Liste Gazay : des départs à la pelle

liste gazay des departs a la pelle 

Depuis quelques mois, les oracles sondagiers se suivent et se ressemblent : Gazay est annoncé battu. Les conséquences sont immédiates, de nombreux élus de sa propre majorité le quittent.

Le plus "spectaculaire" bien sûr est celui de Sylvia Barthélémy, la présidente du territoire, qui après avoir obtenu l'investiture du parti de Macron et le soutien de plusieurs partis de droite (UDI, AGIR, Parti Radical) a décidé de présenter une liste "contre" le maire d'Aubagne.

A chacune de ses interventions, dans chacun de ses documents de campagne, elle dit et écrit tout le mal qu'elle pense de lui en dressant un bilan totalement négatif de la mandature 2014-2020.

Deux nouveaux adjoints viennent de claquer la porte et sont partis s'investir sur Marseille : Mohamed Salem, adjoint délégué à la santé, et Bruno Foti, adjoint délégué à l'éducation. Ils expliquent tous les deux qu'ils ne peuvent soutenir le bilan de la mandature, peu reluisant (et il s'agit de la santé et de l'école !) et que le fonctionnement de la majorité est "trop vertical". Une façon polie de dire que Gazay impose son point de vue à tout le monde en toute circonstance et sur tous les sujets.

Il faut bien sûr y rajouter Christine Rampal, adjointe déléguée à l'emploi et à la formation, Alain Grégoire, conseiller municipal délégué à la prévention et Laurent Colombani, conseiller municipal délégué à la qualité de vie, le développement durable et l'agriculture, tous les trois ayant rejoint Sylvia Barthélémy.

On ne peut pas oublier Giovanni Schipani, adjoint délégué à la jeunesse, condamné d'un rappel à la loi par le Tribunal d'Instance de Marseille après une accusation d'agression sexuelle, à qui "on" a demandé de se mettre à l'écart de la majorité municipale et de la future liste.

Rajoutons Alexandra Pasolini, conseillère municipale déléguée au tourisme, qui après avoir fait la une de la presse régionale pour avoir loué sans bail et pour 400€ un appartement indécent, a disparu de toutes les réunions du conseil municipal.

On peut aussi noter la disparition de tous les radars de Philippe Porfiro, conseiller municipal délégué à la sécurité civile et routière, qui s'est étrangement retiré de la circulation sans la moindre explication.

Sans aucun doute, si on en croit les échos qui nous arrivent de la mairie la liste pourrait encore s'allonger dans les prochaines semaines.

Pour sûr, Gazay n'aura pas de mal à annoncer un profond renouvellement pour sa nouvelle liste.

Antoine Monticellu