Le citoyen au coeur des décisions communales

le citoyen au coeur des decisions communales

Depuis plusieurs années, notre société a montré des faiblesses sur le plan de la participation des citoyens, celle-ci s’est traduite en novembre 2018 par une grande colère sociale et l’émergence du mouvement des Gilets Jaunes. Cette lutte qui dure depuis plus d’une année a permis aux citoyens (gilets jaunes) de faire de la politique telle qu’il la concevait : sans calcul, sans organe, sans leader, laissant s’exprimer toutes les personnes désireuses de le faire dans un espace non jugeant.

Le désamour de la politique politicienne exercée pendant plusieurs décennies est maintenant obsolète et demande une réflexion avec les citoyens et non sans eux. Je ne parlerais pas de bouleversement radicaux, ni même de révolution, mais tout simplement d’une évolution.

Et oui, les citoyens ont montré au travers de ce mouvement qu’ils n’étaient pas que des électeurs mais des acteurs soucieux de la gestion de leur pays, leur ville, leur quartier…

Pourtant, les années se suivent et se ressemblent sur le plan de la politique locale à Aubagne, le citoyen est toujours placé au second plan, on essaye de faire vivre la démocratie participative autour de conseils de quartier qui regroupent un nombre infime de citoyens.

Cette tribune politique mise en place afin que ces derniers évoquent des soucis ponctuels et personnels sans se préoccuper de leur voisin et de la collectivité. Le contexte politique et social de la commune d’Aubagne ne facilite pas un autre cheminement. En fragilisant les subventions octroyées aux associations, alors que les besoins des habitants sont plus nombreux, il devient impossible de construire une approche humaine et non répressive telle qu’elle est organisée par le gouvernement.

Les orientations politiques rendent les citoyens aubagnais de plus en plus individualistes, matérialistes, indifférents à l’autre, favorisant inévitablement de grandes disparités, au détriment de certaines valeurs fondamentales, telles que la solidarité, l’entraide, le partage, et bien d’autres…

Je m’interroge sur la place du citoyen aubagnais dans la commune, et sur l’identité que nous voulons conserver. Pour cela, il me semble pertinent de proposer une nouvelle gestion des maisons de quartiers d’Aubagne.

Le constat est édifiant, elles sont peu fréquentées et l’animation de la vie de quartier demande une nouvelle impulsion. Ces dernières sont gérées par la commune depuis plusieurs mandats politiques. Aujourd’hui, elles ne semblent plus correspondre aux besoins des habitants.

Ces Maisons de Quartiers ont été conçues afin de faire vivre le quartier, faire naître la citoyenneté, donner accès à la culture sous toutes ses formes, à toutes les catégories, particulièrement la jeunesse oubliée et livrée à elle même.

Cet outil de développement social et local doit lutter chaque jour, contre toutes les formes d’exclusion, évitant ainsi les fractures sociales. La participation des habitants à ce processus permet de redonner un contenu concret à la citoyenneté.

C’est pour cette raison que je souhaite m’engager dans la politique municipale afin de faire renaître la citoyenneté, l’accès à la culture et le développement des relations intergénérationnelles auprès des habitants.

Cette conception nouvelle s’opérera avec et pour les Aubagnais.es. Les personnes inscrites autour du rassemblement partagent ces valeurs pour lesquelles nous nous battons et dans lequel le citoyen à toute sa place.

Ahmed Cheriet
France Insoumise - Rassemblé·e·s pour Aubagne

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1