui sera à la disposition de la population dans sa version intégrale dans quelques jours.

Le patron aubagnais du parti de Macron en vedette américaine

Mais avant de faire la liste de ses propositions, elle a décoché quelques flèches à son partenaire, le maire d'Aubagne. Elle lui a décerné un zéro pointé sur le bilan : promesses non tenues sur quasiment toutes les réalisations annoncées et échec manifeste de sa politique financière puisque Aubagne est passé de la 5ème place en 2014 à la 2ème place en 2019 des villes les plus endettées de France.

Elle précisait ensuite que tous ses projets étaient finançables avec toutes les recettes habituelles et en y rajoutant la tarte à la crème de tous les "novices" de la gestion municipale, les fonds européens... qui n'existent pas ! Mais, avec un petit quelque chose qui pointe son nez, avant de pointer son ventre, les financements privés.

Le Val'Tram sera son premier défi. Elle ne compte pas revenir au train-tram de l'ancienne mandature qui arrivait directement en gare d'Aubagne en suivant l'ancienne voie ferrée. Elle explique donc que son tramway va venir traverser Campagne Valérie, Les Défensions, le cours Voltaire et l'ilot des Berges en les défigurant.

Deuxième défi, elle va maintenir la gratuité des transports ... mais il faudra se battre car ce n'est pas acquis. Elle n'avait pas voté la gratuité en 2009, mais maintenant elle est "convertie". 

Troisième défi, reverdir le centre ville, elle va réhabiliter la piscine du bras d'Or qu'elle a fermée avec Gazay dès juillet 2014 ... mais elle s'est trompée ... comme pour la gratuité. Elle va faire un nouveau parking de 3 étages ... mais végétalisé. Sur le reste de l'espace Bras d'Or, elle a prévu "un Parc Urbain".

Quatrième défi, un pôle unique de sécurité publique où logeraient la police nationale et municipale au lieu d'imposer à l'Etat la construction d'un nouveau commissariat. Les contribuables aubagnais pourraient se faire rembourser en louant les locaux à l'Etat ... mais elle n'a pas encore trouvé le lieu.

Un Tram qui va défigurer Les Défensions et le Cours Voltaire

Cinquième défi, un refuge pour les animaux. Là, elle fait une parenthèse pour indiquer qu'elle aime aussi les humains et qu'elle va trouver un centre d'hébergement pour les SDF. Elle qui écrivait en 2014 : "les rats dans les petites rues de la vieille ville, les SDF, les gitans sur le bord de l'Huveaune, ne sont pas, on le comprend, du goût des tours opérateurs". Mais, comme pour la gratuité, la piscine du Bras d'Or, elle s'est sans doute trompée.

Sixième défi, un centre patrimonial et culturel dans l'ancienne trésorerie des Terres rouges ... après avoir liquidé le pôle argile prévu à La Tourtelle qui était pourtant une compétence du conseil de territoire et voté la fermeture de la MJC. Mais, comme pour la gratuité, la piscine du Bras d'Or, les SDF, elle a dû se tromper.

Septième défi, elle veut (re)municipaliser la restauration scolaire ... après avoir voté TOUTES les délibérations, et cela a duré plusieurs mois, pour la privatiser. Encore une erreur d'appréciation.

Huitième défi, elle va décentraliser son administration dans les quartiers et s'occuper des Maisons de Quartier ... après avoir voté TOUS les budgets pendant six ans qui les ont anéanties. Nouvelle erreur qui lui fait perdre toute crédibilité pour l'avenir.

Neuvième défi, à la surprise générale, elle va relancer le projet des Gargues qu'elle tente "d'habiller" en insistant sur un multiplex, un parc urbain pour en cacher la vraie négociation avec Immochan pour des dizaines de milliers de m² de surfaces commerciales supplémentaires et des logements en masse. Un pavé dans la mare.

Enfin, le dixième défi est présenté très longuement par Patrice Galvan, le "Chef de file" des marcheurs aubagnais, il s'agit de la réhabilitation totale du centre-ville. Celui-ci nous explique qu'il va falloir du temps, que les financements doivent être "croisés" (en langage décodé cela veut dire des financements privés) pour nous convaincre qu'enfin les promesses électorales seront tenues. Comme celles de Macron ?

Pour le clap de fin, quelques un·e·s des soutiens de Barthélémy en une ou deux minutes affichaient "leur coup de coeur" d'un programme qui, si on en croit les dernières indications chiffrées, ne verra jamais le jour.

Claude Bernardi

 

Articles récents

  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • Menteurs ! +

    Depuis le début de la crise sanitaire, on nous appelle à l'union nationale pour combattre le virus. Cet appel est juste et justifié. Le combat pour la vie, pour la santé de toutes et tous passe au-dessus de toutes les autres contingences, de toutes les divergences et oppositions, même les Lire la suite
  • Covid-19 : et si on en profitait pour échanger et confronter ? +

    Un grand nombre de voix (trop peu à mon sens) s’élèvent depuis de nombreuses années pour déclarer, à juste titre, que le capitalisme est en crise. Ce qui essentiel, c'est de bien comprendre la signification profonde de ce diagnostic. Lire la suite
  • Covid-19 : lettre ouverte au maire d'Aubagne +

    Magali Giovannangeli, au nom de la liste, "Rassemblé·e·s pour Aubagne", a fait parvenir aux médias locaux une lettre ouverte au maire d'Aubagne et à son équipe. Vous pouvez en trouver le texte intégral ci-dessous. Lire la suite
  • Covid-19 : sans polémique, de nouvelles propositions pour Aubagne +

    Nous sommes tous aujourd’hui confrontés à nos obligations de confinement, mais aussi aux besoins d’informations permettant de sortir de cet isolement et de l’état d’anxiété dans lesquels nous sommes plongés. La transparence doit être désormais le maître-mot de toute gestion publique. La nécessité du rassemblement de la nation, ne doit Lire la suite
  • 1