Barthélémy inaugure son local de campagne

 barthelemy inaugure son local de campagne

Pour une fois, l'espace du centre ville Delfieu-Barthélémy était un peu animé ce vendredi 29 novembre vers 18h. Sylvia Barthélémy, présidente du Territoire du Pays d'Aubagne et de l'Etoile, inaugurait son local de campagne au pied de l'immeuble où vécut Lucien Grimaud, historien d'Aubagne et adjoint d'Edmond Garcin.

Floryse Grimaud, la fille du regretté Lucien, faisait office de maître de cérémonie en accueillant la candidate aux futures élections municipales dans "sa" maison. C'était l'occasion pour elle de souligner son attachement à Sylvia Barthélémy, une "femme de consensus et de culture".

110 à 120 personnes étaient venues pour assister à cette inauguration et manifester leur soutien à la présidente du Territoire. Pas de très grandes surprises. Quelques cadres de l'ex-agglo dont les membres du cabinet au grand complet mais quasiment aucun ne vote à Aubagne, le directeur de Façonéo et ses services, quelques élu.e.s de "sa" liste de 2014, pas tous, 3 anciens adjoints de l'équipe Fontaine, ceux au logement, à la police municipale et aux pompiers, des commerçant.e.s et quelques dizaines d'Aubagnaises et d'Aubagnais bien décidés à en finir avec la gestion Gazay. Aucun élu ou militant "Les Républicains".

Sylvia Barthélémy, derrière un pupitre placé devant le local et à l'extérieur, a, dans une intervention assez courte, donné quelques axes de sa future campagne.

Tous ses coups ont été concentrés contre le maire d'Aubagne, en direct ou en creux, sans jamais citer son nom.

barthelemy inaugure son local de campagne

110 à 120 personnes

Quelques formules assassines et bien pesées : "Cela ne sert à rien d'être dur sur les hommes, quand on est mou dans l'action", ou encore "depuis 2014, la politique politicienne a repris tous ses droits".

Elle souligne "l'hostilité pesante et manifeste du maire d'Aubagne" à son égard, précisant que le soutien des autres maires du territoire a été bien plus fort que celui qu'elle avait contribué à faire gagner.

Elle dénonce la gestion de Gazay : "La dette - elle dit la dèèèèète comme Mèfi - n'est pas un obstacle, c'est le manque d'idées qui en est un, le manque d'audace, de souffle, de générosité".

"On nous annonce 110 propositions pour l'écologie, mais le maire d'Aubagne n'a jamais mis les pieds à La Ressourcerie", il ne sait même pas où elle se trouve.

Elle se moque du communiqué du maire d'Aubagne pour le rétablissement du parcours de la ligne N°3, confirmant qu'il n'y est pour rien.

Elle se dit "une femme libre". Elle sait qu'elle va être attaquée, mais elle demande à ses militant.e.s de ne pas répondre : "A force de petitesses, on ne fait que de la bassesse".

"La dette n'est pas un obstacle, c'est le manque d'idées qui en est un"

Elle veut mettre fin aux dogmes politiciens. Elle veut rassembler au-delà des clivages droite-gauche-centre. Ses valeurs se sont "le cœur, le courage, l'action, l'honnêteté, l'écoute, le partage, le respect".

Son credo dit-elle, c'est l'amour d'Aubagne et elle souhaite retrouver dans sa ville de l'humanisme, de la bienveillance, de l'efficacité et de l'énergie.

Son slogan de campagne "Pour Aubagne".

Sans doute pour tenter de masquer l'investiture qu'elle est allée demander au parti de Macron. Pourtant la présence de Patrice Galvan au premier rang, chef de file à Aubagne de La République En Marche, ne laisse aucune ambiguïté possible.

A la fin du discours et après que le gardien de sécurité d'Agora se soit écarté de la porte, les visiteurs pouvaient, par "groupe" compte tenu de l'exiguïté du local, venir découvrir le QG de campagne. Le directeur de la politique de la ville faisait fonction de guide.

L'anecdote de fin, juste avant les agapes. Deux séniors, comme on dit, conversaient. Celui qui semblait traîner l'autre, dit à son invité : "Je voulais te présenter le maire, mais je ne le vois pas". Tout était dit.

Claude Bernardi

 

 

Articles récents

  • Covid-19 : premier décès à Aubagne +

    Hier, 3 avril, le maire, dans une vidéo postée après 18h, nous apprend que le premier décès dû au Covid-19 a été enregistré à Aubagne, après avoir affirmé que la situation était parfaitement maîtrisée dans notre ville. Un post précédant la vidéo nous informait que le 1er magistrat de la Lire la suite
  • Aubagne : redressement judiciaire pour l'entreprise Canavese +

      La fermeture de certains marchés de la restauration collective a aggravé les difficultés que connaît le groupe Canavese depuis presque 3 ans. Son président, Gérard Canavese, a choisi de placer l'entreprise en redressement judiciaire. Ce qu'a accepté le Tribunal de Commerce de Marseille. Lire la suite
  • Covid-19 : mobilisation individuelle et collective +

    La réponse à la crise sanitaire que nous connaissons nécessite une mobilisation individuelle et collective face à un véritable fléau pour l’humanité entière. Marcel Touati, médecin, responsable santé du PCF 13, tente une réflexion à haute voix pour un débat pluriel et pluraliste. Lire la suite
  • Gazay : la honte ! +

    Gazay et son équipe se félicitent de l'arrivée, opportune pour leur survie, du Covid-19. Cela ne sent pas bon mais les bruits insistants venant de la sphère proche du maire semblent bel et bien tirer le positif de cette situation : report des élections, le temps que Gazay se refasse une Lire la suite
  • Et les salariés de la grande distribution ? +

    A Aubagne, la place des salariés de la grande distribution est importante. Il faut penser à eux et les accompagner immédiatement. Depuis le début de la catastrophe sanitaire, et de manière accrue ces tous derniers jours, les "petites mains" du secteur du commerce (caissières et caissiers, livreurs, manutentionnaires, agents d'entretien....) Lire la suite
  • Macron et Gazay confirment le Bricolage +

    Nous avons depuis quelques jours eu l’occasion, au regard de l’amplification de la catastrophe sanitaire (ce n’est déjà plus une crise, c’est pire que cela ….), de jeter un regard lucide sur les réponses nationales et locales qui sont apportées et de faire part de nombreuses propositions complémentaires, à destination de Lire la suite
  • Municipales : Raymond Lloret précise sa position +

    Quelques jours après le 1er Tour des municipales, Ramond Lloret et ses colistiers-ières appelaient à "faire barrage à la droite libérale et à sa politique de privatisation de nos services publics et à l'extrême droite qui restera toujours mon principal adversaire". Dans La Provence du 26 mars, Raymond Lloret précise Lire la suite
  • 1