Le quotidien La Provence roule-t-il exclusivement pour Gazay ?

la provence vote gazay

En une semaine, nous avons eu droit à une série d'articles pour défendre le bilan de Gazay dans La Provence. Ce quotidien est-il devenu un complément de la propagande électorale du maire d'Aubagne ?

Le 28 janvier, suite à la déclaration de candidature de Gazay, La Provence publiait un compte-rendu de la réunion sous la signature de la chef de l'agence locale qui avait trouvé le maire "déterminé", qui faisait une entrée en campagne "sur les chapeaux de roue" et qui avait "étrillé ses adversaires".

Des mots très proches de la communication électorale du candidat et accompagnés d'un bilan municipal uniquement positif alors que Gazay lui-même l'avait largement nuancé.

Trois jours après, une nouvelle pleine page sur ... "le bilan de Gazay". Suivi deux jours après d'un interview de la commissaire de police qui reprenait le refrain sur la baisse de la délinquance. Notons cependant que la fonctionnaire du ministre de l'intérieur, sans doute tenue par un minimum de crédibilité, parlait d'un chiffre "qui a faibli de 4%", assez loin des 35% de l'annonce farfelue du maire d'Aubagne.

On peut y rajouter, entre temps, une pleine page pour la petite quarantaine de personnes venues aux voeux de Lloret (dont Gazay avait salué la démarche pensant qu'il "piquerait" des voix à Giovannangeli) par la responsable de l'agence en personne. Et la confirmation de la présence de 300 invités à l'inauguration de la permanence de Gazay, alors qu'en forçant énormément on pouvait à peine en compter une centaine.

Par contre, le dimanche 2 février, alors que plus de 150 personnes d'un même quartier, La Tourtelle, accueillaient Magali Giovannangeli, pas une seule photo, pas une seule ligne. Même pas une brève de comptoir. Rien. Personne ne s'est même déplacé.

Que La Provence et sa chef d'agence choisissent le camp du maire d'Aubagne n'est pas un crime. Il suffit de le dire clairement. 

Pour Mèfi, il n'y a aucune ambiguïté : c'est "Rassemblé·e·s pour Aubagne", pour un vrai changement.

Bob Acad