Conseil de territoire : le clap de fin !

Jeudi 12 décembre s’est tenu le dernier conseil de territoire de cette mandature. Ordre du jour : le budget 2020 et le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas mobilisé les foules.

Ce que n’a pas manqué de souligner Antoine Di Ciaccio, d’abord avec humour : « dans nos petites communes, quand on annonce un apéro à la fin d’une réunion, ça mobilise les gens. Je ne peux que constater que ça n’a pas suffi pour les élus aubagnais ».

Puis plus solennellement « ce soir, ce conseil de territoire, le dernier, ne se tient pas si les élus d’opposition quittent la salle. Les élus de la majorité ne sont pas assez nombreux pour atteindre le quorum ».

Et de dénoncer le manque de respect des élus de la majorité d’Aubagne vis-à-vis des citoyens. « Qu’importe les échéances électorales, quand on est élu, on se doit de respecter son mandat ».

Les élus d’opposition ont malgré tout décidé de siéger et de permettre le déroulement du conseil. Il n’y a eu que le 1er adjoint aubagnais Alain Rousset pour ne pas voir l’absence des élus de son groupe. A noter l’absence de 4 maires également…

Un conseil qui comme d’habitude n’a présenté aucun intérêt, si ce n’est la courte discussion autour du budget.

Après la présentation par la présidente (le vice-président chargé du budget était absent), Denis Grandjean est revenu sur la liste au père Noel qui avait été présentée au conseil d’agglomération de juillet 2015.

Ces fameux projets d’intérêt communautaire qui n’ont jamais vu le jour et pour lequel la ligne budgétaire affiche désespérément 0 € pour 2020.

Antoine Di Ciaccio a fait un rapide et triste bilan de ces années de Métropole : « les contraintes sur le budget de fonctionnement ont impacté le fonctionnement des services et plus particulièrement les subventions aux associations. Quand au budget d’investissement, il est réduit de moitié comparé au dernier budget. Et ceci n’est pas seulement dû à l’année électorale qui arrive. C’est tout simplement le fait que la Métropole a besoin de marges financières pour des projets métropolitains et que donc, elle diminue la dotation versée aux territoires. On peut être inquiet pour les années futures, car en absence d’aide de l’Etat, une des marges financières de la Métropole sera de diminuer l’attribution de compensation, considérée par certains comme la cause des difficultés financières de la Métropole. Qu’adviendra-t-il alors des communes ? ».

Et de conclure en regrettant d’avoir eu raison en refusant la Métropole : « le pire scénario est arrivé, encore plus vite et plus brutal que ce que je l’avais imaginé ».

En conclusion, la présidente a remercié les maires pour leur collaboration constructive au cours de ce mandat (elle a même cité le maire d’Aubagne, mais il n’était pas là… !!). Puis s’est lancée dans une rétrospective de l’intercommunalité, de la communauté de ville en 1993, puis l’agglo en 2001, reconnaissant (hé oui !) son apport important en terme de développement économique, logement, transport, environnement, avant d’être phagocytée par la Métropole en 2016 avec le résultat que l’on connait.

Une page de l’histoire de ce territoire s’est tournée. Le prochain conseil de territoire issu des élections de mars 2020 ne sera constitué que des 12 maires et 4 élus aubagnais.

D’où l’importance des élections sur Aubagne : avec Magali Giovannangeli maire, c’est l’assurance pour nos citoyens d’avoir à la Métropole, une élue qui saura préserver l’intérêt des gens de ce territoire.

Le piètre spectacle donné par les élus de droite ce soir en est une preuve supplémentaire.

Diego de la Vega

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant
 EUR

Articles récents

  • Les maires de Roquevaire et de La Bouilladisse aux côtés de Magali Giovannangeli +

    De 2011 à 2014, les maires de La Bouilladisse et de Roquevaire étaient les vice-présidents de Magali Giovannangeli, alors présidente de la communauté d'agglomération du Pays d'Aubagne et de l'Etoile. Lire la suite
  • Le RCA fait match nul chez le leader, l'OM qualifié pour les 1/8ème +

    En foot, week-end Coupe de France, l'OM se qualifie pour les 1/8ème de finale en battant Granville (0 à 3), Nice, Lille, Saint Etienne, Strasbourg, Lyon, Montpellier, Angers, Rennes, Dijon et le QSG sont les autres équipes de Ligue 1 qui restent dans la compétition. Lire la suite
  • Gazay : des voeux de fin de règne +

    Moins de 400 personnes aux vœux de Gazay ce vendredi 17 janvier. Jamais depuis 40 ans une cérémonie de voeux d'un maire d'Aubagne n'avait vu aussi peu de monde. Pire, seulement 22 conseillers municipaux de la majorité présents sur les 32 élus. Bien sûr absence de Barthélémy, mais aussi disparition Lire la suite
  • Barthélémy rate ses vœux +

    A peine 80 personnes, ce jeudi 16 janvier, devant le local de campagne, pour les vœux de Sylvia Barthélémy, la candidate de La République En Marche. La dynamique de la victoire ne semble pas être dans ce camp. Lire la suite
  • Barthélémy : mensonges et omissions +

    Sur un tract distribué par les militants de Sylvia Barthélémy nous trouvons au recto une critique de tout ce qu'elle a cautionné avec Gazay (lire "Barthélémy dézingue Gazay") et au verso tout ce qu'elle a réalisé ... mais c'est truffé de mensonges et d'omissions. Lire la suite
  • Le RCA gagne encore, match nul pour l'AFC, l'OM creuse l'écart +

    En Ligue 1, avec un peu de réussite, l'OM s'impose à Rennes (0 à 1), Lyon bat Bordeaux (1 à 2), Angers fait match nul face à Nice (1 à 1), Montpellier fait une bonne affaire à Amiens (1 à 2). Nantes se déplace à Saint-Etienne pour gagner (0 à Lire la suite
  • Barthélémy dézingue Gazay +

    Dans un tract distribué cette semaine, Barthélémy, la candidate de Macron et de La République En Marche, reprend tout ce qu'affirme Mèfi depuis 6 ans pour conclure : "M. le Maire (NDLR : il s'agit de Gazay) le compte n'y est pas". Lire la suite
  • 1