Grandjean et le chat noir


"Le Chat Noir", c'est ainsi que Hélène Lunetta (élue d'oppostion au conseil municpal d'Aubagne) dénomme Denis Grandjean. Pour une raison simple qu'elle explique de façon savoureuse : "Depuis plus de dix ans, chaque fois qu'il se présente à une élection, il perd".

On a vérifié, et force est de constater que ce n'est pas une légende.

En 2008, ses amis écologistes n'en veulent pas sur la liste municipale à Aubagne, il va donc se présenter sur la liste du maire de La Destrousse, Paul Julien, élu sans interruption depuis 1987 et que l'on présente comme indétrônable. Patatras ! Il est battu. Grandjean ramasse ses cahiers et retourne à Aubagne.

En 2011, il se présente aux élections cantonales en concurrence avec une candidature de rassemblement de la gauche. Pour être au deuxième tour face à la droite, il faut devancer le Front National qui réalise le score de 28,60%. La candidature de la gauche fait 21,52%, celle de Grandjean 8,40%. Il réalise l'exploit de faire éliminer la candidature de rassemblement.

En 2012, après l'élection de François Hollande, il porte l'étiquette EE-LV avec le soutien du PS (c'est une circonscription négociée par les Verts pour un futur accord de gouvernement). Même Lambert, totalement inconnu, dans la circonscription d'à côté est élu. Grandjean ne passe pas le 1er tour.

En 2014, il arrive à éliminer tous les écologistes historiques d’Aubagne, et il est, enfin, sur la liste de Fontaine. Tous les sondages donnent la liste élue. On connaît tous le résultat.

Tout le monde sait maintenant qui est le chat noir. Denis Grandjean aussi. Son sens du sacrifice et de l'intérêt général lui dictent donc d'inventer tous les prétextes possibles pour ne pas figurer sur la liste de rassemblement des progressistes, des écologistes et des forces de gauche. Il ne veut pas la faire perdre.

Antoine Monticellu

 

SOUTENEZ MÈFI!

Soutenir Mèfi! c'est nous aider à vous donner une information de qualité, libre de toute contingence. Le montant est libre et vous deviendrez ainsi membre de soutien de notre association.

Montant
 EUR

Articles récents

  • Hôpital d'Aubagne : le syndicat Sud Santé dénonce la souffrance du personnel +

    Le Syndicat Sud Santé Sociaux Solidaires dénonce le mal-être grandissant au Centre Hospitalier d’Aubagne sans oublier notre Maison du Parc. Lire la suite
  • Conseil de territoire : le clap de fin ! +

    Jeudi 12 décembre s’est tenu le dernier conseil de territoire de cette mandature. Ordre du jour : le budget 2020 et le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas mobilisé les foules. Lire la suite
  • Théâtre au Cercle : Grand Manège de Stéphane Jaubertie +

    Rares sont les ateliers théâtre qui choisissent de mettre en scène des textes d’auteurs contemporains, qui s’engagent dans un travail collectif et exigeant où les choix de formes de mise en scène révèlent la volonté d’identifier un vrai projet de groupe. L’atelier Zone&Cie dirigé par Frédéric Recanzone qui pérennise d’année Lire la suite
  • Misère de l'oubli +

    Lorsqu'on nous oublie, on ferait tout pour que cela ne soit plus le cas, quitte à créer l'illusion que l'on a réussi à retrouver le devant de la scène. Quitte à taper sur son propre camp, quitte à revêtir la toge blanche de la pureté face aux guenilles du camp des Lire la suite
  • Mes 30 minutes à la réunion CIQ du Centre-Ville +

    Le 27 novembre, réunion du CIQ du Centre-ville à la salle de la Résidence des Potiers. Plantons le décor, il y avait du monde : M. Gazay et sa cour du conseil municipal, une délégation importante de la future liste de la gauche rassemblée, beaucoup de gens en colère en raison Lire la suite
  • L'AFC encore vainqueur, le RCA marque des points, 6ème victoire consécutive pour l'OM +

    En Ligue 1, Lyon se déchaîne à Nîmes (0 à 4), Lille bat Brest (1 à 0), le QSG règle le sort de Montpellier en quelques minutes (1 à 3), Nice écrase Metz (4 à 1), Monaco retrouve du souffle face à Amiens (3 à 0) et Rennes défait Angers Lire la suite
  • Gloria Mundi de Guédiguian +

    Guédiguian a besoin de mélodrame pour nous interpeler sur les dérives dramatiques de la société. Le cadre : Marseille. La ville se prête à merveille comme décor, quartier populaire (la rue d’Aix), quartiers d’affaires (les Terrasses du Port). Les acteurs : des femmes et des hommes que l’on rencontre tous les jours Lire la suite
  • 1