Et si on parlait écologie : une contribution de Place Publique

et si on parlait ecologie une contribution de place publique

Les alertes des scientifiques indépendants (GIEC notamment) sont claires : la planète se réchauffe du fait de l’activité humaine et de sa consommation d’énergie fossile. Cependant, si l’humanité arrêtait de brûler du carbone (pétrole, charbon) pour son économie, le climat se réchaufferait malgré tout de plus de 2°C.

Nous sommes donc embarqués dans une dynamique excessivement périlleuse pour la planète et ses habitants. Ce réchauffement ne sera pas homogène, certaines régions y seront plus particulièrement exposées et c’est le cas du bassin méditerranéen avec les multiples conséquences sur la qualité de vie des Aubagnais que nous sommes : augmentation du coût de l’énergie, des aliments, variabilité des récoltes…

Dès lors, il ne s’agit plus d’avoir des responsables politiques souhaitant protéger l’environnement, il faut aller beaucoup plus loin : protéger la nature, certes, mais aussi adapter notre ville au changement climatique et protéger les populations les plus vulnérables.

Être aux responsabilités à Aubagne, c'est donc créer une vraie politique écologique, climatique et sociale.

Parmi les nombreux chantiers qui se profilent :

- Lutter contre la précarité énergétique : il est indispensable d’accompagner les habitants pour leurs faire connaître et adopter les bonnes pratiques en terme de consommation d’énergie et favoriser la mise en place de plans de rénovation des bâtiments pour lutter contre les passoires énergétiques. C'est un service dorénavant indispensable pour assurer la préservation de leurs conditions de vie et leur pouvoir d’achat.

- Avoir une municipalité exemplaire : la municipalité agit au quotidien et dépense par conséquent de l’énergie : électricité pour alimenter les bureaux, flotte de véhicule, éclairage public, chauffage des bâtiments publics. La municipalité sera donc tenue de mettre en place des actions concrètes pour améliorer son propre bilan carbone, pour montrer l’exemple et pour favoriser ainsi les entreprises et les associations qui proposent des solutions bas carbone. Quelques exemples : choisir des fournisseurs d’énergie qui proposent des énergies vertes (éoliennes, solaires) locales ; mettre en place un plan de diminution d’énergie des éclairages (nouvelles technologie basse consommation…)

- Créer une cantine bio, locale et maitrisée. La cantine scolaire est une opportunité évidente pour mettre en place une politique écologique responsable :

  1. Créer un approvisionnement alimentaire local (circuits courts), favorisant l'agriculture biologique de proximité ;
  2. Maîtriser les menus pour participer à l'éducation alimentaire et éviter le "tout viande" ;
  3. Mettre en place des projets éducatifs autour de l’alimentation, de la diminution des déchets alimentaires…

- Défendre l’agriculture périurbaine, à travers une politique volontariste de protection des terres agricoles, sous pression urbaine et promouvoir une agriculture de proximité de qualité pour le plus grand profit de l’agglomération aubagnaise

- Créer des espaces verts et arrêter le tout béton. Les espaces verts dans les centres urbains et les quartiers vont devenir des remparts de fraicheur naturelle en période de canicule. Aubagne est au cœur d'une nature magnifique et fragile, mise en péril par un urbanisme intense qui s’attaque à des zones agricoles riches, historiquement potager à fruits et légumes de ce grand bassin d'habitation qu’est l’agglomération marseillaise.

Nous n’avons plus beaucoup de temps pour agir et protéger notre ville tout en préservant autant qu’il est possible la qualité de vie des Aubagnais.

 Alexandre Latz
Place Publique Aubagne

 

Articles récents

  • Gazay refait les mêmes promesses qu'en 2014 +

    Pas loin de 500 personnes ce jeudi 20 février à l'Espace des Libertés pour écouter le maire et son équipe nous présenter ce qu'ils appellent un "projet de ville" et qui n'est rien d'autres que la reprise des promesses du candidat Gazay que le maire Gazay n'a pas tenues. Lire la suite
  • Gazay privatise tout… jusqu’à sa campagne électorale ! +

    Depuis 2014, on sait  la mission que s’est assignée le maire LR d’Aubagne : livrer aux intérêts privés les terrains arborés, le patrimoine et les services publics de la ville. Nul besoin d'être "Medium" pour savoir ce qu'il fera si, par malheur, il est réélu. Lire la suite
  • Sondage : Joëlle Mélin arrive ! +

    Un sondage qui vient de nous parvenir confirme, après l'élection présidentielle de 2017 et les européennes de 2019, la place prépondérante du Rassemblement National à Aubagne. Lire la suite
  • Enfin un point d'accord avec la Macronie ! +

    Interview politique sur LCI du 12/02/20, invitée  : Amélie de Montchalin, secrétaire d'Etat aux Affaires Européennes. Sujet : En France, les Municipales des 15 et 22 Mars 2020. Lire la suite
  • Sylvia Barthélémy n'est pas une visionnaire +

    La vie politique de Sylvia Barthélémy à Aubagne est caractérisée par deux traits essentiels : elle perd tout le temps et elle se trompe avec la même régularité. Nous avons extrait quelques-unes de ses prises de position qui marquent son absence totale de vision stratégique sur des questions essentielles du territoire. Lire la suite
  • Gazay va-il oser ? +

    Entre les claquements de portes, les mises à l'écart, les menaces de "révélations" et les tentatives de débauchages ratées, on sait que l'élaboration de la liste de Gazay pour les prochaines municipales s'est construite dans la douleur. Lire la suite
  • Aubagne 2020 : la délinquance explose +

    Nous avons déjà fait état de la vingtaine de cambriolages subis par des foyers aubagnais depuis le début janvier 2020. Cela correspond à un record national au regard de la taille de la commune, mais, depuis, d'autres chiffres viennent encore aggraver ce premier constat. Lire la suite
  • 1