Première en France : une campagne électorale neutre pour l'empreinte carbone

Ce jeudi 9 janvier, après une journée de grève et de manifestations contre la réforme des retraites, la salle Ambroise Croizat à l'Espace des Solidarités était archi-comble pour accueillir les voeux de la liste "Rassemblé·e·s pour Aubagne" conduite par Magali Giovannangeli.

Les visages, les rires et les sourires dessinaient une envie de victoire et un nouvel avenir pour Aubagne. Les nombreuses Aubagnaises et les nombreux Aubagnais (130 ? 150 ?) présent·e·s manifestaient une vraie détermination et un enthousiasme qui transpiraient dans tous les voeux que s'échangeaient les participant·e·s.

Au nom de la liste, Bernadette Saivet, France Insoumise, souhaitait la bienvenue à toutes et tous et annonçait une campagne conquérante et porteuse d'espoir pour Aubagne et "c'est ce soir que ça commence". Elle se disait convaincue que la liste conduite par Magali Giovannangeli, une tête de liste "présente dans tous les combats, les petits et les grands", était aux portes "des commandes de la ville".

Une liste qui a beaucoup travaillé et qui s'appuie sur des valeurs et des principes "l'honnêteté, l'humilité, l'humanité, la vivacité démocratique, ..." en déclinant trois axes forts "la démocratie, la solidarité, l'écologie".

A son tour, Alexandre Latz, Place Publique, qui explique son engagement récent en politique par sa volonté d'agir concrètement dans le domaine de l'écologie, affichait sa conviction d'engager "une campagne électorale dynamique, joyeuse, engagée et participative".

Une liste qui s'appuie sur des valeurs : l'honnêteté, l'humilité, l'humanité, la vivacité démocratique, ...

Une campagne électorale qui mette en pratique les valeurs annoncées. Dans le domaine de la démocratie, des commissions sont en place sur les thèmes de l'écologie, la solidarité, la démocratie et il appelle tous ceux et toutes celles qui le souhaitent, même s'ils n'ont pas encore fait leur choix pour les prochaines municipales, à rejoindre ces commissions pour faire "des propositions concrètes pour Aubagne".

Il réaffirme la volonté de construire une liste "avec plus de la moitié de citoyens non engagés dans un parti politique", représentatifs d'Aubagne et de sa diversité. Il engage les Aubagnaises et les Aubagnais à faire acte de candidature auprès d'une commission indépendante du collectif de campagne.

Enfin il annonce "une première en PACA et sans doute en France", une convention a été signée avec le GERES (Groupement pour l'Exploitation Rationnelle de l'Energie Solaire), une ONG internationale indépendante, pour "évaluer la campagne électorale avec la volonté de réduire à zéro son empreinte carbone".

"Mettre en adéquation ses actes et ses valeurs, c'est notre engagement" conclut-il.

Magali Giovannangeli prenait la parole à son tour pour présenter individuellement des voeux de "santé et de bonheur".

Puis elle déclinait ses voeux en répondant à la question "qu'est-ce qu'on veut ?".

Une campagne avec une empreinte carbone neutre

"On veut du bien à notre planète Aubagne. On veut du bien à ceux qui vivent mal, en sachant que quand on fait du bien à ceux qui vivent mal ça profite à tout le monde.

On veut retrouver de la vie dans la ville. On veut des rires et des sourires. On veut faire briller les yeux et les regards.

On veut de la solidarité, de l'hospitalité, de l'humanité. On veut remettre la ville à l'endroit parce que depuis 6 ans la ville est à l'envers".

Devant les impatiences exprimées pour engager la campagne, elle explique qu'il a fallu "prendre le temps parce que l'objectif ce n'était pas d'aller vite, mais celui d'aller loin".

Le temps de l'écriture complète du programme viendra (vite), celui de la liste aussi. Elle insiste sur les questions sociales et la proximité. Elle confirme non seulement la nécessité de conserver la gratuité des transports publics à Aubagne mais elle ajoute qu'il faudra l'étendre "d'une façon ou d'une autre" à l'ensemble de la métropole.

Elle pointe la nécessité de reconquérir une restauration publique et municipale - le contrat avec la Sogérès prend fin dans trois ans - mais aussi, "parce que l'alimentation est un droit fondamental", l'engagement de repas de qualité et gratuits.

Elle manifeste sa conviction que "nos espoirs sont à portée de nos mains" et que les "effluves de la victoire se hument dans l'ambiance et les échanges de cette soirée de voeux".

Les applaudissements chaleureux et nourris qui terminaient l'intervention de l'animatrice de la liste semblaient donner quitus à cette appréciation.

Claude Bernardi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1